Actualités :: Finance numérique : Pour l’émergence du secteur, Fintech Burkina et les (...)

« Créer une synergie d’action pour favoriser l’émergence des technologies financières et l’accélération de l’inclusion économique et financière au Burkina Faso ». C’est sous ce thème que s’est déroulée la rencontre entre la Fédération burkinabè des Fintech et les institutions bancaires ce jeudi 21 juillet 2022 à Ouagadougou.

« Face à l’inflation, aux crises sécuritaire et sanitaire que connaît le Burkina Faso, le digital devient un canal de prédilection pour fournir des services financiers adaptés et abordables qui répondent aux besoins des consommateurs, même des zones les plus reculées, possédant un faible revenu ». C’est ainsi que le président de Fintech Burkina, Mahamadi Rouamba, définit sa vision de l’inclusion financière. À cette réunion entre Fintech et acteurs bancaires, il s’agit de passer en revue avec les parties prenantes, les défis à relever pour fournir aux Burkinabè des services financiers abordables via les technologies de l’information et de la communication.

Les défis à relever par les Fintech

Aux nombres de ces défis, figure la question réglementaire qui ne facilite point l’accès des Fintech aux données bancaires dont elles ont besoin pour implémenter les solutions digitales appropriées au profit des populations mais aussi celle du financement afin de pouvoir les vulgariser.

Cette collaboration est jugée nécessaire par M. Rouamba pour toucher, à long terme, l’ensemble des populations. Ce, malgré les efforts déjà consentis par les banques, les institutions de microfinance, les émetteurs de monnaies électroniques et bien d’autres types d’acteurs. Car si le niveau d’adoption de la monnaie électronique par la population est appréciable, la diversité des services offerts à travers les services financiers mobiles reste limitée.

L’ensemble des parties prenantes à la deuxième table ronde de Fintech Burkina

Le Burkina Faso enregistre 0,25% de taux de bancarisation entre 2019 et 2020

« La Stratégie nationale de finance inclusive (SNFI) mise en œuvre en effet par le Burkina Faso depuis 2019, avait pour objectif de porter à 75% la proportion de la population ayant accès et utilisant des produits et moyens financiers abordables et adaptés à leurs besoins à l’horizon 2023. À un an de cette échéance, force est de constater que le taux de bancarisation stricte (prenant seulement en compte l’accès des adultes aux comptes bancaires) est de 21, 68% en 2021 », rappelle le président de Fintech Burkina.

À l’entendre entre 2019 et 2020, le Burkina Faso a été le pays de l’UEMOA qui a connu le taux d’évolution de bancarisation stricte le plus faible, soit 0,25%. Tandis que les États béninois, togolais, ivoirien, malien et sénégalais ont enregistré respectivement 7,2%, 1,8%, 1,14%, 1,13% et 1% de taux de bancarisation.
Pour lui, ce qui a été jusqu’à présent proposé de plus inclusif à la population n’est rien d’autre que les services « dépôts, retrait, transfert et notamment l’épargne ».
Plusieurs startups ont présenté à cette occasion des applications qu’elles ont développées dans ce sens, allant du domaine de l’économie et des finances au secteur juridique, en passant par les assurances.

Hyacinthe Kaboré, spécialiste en charge du renforcement de capacités du Projet d’appui à l’inclusion financière et l’accès au financement des PME (PAIF-PME)

Selon Hyacinthe Kaboré, spécialiste en charge du renforcement des capacités des micros, petites et moyennes entreprises du Projet d’appui à l’inclusion financière (PAIF-PME), l’intérêt d’accompagner les Fintech dans cette initiative est d’aboutir à des solutions concrètes aux goulots d’étranglement qui minent le secteur à l’issue des travaux. Cela, dans le but de fournir aux couches défavorisées des services financiers adaptés à leur contexte et réalité.

La présente table ronde intervient après celle tenue avec les acteurs de la régulation et du contrôle. Fintech Burkina enregistre de la sorte sa deuxième rencontre sur les six qu’elle s’est fixées pour l’atteinte de ses objectifs. Elle devra permettre de notamment présenter la fédération des Fintech aux institutions bancaires, d’introduire ses membres au sein desdites institutions et de relever les défis rencontrés dans sa création et son évolution.

Ainsi, les prochaines concertations devront se tenir avec les acteurs de la sécurité et de la conformité, de l’identification, des établissements de monnaie électronique. Mais aussi avec les institutions de microfinance ainsi que les institutions et organismes de l’inclusion financière.

Lire aussi Burkina : « Seulement 8% des unités économiques acceptent le paiement électronique » (Mahamadi Rouamba, président de la Fédération burkinabè des Fintech)

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)
Fin de formation des commandants et directeurs de (...)
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses (...)
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Journée internationale des personnes âgées 2022 dans les (...)
Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : L’ONG Light for (...)
Affaire Guiro Ousmane : Le jugement reporté à la (...)
Fin de la prise en charge des pauses-déjeuner : « La (...)
Jugement affaire Guiro Ousmane : Le parquet se retire (...)
Affaire KAMAO : « Il s’agit de défendre les intérêts de la (...)
Réconciliation nationale et cohésion sociale au Burkina (...)
Formation de commandants et directeurs des secours (...)
Sécurité des aliments : Un projet pour améliorer la (...)
Burkina/ Filière huile : Les travaux de 2021 restitués (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31353



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés