Actualités :: Burkina/Transfusion sanguine : Des travailleurs demandent un audit sur les (...)

Le personnel du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) observe un mouvement d’humeur, les 21 et 22 juillet 2022. A travers un sit-in, il dénonce une mauvaise gestion de son administration centrale et exige l’amélioration des conditions de travail et de vie, ainsi que l’offre des services de qualité aux usagers. Face à cette situation, il demande un audit sur toutes les commandes publiques réalisées au profit du CNTS de 2010 à 2022.

C’est face à la dégradation continue de leurs conditions de travail et de vie que des agents du Centre national de transfusion sanguine observent un arrêt momentané de travail afin d’interpeler leur administration. A Bobo-Dioulasso, ce sont des agents déterminés dans cette lutte que nous avons retrouvés sur leur site. Réunis au sein de la coordination nationale du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA/CNTS), ils ne sont pas allés du dos de la cuillère pour dénoncer certains manquements au sein de l’institution.

« Notre mouvement d’humeur vise à dénoncer un certain nombre de faits qui entrent en ligne de compte dans la gestion de la maison du Centre national de transfusion sanguine. Parmi ces faits, nous avons l’acquisition de consommables et de réactifs de mauvaise qualité ou de qualité douteuse. Nous avons plusieurs fois interpelé face à la situation, l’administration qui continue dans sa forfaiture », a déploré le coordonnateur national SYNTSHA/CNTS, Bernardin Sanou.

Pour les manifestants, les conditions de travail et la qualité des prestations au sein du CNTS se dégradent de jour en jour. Ils en veulent pour preuve l’acquisition de réactifs avec une date de péremption proche repartis dans certaines structures et l’acquisition de codes à barre de mauvaise qualité malgré l’émission des fiches d’amélioration de la qualité par les agents. « Le cas récent et que nous estimons être grave et même nuisible pour la santé de la population est la mise en circulation de poches de collecte de sang de type DONO pack, produites en septembre 2019 avec une date d’expiration prévue pour le mois d’août 2022 et mis en utilisation au CNTS en début juin 2022. Au cours de l’usage de ces nouvelles poches, nous constatons avec regret et indignation des poches dont la qualité laisse à désirer », a souligné le porte-parole des manifestants.

Le personnel du CNTS observe un mouvement d’humeur à Bobo-Dioulasso

Selon lui, tous ces facteurs provoquent des difficultés de prélèvement des tubes avec perte du sang des donneurs, l’exposition grave du personnel et des receveurs à une contamination généralisée. « Et c’est au regard de ce fait que l’institution se retrouve de plus en plus dans l’incapacité de répondre correctement à la quête de produits sanguins », a-t-il dit. Ainsi, face au silence de leur administration vis-à-vis de leurs préoccupations, les travailleurs disent avoir décidé de prendre leurs responsabilités à travers « la lutte pour la défense de leurs intérêts moraux et matériels » sous la direction de leur syndicat. Pour les membres du syndicat, le CNTS a besoin d’une gestion vertueuse, basée sur le management du personnel, la création d’un cadre de dialogue permanent avec toutes les couches représentatives.

Tout en déplorant « l’incompétence de l’administration » à faire face à la situation, ils réitèrent, une fois de plus, leur plateforme revendicative. Laquelle plateforme exige de l’administration l’arrêt d’achat, de distribution, d’utilisation de tous les produits de mauvaise qualité ou de qualité douteuse ; le renforcement des ressources humaines, des infrastructures, équipements, moyens roulant en quantité et en qualité pour faire face aux exigences du moment ; l’arrêt des méthodes de « travail esclavagistes » dans les différentes structures et l’arrêt du processus de privatisation de la transfusion sanguine.

Par ailleurs, le syndicat demande d’assurer la sécurité des travailleurs du CNTS, des donneurs bénévoles et des receveurs de sang ; l’abrogation pure et simple des dispositifs remettant en cause les acquis déjà engrangés des travailleurs ; le retrait des poches de marque DONO Pack ainsi que les codes-barres en cours d’utilisation de toutes les structures déconcentrées du CNTS. A en croire Bernardin Sanou, environ 800 millions de FCFA auraient servis à acheter des lots de réactifs périmés au profit du CNTS. C’est pourquoi, au nom de ses camarades, il demande un audit sur toutes les commandes publiques réalisées au profit du CNTS de 2010 à nos jours.

Bernardin Sanou, le coordinateur national du SYNTSHA/CNTS

« 800 millions de FCFA dans les caisses du CNTS qui crie à haute voix partout que nous sommes en manque de ressources financières. Qui a osé jeter l’argent du contribuable dans les produits périmés ? Voilà pourquoi nous demandons un audit de la gestion du CNTS de 2010 à nos jours, pas parce qu’on n’a pas confiance, mais la confiance n’exclut pas le contrôle », a-t-il laissé entendre.

Avant de poursuivre : « Depuis 2015, l’administration du CNTS s’est lancée dans l’obtention de l’accréditation de la norme ISO 9001. Si vous devriez œuvrer à avoir un niveau de qualité élevé, il va falloir que le matériel qui est mis à la disposition du personnel soit du matériel de qualité ». D’où son appel à l’endroit des autorités du pays à jeter un regard dans la gestion de l’administration du CNTS à travers un audit. En cas de non-satisfaction de ses exigences, la coordination annonce qu’elle se réserve le droit d’engager d’autres actions légales pour la défense des intérêts des malades, des donneurs ainsi que des travailleurs.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Conflit foncier à Koubri : Lettre ouverte d’une famille (...)
Ouagadougou : Deux corps sans vie découverts dans un (...)
Mutuelle des travailleurs du fisc (MUTRAF) : Un bâtiment (...)
Energie solaire au Burkina Faso : L’association « Cluster (...)
Transport au Burkina : Seuls les certificats de visite (...)
Innovation en éducation en situation d’urgence : La phase (...)
Burkina Faso : La police nationale fait une saisie de (...)
Litige foncier à Roumtenga (Ouagadougou) : Une affaire (...)
Crise sécuritaire et humanitaire au Burkina : « Nous (...)
Koudougou : Des personnes handicapées tournent le dos à (...)
Burkina Faso : Le palais du Baloum Naba célèbre ses 100 (...)
Insécurité au Burkina Faso : Plus d’un million d’élèves (...)
Bobo-Dioulasso : Le ministre de la santé à l’écoute des (...)
Secteur minier : Deux employées d’Endeavour Mining parmi (...)
Au Burkina Faso, plus d’un million d’élèves privés d’école (...)
Burkina Faso : L’OCADES Caritas tient son 4e conseil (...)
Bobo-Dioulasso : Le ministre de la santé lance la (...)
Lutte contre le cancer : Dépistage au profit des femmes (...)
Préventions des risques professionnels en milieu (...)
Soutenance de mémoire : Edwige Mankô Paré, désormais (...)
Journées scientifiques de l’ANRS-MIE : Les émergences (...)

Pages : 0 | ... | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | ... | 31941



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés