Actualités :: École primaire de Yilou : « Le préfet a dit de tenir compte de l’espace (...)

« Le préfet et les anciens du village ont dit de tenir compte de l’espace restant pour une bonne cohésion sociale ». C’est ce qu’a laissé entendre Karim Sawadogo, l’ex maire de Guibaré qui est accusé de morcèlement du domaine scolaire de l’école primaire de Yilou et d’avoir érigé un bar à proximité de l’établissement. Pour nous donner sa version des faits, M. Sawadogo a demandé à ce qu’on vienne découvrir de nous-mêmes ce qui se passe. Pour ce faire, Lefaso.net est allé à sa rencontre le samedi 16 juillet 2022 à Yilou.

Arrivé à Yilou aux environs de 13h, nous appelons l’ex maire de Guibaré, Karim Sawadogo, qui se déplace lui-même pour nous conduire à son domicile. Au bout d’un trajet de cinq minutes, nous voici chez lui. Nous déclinons l’objet de notre présence. « Comme je vous l’annonçais au téléphone, des habitants de votre localité vous reprochent le morcèlement du domaine scolaire de Yilou et d’y avoir bâti à proximité un bar. Qu’avez-vous à dire face à ces accusations ? ».

Et l’ex maire de répondre : « Comme vous êtes venu, je n’ai pas grand commentaire. Je suis natif de Yilou et mon père fut chef de terre qui a géré le village pendant 17 ans. Je vous informe que le domaine scolaire en question est une grande partie de son champ, une grande partie du champ du chef feu Yilou Naaba Raogo ».

Karim Sawadogo, ex maire de la commune de Guibaré

M. Sawadogo explique que le domaine scolaire étant jusque là sans document qui atteste son existence, l’actuel préfet de Guibaré a pris l’initiative de le délimiter le mardi 12 juillet 2022 en sa présence et celle du Conseil villageois de développement, du commissaire de police et des membres du bureau APE. « Pendant qu’on parcourait ensemble le domaine scolaire pour sa délimitation, certaines personnes ont exigé qu’on retienne les anciennes limites. Alors que ces limites-là sont déjà occupées ».

À en croire l’ex maire de Yilou, le préfet, de concert avec le bureau APE et les anciens du village, ont décidé de ne pas détruire d’habitations. Ce, d’autant plus que le domaine n’avait pas été délimité au préalable. « Le préfet et les anciens du village ont estimé qu’il est mieux pour une bonne cohésion sociale, de tenir compte de l’espace restant. Ainsi, toute personne qui viendrait désormais à s’y introduire, répondra devant la justice », affirme-t-il.

Manrewendé, l’une des personnes venues pour témoigner de la véracité des propos de M. Sawadogo

Pendant que nous étions en entretien, des jeunes mais aussi quelques personnes avancées en âge ont rejoint la demeure de l’ex maire pour lui apporter leur soutien et attester de la véracité de ses propos.
Poursuivant son récit, M. Sawadogo en vient au bar décrié par des habitants du village. « Parlant du maquis, c’est mon épouse qui, après avoir ouvert son restaurant, est passé à l’ouverture de celui-ci. Et je vous précise que le village n’est pas loti », signale-t-il.

Dans le même temps, l’ex maire confie qu’un maquis du nom de “Sodigas” se trouve à quelques mètres d’une école alors qu’il est situé en pleine ville de Kongoussi. Ce qui n’est pas normal puisque la loi recommande une distance d’au moins 400 mètres entre un débit de boisson et une école, lui faisons-nous observer.

« Les choses pour lesquelles l’on m’accuse sont purement d’ordre politique », soutient l’ex maire de Guibaré

« Mais je ne prends pas cette situation du maquis Sodigas pour exemple. Sachez que quand viendra le moment de lotir la zone, tout sera réaménagé en fonction de ce que la loi préconise », réagit M. Sawadogo. Il dit n’avoir aucun intérêt à ruiner la vie des élèves en tant qu’enseignant de profession.

En ce sens, il déclare avoir enseigné dans une école de Barsalogho pendant six mois où son premier élève est celui qui a dirigé la mairie jusqu’à sa dissolution. « J’avais une indemnité de 95 500 francs CFA. Mais pour appuyer la famille enseignante pour qu’elle se constitue en groupe d’animation pédagogique pour améliorer le rendement je leur remettais tous les mois la somme de 50 000 francs CFA », a-t-il mentionné. M. Sawadogo ajoute également avoir contribué à la construction de trois des classes de l’école primaire de Yilou.

La récente construction dans le domaine scolaire de Yilou est arrêtée

À l’issue des échanges Karim Sawadogo propose une visite du domaine scolaire de Yilou. Sur les lieux, c’est le représentant du Conseil villageois de développement, Paténéma Sawadogo, qui nous montre la nouvelle délimitation du domaine en présence de l’ex maire et de quatre autres.

Lefaso.net

Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)
Fin de formation des commandants et directeurs de (...)
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses (...)
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Journée internationale des personnes âgées 2022 dans les (...)
Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : L’ONG Light for (...)
Affaire Guiro Ousmane : Le jugement reporté à la (...)
Fin de la prise en charge des pauses-déjeuner : « La (...)
Jugement affaire Guiro Ousmane : Le parquet se retire (...)
Affaire KAMAO : « Il s’agit de défendre les intérêts de la (...)
Réconciliation nationale et cohésion sociale au Burkina (...)
Formation de commandants et directeurs des secours (...)
Sécurité des aliments : Un projet pour améliorer la (...)
Burkina/ Filière huile : Les travaux de 2021 restitués (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31353



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés