Actualités :: École primaire de Yilou : Des habitants de la localité dénoncent le (...)

« Le domaine scolaire de Yilou est en train de perdre de son espace. Pire, c’est l’éducation des élèves qui risque d’être affectée du fait de l’installation d’un bar à proximité de l’école ». Voici, comment des habitants dépeignent la situation qui prévaut en ce moment dans ladite localité. Interpellé, Lefaso.net s’est rendu sur place le mercredi 6 juillet 2022 pour constater de visu le problème.

Yilou, une localité du département de Guibaré, située dans la province de Bam au Centre-nord du Burkina Faso. Il vous faut un peu plus d’une heure à moto, lorsque vous conduisez à une vitesse moyenne, après avoir parcouru une distance de 70 km, pour vous y rendre. C’est donc ainsi, que nous empruntons aux environs de 10h30, la route nationale n°22 (menant à Kongoussi) pour notre destination. Au bout de quelques minutes de chemin, nous apercevons les séquelles de la crise sécuritaire qui sévit dans la région.

L’on découvre en effet, de part et d’autres de la route, plusieurs abris de déplacés internes. Mais cela n’est pas l’objet de notre voyage, alors nous poursuivons notre parcours jusqu’à ce que le panneau de signalisation sur lequel est inscrit “Yilou” se présente à nous.

Le panneau nous indiquant que nous sommes à la porte de Yilou

Une fois dans la zone dite de morcèlement du domaine scolaire en question, je me fais guider précisément vers l’école primaire de Yilou. Arrivé sur les lieux, c’est un établissement sans clôture que je découvre, constitué de quelques bâtiments avec aux abords, des arbres d’un côté et des commerces de l’autre. Je décide donc d’aller plus loin, marchant et regardant autour de moi.

J’aperçois à distance, un berger couché sous un arbre pendant que son troupeau se nourrit d’herbes fraichement sorties de terre en ce début de saison d’hivernage. Puis, je me dirige vers les latrines de l’école, là, contre toute attente, mes yeux tombent sur un préservatif utilisé. J’en ressors pour ensuite échanger sur le sujet avec l’un des habitants qui a souhaité garder l’anonymat, un ancien élève de cette école, créée en 1988.

Les latrines de l’école primaire de Yilou à proximité des logements des serveuses du bar

« J’ai trouvé l’emballage vide d’un condom dans les latrines de l’établissement scolaire », lui ai-je annoncé. « C’est une évidence, d’autant plus qu’elles sont partagées par les serveuses du bar Neeb Nooma », m’a-t-il confié.

« Nous constatons malheureusement aujourd’hui, l’érection anarchique d’infrastructures au sein même du domaine scolaire où, nous nous amusions autrefois. Je pense que le domaine de l’école a été non seulement morcelée mais qu’il y a également une dépravation des mœurs aux alentours », a déploré l’ancien élève de l’école primaire de Yilou.

À l’entendre, les logements des serveuses du bar qui servent aussi de chambres de passe, se trouvent à la lisière du domaine scolaire, où des gens viennent pour satisfaire leur libido. Ce qui est inadmissible selon lui, sachant que cela a forcément un impact négatif sur l’éducation des enfants.

La confiance n’excluant pas le contrôle, j’effectue moi-même une immersion dans le bar situé en bordure de la voie bitumée aux environs de quatorze heures. Je rencontre deux jeunes dames qui m’accueillent quand l’une me demande « que puis-je faire pour vous ? ». M’étant installé, je commande une sucrerie et pendant que je consomme ma boisson, j’aperçois une autre vêtue d’un pagne en dessous du nombril et d’un habit qui couvre à peine sa poitrine. Elle se nomme Aïcha. Je découvre son nom grâce à l’un des deux hommes qui lui font appel dès leur arrivée.

L’entrée pendant que je m’introduisais dans le bar

Peu de temps après, l’une d’entre elles s’invite à ma table. Elle me tend la main et je la salue. La conversation est ainsi lancée. Comment t’appelles-tu ? Ai-je introduit.
« Je m’appelle Niec », m’a-t-elle répondu avec difficulté. L’interrogeant sur sa nationalité, Niec me confie qu’elle vient du Nigéria et cela fait quelques mois qu’elle est au Burkina Faso. Quelques instants plus tard, elle reçoit l’appel d’un homme qui demande sa position. Et à elle de répondre, je suis à la maison. L’idée me vient alors de lui demander de me montrer sa maison. Sans hésiter, elle m’invite à y aller.

Nous n’avons pas du tout mis du temps pour y arriver car sa maison est juste à l’arrière du portail qui se trouve face à nous et face au portail d’entrée du bar. Dès l’instant où nous franchissons le portail, elle me présente son domicile qui est situé à notre gauche. « C’est la première porte là », m’a-t-elle indiqué depuis le portail car l’homme qui l’avait contacté au téléphone était déjà en train de l’attendre au niveau de ce qui sert de mur des logements des serveuses, faisant à peine un mètre de hauteur. Mais chose surprenante, j’ai pu constater de là ou je suis que les latrines de l’école étaient à proximité des appartements des serveuses. À l’issue de ce constat, je me suis retiré laissant Niec en compagnie de son invité.

La jeune dame qui s’est invitée à ma table

À en croire l’ancien élève de l’école primaire de Yilou, que j’ai rejoint après cet épisode, le bar en question est la propriété du maire de la commune de Guibaré. Il précise d’ailleurs que des arbres qui étaient plantés depuis 1988 par les élèves, ont été déracinés pour ériger des bâtiments à l’instar du bar du maire dénommé “Neeb Nooma”. « Qui a osé délimiter l’école de cette façon ? Qui a donné l’autorisation de construire ? Nous sommes vraiment désolés que des arbres que nous avons plantés de nos propres mains puissent disparaître ainsi. Sans que nous ne puissions profiter de leurs ombres. C’est frustrant ! », s’est-il indigné.

Et d’ajouter que c’est avec tristesse qu’il assiste impuissamment à la perte de la splendeur de l’école de Yilou. « C’est avec regret que nous réalisons que d’autres ont préféré leurs intérêts plutôt que l’avenir des enfants. Je veux parler des soi-disants autochtones qui, aidés par des élus locaux tapis dans l’ombre, procèdent au morcèlement des terres et à leur vente. Toute chose qui a conduit l’école à être réduite par rapport à sa dimension initiale car ayant été beaucoup plus vaste que cela », a-t-il relaté

Il dit attendre des autorités un traitement diligent de cette affaire le plus urgemment possible. Sinon d’ici cinq ans, il n’y aurait plus d’espace pour la construction d’une infrastructure éducative, avertit-il. Pour ce faire, il invite les autorités à venir elles-mêmes faire le constat de cette situation en vue de prendre les mesures appropriées.

Lire aussi École primaire de Yilou : « Le préfet a dit de tenir compte de l’espace restant pour une bonne cohésion sociale », explique Karim Sawadogo

À la question de savoir si l’ex maire avait été interpelé sur cette affaire de morcèlement du domaine scolaire de Yilou, notre interlocuteur répond : « d’abord, il n’y avait pas lieu de le faire d’autant plus que le maire, Karim Sawadogo, est la personne censée prendre les décisions qui siéent pour le bien-être des populations et des élèves en particulier.

Ensuite, parce qu’il était entouré de personnes de mauvaise volonté qui ne pensaient qu’à leurs panses plutôt qu’à l’intérêt supérieur de la population. Toute chose qui nous a emmenés à nous résigner. Mais aujourd’hui à la faveur de ce “vent frais”, nous demandons au gouvernement de faire quelque chose pour l’épanouissement de cette école ».

Boureima Soré, président de l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ)

« Le problème que nous dénonçons c’est l’installation anarchique des commerces aux alentours de l’école primaire de Yilou de peur qu’elle perde un jour une grande partie de son espace à ce rythme-là », même son de cloche pour Boureima Soré, président de l’Organisation démocratique de la jeunesse que nous avons rencontré à son domicile. Pour lui, il faut qu’une délimitation de l’établissement soit faite le plus tôt possible en attendant sa clôture. Cela, pour empêcher que des gens viennent davantage y construire des bâtiments.

Au terme des échanges avec ces deux habitants de la localité, nous nous sommes rendus chez le Naba Baongo, chef traditionnel de Yilou, pour recueillir sa version des faits. « Sans abuser, c’est le champ de notre défunt père, chef de Yilou à l’époque, à qui a succédé un oncle avant que je ne sois intronisé le 7 juillet 2018. Le papa avait tout donné sans réserve. Mais des précisions sur la délimitation du domaine scolaire ont été apportées avec le concours de l’administration scolaire et préfectorale à l’époque. Cependant, à ma grande surprise, j’ai constaté comme tous les autres le morcèlement de cet espace qui prend de l’ampleur au fil du temps », a-t-il expliqué.

Le Naba Baongo de Yilou, Odo Ouédraogo

Pour conclure, il a souhaité comme partout ailleurs, que les règles soient respectées et que la loi soit appliquée afin que le domaine scolaire de Yilou puisse être dans ses limites initiales.

Joint au téléphone dans la soirée du lundi 11 juillet 2022, pour entendre sa réaction sur les faits qui lui sont reprochés, l’ex maire, Karim Sawadogo a estimé qu’il était délicat de parler de cette affaire au téléphone et qu’il préférait que nous nous déplacions pour venir constater de nous-mêmes qu’il s’agissait bel et bien d’un terrain familial. « C’est mon papa même et le chef du village d’antan qui ont offert l’espace. Et il y a des donateurs qui sont encore vivants et qui peuvent attester qu’en aucun cas, on a empiété sur le domaine », a-t-il souligné.

En rappel, au Burkina Faso l’installation des débits de boissons et des boutiques à proximité des établissements scolaires est règlementée. La loi n°9/79/AN du 7 juin 1979 dispose en effet, qu’il est formellement interdit d’ouvrir un débit de boissons à moins de 400 mètres à vol d’oiseau des établissements scolaires. Le décret n°2016-926/PRES/PM/MATDSI/MJDHPC/MINEFID/MENA portant protection du domaine scolaire quant à lui, dispose à son article 5 que le domaine scolaire est inviolable.

C’est-à-dire qu’aucun individu autre que les apprenants, les enseignants et les personnels qui travaillent dans les structures éducatives, ne peut y pénétrer à quelque moment que ce soit, sans autorisation du premier responsable de l’établissement scolaire, à des desseins autres que de renseignements en rapport avec la vie scolaire.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Burkina : « Certains d’entre nous font l’objet de mandat (...)
Région de l’Est/Fada : Fati Lankoandé, cheffe d’entreprise (...)
Burkina Faso : L’ANSSEAT lance son plan stratégique et (...)
Grève d’agents publics au Burkina : Le gouvernement (...)
Paix et cohésion sociale : « La crise à laquelle le (...)
Protection et assistance aux migrants au Burkina : Les (...)
Rumeurs de coup d’Etat contre le capitaine Ibrahim (...)
Paix et cohésion sociale au Burkina : « Tout est possible (...)
11e journée communautaire : Le rôle des acteurs dans la (...)
Ouagadougou : La police municipale ferme des débits de (...)
Séminaire national des femmes de la CGT-B : La situation (...)
1re édition des journées du mutualiste du fisc : Les (...)
Sécurité alimentaire au Burkina : Le projet d’appui à la (...)
Gouvernance d’entreprise au Burkina : Des responsables (...)
Ouagadougou : Deux réseaux de présumés malfaiteurs mis (...)
Journée mondiale sans achats : Le Réseau national des (...)
Situation nationale : Le CERFI invite les musulmans à (...)
Dédougou : Un trio ministériel rend visite aux déplacés (...)
Police nationale du Burkina Faso : A cœur ouvert avec (...)
Journée des Nations-unies : Les élèves d’Enko Ouaga (...)
Participation de l’enfant et Programmation basée sur ses (...)

Pages : 0 | ... | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés