Actualités :: Burkina/santé : L’Institut national de santé publique fait le point de ses (...)

Ce mardi 19 juillet 2022 se tient à Ouagadougou, la rencontre de redevabilité et de plaidoyer de l’Institut national de santé publique (INSP) avec ses partenaires techniques et financiers et l’impact de la collaboration sur ses missions. La cérémonie d’ouverture de la rencontre a été présidée par la secrétaire générale du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, Dr Estelle Dabiré/Dembélé.

L’institut national de santé publique (INSP) veut faire preuve de redevabilité envers ses partenaires au développement auprès de qui elle a bénéficié d’un appui technique et financier pour l’élaboration de plusieurs outils dont son plan stratégique qui couvre la période 2020-2024 et la mise en œuvre de ses activités.

Après trois ans de fonctionnement, l’INSP a en effet développé plusieurs initiatives et a engrangé des résultats concrets. Avec l’appui de ses partenaires au développement, l’institut a développé des projets de recherche et a activé le Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires (CORUS) qui est l’entité chargée d’assurer la veille sanitaire pour la gestion de certaines urgences sanitaires.

Une vue des partenaires de l’INSP prenant part à la rencontre

La rencontre qui se tient ce 19 juillet 2022 se veut donc un cadre d’échanges et l’occasion de communiquer sur les progrès enregistrés par l’INSP et la mise en œuvre des activités de son plan stratégique. Il s’agit concrètement au cours de cette rencontre, de communiquer sur les résultats engrangés par l’INSP après trois ans de fonctionnement, de présenter les mesures de résilience de l’INSP face au triple choc (défis sécuritaires, sanitaires et humanitaires), de promouvoir le financement gagnant-gagnant entre l’INSP et les partenaires et de recueillir les intentions des partenaires pour l’appui au développement de l’INSP. Ce sera aussi l’occasion d’échanger sur les défis et les perspectives alignées sur les priorités du ministère de la Santé et de l’hygiène publique.

Dr Estelle Dabiré/Dembélé, secrétaire générale du ministère de la Santé souligne qu’il y a de gros besoins de financement en matière de recherche et pour l’amélioration de la santé publique au Burkina

« Cet atelier a une importance particulière parce qu’il constitue un cadre pour faire le bilan des actions de l’Institut national de santé publique, pour montrer aux partenaires qui nous accompagne ce qu’on fait de leurs contributions et montrer les résultats importants qui ont été obtenus en matière de recherche à travers les activités de l’INSP. C’est aussi une tribune pour faire le plaidoyer pour l’accroissement des financements. Beaucoup de partenaires sont là, ils accompagnent, d’autres ne connaissent pas bien l’institut. C’est l’occasion de mieux faire connaître l’institut à travers ses résultats pour mobiliser des financements supplémentaires parce qu’il y a de gros besoins de financement en matière de recherche pour l’amélioration de la santé publique au Burkina Faso », a laissé entendre Dr Estelle Dabiré/Dembélé secrétaire générale du ministère de la Santé et de l’hygiène publique.

Dr Hervé Hien, directeur général de l’INSP se dit satisfait des résultats obtenus au cours de ces trois ans de fonctionnement de l’Institut

Le directeur général de l’INSP, Dr Hervé Hien, a lui indiqué que le bilan à mi-parcours de mise en œuvre des activités du plan stratégique de l’INSP est assez satisfaisant. « On peut dire que nous sommes sur la bonne trajectoire. Nous avons établi le CORUS qui fait un excellent travail, les résultats de recherche sont probants et ont permis au cours de ces trois ans de donner des arguments au ministère de la Santé pour prendre des décisions pour la santé des populations. En termes de diagnostic de laboratoire, nous avons établi des plateformes efficaces qui permettent de faire le diagnostic des épidémies et de surveiller l’état de santé des populations à partir des plateformes de ces laboratoires nationaux de référence qui sont à l’intérieur du pays », a indiqué Dr Hien.

Au regard de ces résultats, il estime nécessaire, tout comme la secrétaire générale, que les partenaires au développement continuent de soutenir l’INSP. Et c’est ce à quoi répond cette rencontre à l’issue de laquelle il espère trouver des appuis afin de mettre en œuvre le reste des activités du plan stratégique de l’institut qui arrive à échéance en 2024.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Extrémisme violent : Les familles en quête de stratégies (...)
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la (...)
Journée du fournisseur minier au Burkina : La 3e édition (...)
Journée de l’excellence : L’Association Beoog neeré (...)
Agriculture au Burkina Faso : La CAIMA fait un bilan à (...)
Prise en charge des PDI dans le Centre-nord : Le projet (...)
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 8 (...)
Evaluation en milieu universitaire : Un colloque (...)
Entrepreneuriat : Le programme 2SCALE fête ses dix ans (...)
Partenariat pour l’action en faveur de l’économie verte au (...)
Burkina/situation nationale : Le Cercle d’éveil craint (...)
Commémoration de la journée internationale des personnes (...)
Ouagadougou : La police nationale met fin aux (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Des chercheurs (...)
Burkina Faso : Création de deux bases aériennes pour les (...)
Ouagadougou : Quand certains étudient, d’autres (...)
Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
16 jours d’activisme contre les VBG : l’ONG Oxfam (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles : Une (...)
Planification familiale au Burkina : Le plan national (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31983



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés