Actualités :: Cancer du sein : Faute de moyens pour la radiothérapie, Aminata Ouédraogo (...)

Âgée de 73 ans, la veuve Aminata Ouédraogo traîne un cancer du sein détecté en 2018, à la suite de fortes douleurs à la poitrine. Après avoir arpenté les couloirs de plusieurs centres de santé, c’est finalement au CHU de Bogodogo qu’elle bénéficiera de six séances de chimiothérapie, après l’ablation de son sein droit. À bout de souffle, elle lance un cri de cœur aux âmes généreuses afin de pouvoir suivre les séances de radiothérapie à Lomé, dont le coût est estimé à plus de trois millions de francs CFA.

Au Burkina Faso, le cancer du sein représente 12,3 % des cancers et il est le plus fréquent, après celui du col de l’utérus situé à 21,6%, selon l’Organisation mondiale de la santé. À Toma où elle vit, la veuve Aminata Ouédraogo n’avait jamais entendu parler de ce mal qui endeuille des familles dans le silence. Mais en 2018, cette mère de 11 enfants (cinq d’entre eux ne sont plus) verra sa vie basculer, après des douleurs ressentis au niveau de son sein droit, qui finira par prendre du volume.

Débute le périple

Sur conseils d’une amie, elle ira dans un centre de santé qui lui conseille de se rendre dans la ville de Dédougou. « Là, on m’a dit que les appareils étaient en panne. Comme le coût du trajet Dédougou - Bobo ne faisait que 2000 francs CFA, j’ai donc continué à Bobo. J’ai fait les examens avant de revenir à Toma. À Toma, on m’a demandé d’aller à Ouagadougou au CHU Yalgado Ouédraogo. Là, on m’a remis un document pour le CHU de Bogodogo », relate dame Ouédraogo.

C’est au CHU de Bogodogo, que le médecin fera l’ablation des seins avant les séances de chimiothérapie débutées en novembre 2021. C’est grâce au soutien financier d’un membre de sa famille que la septuagénaire a pu effectuer les six séances de la chimiothérapie, avant d’être orientée au centre de radiothérapie. Rappelons que ce centre logé au sein du CHU de Bogodogo a été construit grâce à l’appui financier du fonds qatari pour le développement, à hauteur de 8 milliards de Francs CFA.

Impossible d’effectuer une radiothérapie

Au CHU de Bogodogo, un problème se pose. La machine destinée à la radiothérapie est en panne. Selon une source bien introduite, c’est en fin janvier 2022 que les premiers signes de panne sont apparus, mais la machine a complètement lâché à partir du mois de mars.

« La machine est très sophistiquée et nécessite qu’il y ait un maintenancier permanent qui puisse intervenir à tout moment. Nous n’avons pas de techniciens habilités à faire cela. Il faut un contrat de maintenance en bonne et due forme pour qu’on soit rassuré que, quand nous allons mettre quelqu’un sous traitement, l’on puisse aller jusqu’à la fin du traitement. Soit environ un ou deux mois », a indiqué notre source qui précise que le centre de radiothérapie du CHU de Bogodogo a ouvert ses portes sans contrat de maintenance.

L’appel de détresse

La radiothérapie qui est pourtant un moyen thérapeutique complémentaire de la prise en charge du cancer, constitue la première cause d’évacuation sanitaire hors du Burkina. Une équation donc à résoudre pour Aminata Ouédraogo qui doit se rendre à Lomé, sur conseil de son radiothérapeute, pour bénéficier de soins adéquats. Mais la facture est salée. Selon sa famille, elle doit débourser plus de trois millions de francs CFA. Ce montant prend en compte le transport, le séjour, les médicaments et surtout les 25 séances de radiothérapie à raison de 75 000 francs CFA la séance.

Grâce à un membre de la famille vivant à l’extérieur et à quelques personnes de bonne volonté à Toma et à Ouagadougou, la somme de 350 000 FCFA a été mobilisée. L’on est toujours loin du compte. Ne sachant pas à quel saint se vouer, Aminata Ouédraogo lance un cri de cœur aux âmes généreuses pour l’aider à réunir la somme restante.

HFB
Lefaso.net

Voici les contacts pour ceux qui aimeraient soutenir Aminata Ouédraogo

+226 73 95 42 97 / +226 66 46 04 51

Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Domotique au Burkina : Prenez le contrôle de votre (...)
Burkina Faso : Les jeunes cadres de l’UNDD saluent (...)
Burkina / Balai Citoyen : L’appel du « Camp Cibal 2022 » (...)
Instituts supérieurs privés du Burkina : Le BTS 2022 (...)
Agression de civils à Ouagadougou : Le Chef d’état-major (...)
Education : L’association Coach du cœur offre 500 kits (...)
Ecole d’été en intelligence artificielle : Les participants
Projet Weoog-Paani : Le comité technique de suivi dresse (...)
Sud-Ouest : L’Association pour la promotion féminine de (...)
Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)
Fin de formation des commandants et directeurs de (...)
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses (...)
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Journée internationale des personnes âgées 2022 dans les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31374



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés