Actualités :: Burkina Faso : Le 80 00 11 50, un numéro vert pour dénoncer la (...)

Il y a désormais un numéro vert pour dénoncer les cas de corruption. C’est le 80 00 11 50. Il a été mis en place par l’Inspection technique des services du ministère de la Justice et des droits humains, chargé des relations avec les institutions, garde des sceaux avec le soutien du Programme des nations unies pour le développement (PNUD).

La corruption gangrène la démocratie et l’Etat de droit au Burkina Faso. Il affecte tous les secteurs de la vie nationale, tant au niveau du public que du privé. En 2020, selon l’Index de perception de la corruption de l’ONG Transparency international, le Burkina Faso est classé 85e sur 180 pays au niveau international et 10e dans l’espace CEDEAO.

A l’instar de la plupart des structures administratives, le secteur de la justice semble trop cité dans le phénomène de la fraude et de la corruption.
Pour faire face à ce fléau qui est complexe, des instruments juridiques ont été adoptés. A ceux-ci, s’ajoute la mise en place de mécanismes de lutte contre le phénomène. L’arbre ne doit pas cacher la forêt, car même si elle a plus ou moins reculé, la corruption dans le milieu judiciaire a la peau dure et sévit toujours.

Le traitement de tous les cas de corruption avérés est une priorité pour le pays, a indiqué le ministre de la justice

C’est dans la perspective du renforcement de la lutte dans le secteur de la justice et des droits humains qu’un numéro vert de l’inspection technique des services qui est le 80 00 11 50 a été lancé ce jeudi 14 juillet 2022, par le ministre de la justice et des droits humains, chargé des relations avec les institutions, garde des sceaux, Barthelemy Kéré. Ce numéro vert intervient à un moment où toutes les machines de l’Etat sont en éveil maximum afin de rendre inopérantes toutes les actions de corruption et de sanctionner tous les auteurs avérés de corruption ou d’infractions assimilées, foi du ministre.

Le gouvernement vent debout contre la corruption

A ce sujet, dira-t-il, un communiqué de la direction de la communication de la Présidence du Faso, en date du 2 mars disait ceci : « Au regard des attentes légitimes des populations dans le domaine de la gouvernance et conformément aux objectifs prioritaires poursuivis, le président du Faso, chef de l’Etat a donné instruction au contrôleur général d’Etat de l’ASCE-LC de procéder dans les meilleurs délais, en relation avec l’Ordre national des experts comptables et la Cellule nationale de traitement des informations financières à un contrôle général de la gestion des structures de l’administration publique ». C’est dire donc, a poursuivi Me Kéré, que le traitement de tous les cas de corruption avérés est une priorité pour le pays en vue d’instaurer une gouvernance vertueuse au sein des structures publiques.

La cérémonie de lancement du numéro vert a connu la présence de l’inspecteur général des services

Avant de clore ses propos, il a fait un clin d’œil au PNUD pour son soutien qui a permis la réalisation de ce projet. Ce numéro vert, pour la représentante ajointe du PNUD au Burkina, Isabelle Tschan, permettra non seulement de dénoncer des disfonctionnements mais de donner suite aux faits de corruptions avérés. Elle a formulé le vœu qu’à l’issue du lancement, le numéro vert soit opérationnel et qu’il contribue à l’amélioration de la qualité des services de justice, à partir des services et à partir des dénonciations que feront les usagers.

La représentante résidente adjointe du PNUD, a réaffirmé le soutien du PNUD au Burkina Faso

Mme Tschan a terminé non sans rappeler la période difficile que traverse le Burkina Faso. Avec cet outil, la représentante résidente adjointe du PNUD est convaincue qu’il contribuera au renforcement de la confiance des populations envers les autorités et par ricochet le rétablissement de la cohésion sociale.

Obissa Juste MIEN
LeFaso.net

Journée mondiale de l’enseignant : « On ne peut pas (...)
Année scolaire 2022-2023 : La région Hauts-Bassins (...)
Burkina : Un besoin de financement de 35 milliards de (...)
Burkina Faso/Plan Z : Une nouvelle trouvaille des (...)
Attaque de Gaskindé : Les chauffeurs routiers du Burkina (...)
Journée mondiale de l’enseignant : 270 récipiendaires (...)
Maouloud 2022 au Burkina Faso : La journée du lundi 10 (...)
Six mois de prison avec sursis pour "Kamao" : « Nous (...)
Visite de la mission de la CEDEAO au Burkina : Des (...)
Burkina Faso/Région de l’Est : Une dizaine de terroristes (...)
Rentrée scolaire dans la région du Sahel : « Aucun élève (...)
TGI Ouaga II : Un commissaire de police reconnu (...)
Burkina/Insécurité :« Si la CEDEAO veut vraiment nous (...)
Suspension des activités des OSC : Un communiqué apporte (...)
Burkina : « Que chacun se rappelle que sa vie sur terre (...)
Campagne de rentrée scolaire : Plus de 56 000 kits (...)
Burkina/Ouagadougou : Les manifestants se moralisent (...)
Autorité pour le développement intégré des Etats du (...)
Burkina : Manifestations hostiles à la France et à la (...)
Burkina/Justice : Ollo Mathias Kambou condamné à six (...)
UTM (Université de Technologies et de Management) : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31458



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés