Actualités :: Insécurité au Burkina : Un réseau de quatre braqueurs mis aux arrêts par la (...)

Le commissaire principal, commissaire central de Bobo-Dioulasso Justin Ouédraogo a animé le jeudi 14 juillet 2022, un point de presse au sein du commissariat central de police.

Ce point de presse avait pour objectif d’annoncer le démantèlement d’un réseau de présumés délinquants spécialisés dans des vols à main armée particulièrement dans la ville de Bobo-Dioulasso.

L’enquête a permis l’interpellation de quatre présumés auteurs, tous de sexe masculin. Il s’agit de G.A.K, 22 ans (employé de commerce), S.S, 17 ans (élève), Y.F.O, 33 ans (employé de commerce) et de D.H, 26 ans (employé de commerce) tous domiciliés à Bobo-Dioulasso.

Pistolet automatique employé par les bandits

Leurs cibles privilégiées étaient les boutiques Orange money, les alimentations et les stations-services.

Il a été saisi sur eux un pistolet automatique avec sept minutions de 9 mm, deux engins à deux roues, un passeport ordinaire, trois clés USB, trois téléphones portables, un macaron.

C’est suite à une agression à main armée dans une boutique de vente de marchandises diverses au secteur 21 de la ville de Bobo-Dioulasso dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2022, qu’une enquête a été ouverte. Ce qui a permis l’interpellation des quatre présumés auteurs.

Le présidium

Le groupe opérait dans les secteurs 5, 12, 20, 21, 22, 30 et 29 de Bobo-Dioulasso. L’opération se déroule généralement de nuit et se présente sous forme d’agression à main armée sur la personne de la victime suivie d’une soustraction par force de tout ce qui est numéraire ou matériel utile trouvé en sa possession.
À l’issue de l’opération, le butin est rapporté au cerveau du groupe Y.F.O qui organise le partage entre les différents membres.

Ils pourraient être poursuivis pour des faits d’actes de grand banditisme conformément à l’article 612-1 du code pénal.

Ce sont au total sept victimes enregistrées grâce aux plaintes ou identifiées après les déclarations des mis en cause.

Vue de victimes

Selon Abiba Hema, pompiste dans une station-service d’essence de Belle-Ville à Bobo-Dioulasso et qui est une victime, c’est d’abord le 14 mai 2022 à 21 h, que deux individus sont venus à ladite station et ont ouvert le feu. Fort heureusement pour sa collègue qui était de service ce jour, la balle a juste touché le mur. Abiba Hema explique que le mercredi 29 juin aux environs de 19h 30, ils sont encore revenus à moto et ont demandé à prendre de l’essence. Alors qu’elle s’apprêtait à les servir, l’un d’entre eux est passé derrière elle pour tenter de l’immobiliser, la menaçant avec un pistolet tout en réclamant de l’argent. Elle répond qu’elle n’en a pas. Ils la fouillent et lui enlèvent 60 000 FCFA des poches.

Fort heureusement, dans la matinée du vendredi 1er juillet, la police les informe qu’ils ont arrêté ces bandits. « On ne peut que remercier les policiers. Je suis très contente », dit-elle.

Des policiers du commissariat central de police de Bobo-Dioulasso

Noufou Tinto, une autre victime, boutiquier au secteur 23 de Bobo-Dioulasso, se souvient de sa mésaventure. Il conte que c’est aux environs de 22h-23h, qu’un des bandits est venu prétextant vouloir acheter de la cigarette. Lui Noufou était à la porte et un adolescent était à l’intérieur de la boutique et assurait la vente.

L’adolescent s’apprêtait d’ailleurs à fermer lorsque lui, il lui intime l’ordre de ne pas le faire et de vendre d’abord la cigarette au client. Une fois dans la boutique le soi-disant client demande à l’adolescent de lui remettre l’argent, mais ce dernier répond qu’il n’en a pas. Sur le champ, il fait sortir un pistolet. Ayant entendu le bruit Noufou Tinto de dehors demande ce qui se passe ? Le "client" se tourne alors et braque l’arme sur lui. Mais, il s’enfuit rejoindre les clients d’un kiosque pour demander de l’aide. Mais ces derniers disent ne pouvoir intervenir étant donné que le bandit est armé. Entre temps, le bandit sort, tire en l’air et s’enfuit. Le boutiquier confie qu’il a pris en gros 150 000 FCFA dans la boutique. Il a remercié les policiers d’avoir mis aux arrêts ces braqueurs.

Les victimes Abiba Hema et Noufou Tinto

Le commissaire central Justin Ouédraogo a salué la franche collaboration de la population qui a permis de démanteler ce réseau. Il a invité les gérants de boutique, station-service d’essence, à plus de vigilance et à dénoncer tout comportement suspects. Il a également invité les personnes autorisées au port d’armes à plus de vigilance sur la tenue de ces armes.

Justin Ouédraogo, commissaire central de police de Bobo-Dioulasso

Quant aux parents, il les a exhortés à plus de suivi de leurs enfants car de plus en plus d’étudiants et d’élèves sont interpellés par leurs services pour des actes de banditisme, toute chose qui ne les honore pas.

A cette occasion, le commissaire central de Bobo Dioulasso a invité la population à appeler les numéros 16, 17, ou 1010, pour tout cas suspect.

Haoua Touré
Lefaso.net

Manifestation à Ouagadougou : « Ce coup-d’État n’est pas (...)
Projet de renforcement de la cohésion sociale et de la (...)
Région du Centre-est : Des ateliers régionaux pour (...)
Burkina/Agriculture : Les activités d’accompagnement des (...)
Bobo-Dioulasso : Des centaines de manifestants (...)
Burkina/Région du Nord : Le « Boukayamdé », une solution (...)
Burkina : Plus de 13 milliards de FCFA de pertes dues à (...)
Rentrée scolaire 2022-2023 : Le ministre en charge de (...)
UTM (Université de Technologies et de Management) : (...)
Campagne "STRONGER TOGETHER" : Déclaration conjointe du (...)
Burkina/Religion : La Maouloud aura lieu dans la nuit (...)
Marche à Bobo-Dioulasso : Des manifestants fouettés par (...)
Leadership féminin au Burkina Faso : Fin du projet « (...)
Centre-nord : Une quarantaine de femmes renforcent (...)
Système éducatif au Burkina : « Une formation qui (...)
Journée mondiale de la contraception : Jhpiego se penche (...)
Burkina/ délinquance : Un faux gendarme dans les filets (...)
Grève des contrôleurs aériens : Le dialogue privilégié
Ministère de la Fonction publique : La première session (...)
Enseignement supérieur au Burkina : L’école supérieure (...)
Scolarisation au Burkina : La Fondation EBOMAF (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31416



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés