Actualités :: Bien-être des employés au Burkina : Le directeur pays de l’OIT sollicite (...)

Le Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) a reçu la visite ce mercredi 6 juillet 2022, du directeur pays de l’Organisation internationale du travail (OIT), Frederick Lapeyre. Une visite de courtoisie aux allures de visite de travail qui a permis aux deux entités de discuter à bâtons rompus sur les questions liées à la santé et à la sécurité des travailleurs, l’extension de la protection sociale et le travail des enfants.

Au-delà de la visite de courtoisie, le directeur pays de l’OIT, Frederick Lapeyre a mis à profit sa visite au CNPB pour discuter des priorités de l’heure dans cette phase de transition. Pour la réalisation d’agenda d’un travail décent, M. Lapeyre soutient que le patronat à un rôle fondamental à jouer. « Il ne saurait avoir de création d’emploi, de promotion d’emploi décent, sans votre implication et le plein engagement des employeurs », a-t-il fait savoir.

Un environnement sûr et saint au travail, la santé et la sécurité au travail a-t-il dit, sont des conventions fondamentales. Elles émanent d’une décision de la conférence internationale du travail et sa mise en œuvre est de la responsabilité première des employeurs, foi du directeur pays de l’OIT. Son institution est prête à fournir des efforts considérables pour appuyer le patronat dans la mise en œuvre de cette convention, foi de M. Lapeyre.

OIT est prête à accompagner le patronat burkinabè selon son directeur pays

Il a informé le patronat qu’il a eu des échanges avec la cheffe des nations unies sur la nécessité d’impliquer les organisations des travailleurs dans l’identification des besoins aussi bien pour les employeurs que pour les employés. « Moi en tant que directeur de l’OIT, je m’en porte garant. C’est un message que je voulais aussi vous apporter », insiste-t-il. Autre sujet abordé, non des moindres c’est la question de l’extension de la protection sociale au profit des travailleurs de l’économie informelle. Selon les explications de M. Lapeyre, il s’agit de trouver des outils de couverture maladie universelle mais aussi des modalités de financement, de cotisation qui reflète les limites et les problèmes des petites et micro entreprises au Burkina.

S’attaquer aux causes profondes du travail des enfants

Il a aussi été question du travail des enfants. Il a conseillé de s’attaquer aux causes profondes qui favorisent le travail des enfants. Ces causes a-t-il cité, sont entre autres la pauvreté, la faible productivité, le manque de formation professionnelle, etc. La question de l’exploitation des mines artisanales n’a pas été occultée lors des échanges. Sur ce point, il a préconisé que le Burkina Faso envisage de mettre en place une convention collective. Car, à l’en croire, c’est une des sources du travail des enfants et de financement du terrorisme.

Le vice-président du CNPB en charge du dialogue social a déclaré avoir pris bonne note les recommandations du directeur pays de l’OIT.

Le CNPB semble avoir pris bonne note. « Nous avons pris bonne note des questions que vous avez évoquées. Je voudrais revenir sur la relation entre notre organisation avec le système des nations unies. Jusque-là nous n’avons pas de rapport, je pense que ça sera effectivement une bonne chose que nous soyons associés dans les prises de décisions » a déclaré son vice-président en charge du dialogue social, Harouna Toguyeni.

Une visite de courtoisie aux allures de visite de travail

Il a ajouté que le CNPB a pu participer à la réunion annuelle de l’OIT avec une délégation de quatre personnes. « Nous avons pris part à tous les travaux. D’ailleurs le ministre du travail vient de nous adresser une lettre de félicitation pour notre participation active », s’est-il réjoui et de terminer en affirmant que le CNPB s’efforce de respecter ses engagements vis-à-vis des travailleurs et vis-à-vis du gouvernement.

Obissa Juste MIEN
LeFaso.net

Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les (...)
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des (...)
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés