Actualités :: Santé : Un projet pour améliorer l’analyse et l’utilisation des données sur le (...)

Ce lundi 4 juillet 2022 s’est ouvert à Ouagadougou l’atelier de fin de phase de conception du projet d’Appui pour le Partenariat visant à améliorer l’appui technique en capacité d’analyse et utilisation des données sur le VIH, la tuberculose et le paludisme en Afrique occidentale et centrale.

Financée par le Fonds mondial, l’initiative visant à améliorer l’appui technique en capacité d’analyse et utilisation des données sur le VIH, la tuberculose et le paludisme a pour objectif de remédier au déficit d’analyse et d’utilisation des informations sanitaires dans huit pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre que sont le Bénin, Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la Gambie, le Mali, Sénégal et la Sierra Leone. L’analyse des données disponibles provenant de sources multiples doit permettre d’améliorer la qualité, l’efficacité et l’impact des interventions des programmes.

L’approche consiste à développer et maintenir la capacité d’analyse et d’utilisation des données aux niveaux national et local à travers des partenariats fonctionnels et efficaces entre les ministères de la Santé et les institutions régionales et nationales compétentes.

« D’importants progrès ont été faits dans le renforcement des systèmes d’informations sanitaires qui ont beaucoup évolué dans les huit pays. Pourtant, l’analyse et l’utilisation de données reste un grand défi surtout au niveau opérationnel. Avec cette initiative, le Fonds mondial a souhaité contribuer à combler ce gap en appuyant la mise en place d’un partenariat entre les ministères de la Santé des pays et les institutions académiques. Un partenariat qui existe déjà, mais nous pensons qu’il n’est pas suffisamment exploité. Il pourrait être mieux mis à profit », a laissé entendre Joanna Barczyk, représentante du Fonds mondial.

Les participants viennent de huit pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre

Pour ce faire, un consortium d’institutions conduite par l’Agence européenne pour le développement de la santé (AEDES) a été recruté pour accompagner la construction des partenariats entre les ministères de la Santé et des institutions académiques nationales visant le renforcement des capacités d’analyse et d’utilisation des données sanitaires.

Le projet comporte deux phases. La première phase qui est celle de la conception a pour but d’évaluer la situation dans les pays, identifier des partenaires académiques avec qui les ministères de la Santé pourront établir des partenariats et avec eux établir une planification des activités à réaliser au cours de la phase de mise en œuvre. La deuxième phase, elle concerne la mise en œuvre qui s’étendra jusqu’en fin 2023.

La première phase qui est celle de la conception est terminée et l’atelier qui s’est ouvert ce 4 juillet pour s’achever le 6 juillet 2022 est le lieu de mettre en commun les résultats obtenus par les huit pays de l’initiative.

Il s’agira au cours de l’atelier, de présenter l’évaluation de la situation et des lacunes identifiées en matière d’analyse et d’utilisation des données dans chaque pays, de présenter des projets de plans d’action à mener avec l’appui d’une institution nationale jusqu’à la fin de 2023 dans chaque pays.

L’atelier sera aussi une occasion d’échanges entre les pays pour apprécier les éléments communs, les bonnes pratiques existantes et les possibilités de partage de certaines activités et de mettre au point des plans d’action de chaque pays. Les participants devraient aussi s’échanger des idées pour le lancement d’un mécanisme ou une plateforme régionale d’échange de connaissances en matière d’analyse et utilisation de l’information sanitaire et identifieront les prochaines étapes. Ils mèneront également la réflexion sur les perspectives et suite à donner à cette initiative après 2023.

Photo de famille

Le Directeur de l’accès aux produits de santé, Dr Zakariya Yabré représentant la secrétaire générale du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a indiqué que le Partenariat visant à améliorer l’appui technique en capacité d’analyse et utilisation des données sur le VIH, la tuberculose et le paludisme en Afrique occidentale et centrale vient affirmer encore une fois de plus l’engagement du Fonds mondial aux côtés du Burkina Faso pour le renforcement du système de santé. « Ce nouveau projet est d’un intérêt particulier pour notre pays dans le cadre du renforcement de notre système de santé et la présence des différentes délégations des autres pays démontre aussi l’importance que les huit pays accordent à ce projet. Je rappelle que le renforcement du système de santé est un des axes prioritaires du Plan national de développement sanitaire du Burkina Faso pour la période 2021-2030 et que le système d’information sanitaire est une des pierres angulaires de ce système. Ainsi tous les projets qui visent le renforcement du système d’information sanitaire vont aider à améliorer la production d’une information sanitaire fiable et disponible pour la prise de décision par les parties prenantes du système de santé à tous les niveaux », a laissé entendre Dr Yabré.

La représentante du Fonds Mondial, Joanna Barczyk, a elle, formulé le souhait qu’à travers ce partenariat, l’analyse et l’utilisation de données sanitaires soit plus facilement institutionnaliser et soit une réalité à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les (...)
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des (...)
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait (...)
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)
Burkina/Santé : Les responsables du ministère de la Santé (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Le ministère renforce (...)
« Projet Lönni » : Quand l’art efface le handicap
Port de casques à Ouagadougou : « C’est trop protocolaire (...)
Startup Challenge, édition 2022 : La 5e phase d’accélération
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés