Actualités :: Paix et cohésion sociale au Burkina : 24 femmes initiées aux techniques de « (...)

La cérémonie de clôture de la session de formation des femmes sur les techniques de « Cercle de paix », a eu lieu ce vendredi 01 juillet 2022, à Ouagadougou.

Placé sous le thème : « Améliorer la prévention des conflits et la gouvernance sécuritaire locale dans les régions du Sahel, Est, Centre-nord et Boucle du Mouhoun au Burkina Faso »

Cette formation des femmes et des jeunes femmes sur les techniques de « Cercle de paix » pour la transformation des conflits est un projet initié par l’ONG Interpeace en collaboration avec le ministère en charge du genre au Burkina.

Cheick Faïsal Traoré, représentant pays de Interpeace

Elle s’inscrit dans le cadre du projet « Améliorer la prévention des conflits et la gouvernance sécuritaire locale dans les régions du Sahel, Est, Centre-nord et Boucle de Mouhoun au Burkina Faso ».

Ce projet financé par le gouvernement du Canada à travers le programme pour la stabilisation et les opérations de paix d’Affaires mondiales Canada, vise à améliorer le niveau de sécurité dans les régions cibles du Sahel, de l’Est, du Centre-nord et de la Boucle de Mouhoun au Burkina Faso, d’une manière qui intègre la dimension genre et les approches favorisant la paix, dans le contexte de la crise multidimensionnelle du COVID-19.

Vincent Charron, chargé d’affaires du Canada au Burkina

« C’est l’occasion pour nous de réitérer nos remerciements au gouvernement du Canada pour la confiance et ce fructueux partenariat », a confié le représentant pays d’Interpeace, Cheick Faïsal Traoré.

Il s’est saisi de l’occasion pour traduire ces félicitations et sa reconnaissance aux formatrices qui ont accepté partager cette technique de « cercle de paix » pour la transformation des conflits qui a permis à des femmes au Mali et dans les zones d’intervention d’être transformées en 72 heures.

« Soyez en rassurées que votre action au Burkina Faso permettra de soigner les blessures internes des femmes présentes à cette formation et aussi de changer les cœurs des femmes dans nos communes d’intervention en faveur de la paix. Merci pour votre engagement pour la cause de la femme et aussi pour la consolidation de la paix et les efforts consentis pour nous transmettre des outils pratiques de transformation des conflits » a martelé M. Traoré.

Sabine Ouédraogo, représentante des femmes

Selon le chargé d’affaires du Canada au Burkina Vincent Charron, cette formation qui s’achève était bâtie autour de l’objectif d’outiller 24 femmes et jeunes femmes venant des régions du Sahel, du Centre-nord, de l’Est et de la Boucle du Mouhoun sur la méthodologie des « cercle de paix » afin d’en faire des actrices endogènes de dialogue pour la paix et la réconciliation au sein de leurs communautés.

« Le Canada a adopté une Politique d’aide internationale féministe qui se concentre sur l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles. Car nous croyons fermement que renforcer le pouvoir des femmes et des filles est le moyen le plus efficace d’éliminer la pauvreté et de consolider la paix », a laissé entendre Vincent Charron.

Remise d’attestations aux bénéficiaires

Au cours de la cérémonie de clôture, le ministère en charge du genre et l’ONG Interpeace ont signé une convention dans le but de consolider leur partenariat.
En effet, la ministre du genre et de la famille, Salimata Nébié /Conombo, a confié que la signature de la présente convention constitue un maillon important dans la si riche chaîne de coopération entre le ministère du Genre et de la famille et Interpeace.

Salimata Nébié /Conombo, ministre du Genre et de la Famille

Elle a traduit ses remerciements à Interpeace et aux femmes qui ont été formées. La ministre a réaffirmé l’engagement de son ministère à toujours soutenir toute action qui œuvre pour la paix et la cohésion sociale du Burkina.

Signature de convention entre Interpeace et le ministère en charge du genre

Sabine Ouédraogo la représentante des femmes bénéficiaires de la formation, a traduit leurs sincères remerciements à toutes les personnes qui, de prêt ou de loin, n’ont ménagé aucun effort pour leur permettre de mener cette formation dans de bonnes conditions. Elle a au nom de toutes promis qu’elles iront dans leurs régions communes transformer et impacter des vies autour d’eux pour que le Burkina Faso regagne sa paix et sa cohésion d’avant.

Patricia Coulibaly
Lefaso.net

Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les (...)
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des (...)
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait (...)
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)
Burkina/Santé : Les responsables du ministère de la Santé (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Le ministère renforce (...)
« Projet Lönni » : Quand l’art efface le handicap
Port de casques à Ouagadougou : « C’est trop protocolaire (...)
Startup Challenge, édition 2022 : La 5e phase d’accélération
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés