Actualités :: Burkina : Les chefs traditionnels réitèrent leur engagement à œuvrer au retour (...)

Au regard de la crise sécuritaire qui secoue le Burkina Faso, les chefs coutumiers et traditionnels se sont réunis ce mercredi 28 juin 2022 au palais du Mogho Naaba Baongo, à Ouagadougou, pour réitérer leur soutien au peuple burkinabè. La cérémonie s’est tenue en présence des rois de Tenkodogo, de Ouagadougou, du Yatenga, de chefs de cantons et de ministres.

C’est dans une ambiance des plus vives avec le son des tam-tams, les chants des griots et tous vêtus de grands boubous, symboles de la royauté qu’ils incarnent, que les chefs traditionnels burkinabè sont sortis de leur silence, pour condamner les actes de terrorisme qui ne cessent d’endeuiller les familles burkinabè.

Les griots battant les tam-tams pour annoncer l’arrivée des rois

Si pour beaucoup d’entre eux, il était inconcevable qu’ils restent de marbre face à la recrudescence des actes terroristes, ces chefs se disent plus qu’indignés de constater que, malgré les multiples actions entreprises pour la restauration de la paix, la situation demeure aux antipodes des attentes des populations. Ainsi, « condamnent-ils toute atteinte à la vie, à l’intégrité physique, morale, psychique de toute personne, quelles que soient sa race, son ethnie, son appartenance politique et idéologique ».

Par ailleurs ils invitent les fils et filles du Burkina qui, pour des raisons diverses, ont des visions ou intérêts divergents avec la nation, à déposer les armes car rien ne peut justifier une telle violence.

Aux autorités du pays, ils rappellent l’impérieuse nécessité de veiller à la protection des libertés individuelles et les invitent par conséquent à mettre les bouchées doubles pour qu’enfin soit restaurée l’intégrité du territoire.

La presse nationale et internationale a répondu présent à l’appel des chefs traditionnels pour véhiculer leur message

Aux populations, ils demandent à ce que soient cultivées les valeurs qui jadis faisaient régner la paix et le vivre ensemble. « L’union, la solidarité, l’amour, le patriotisme, la tolérance, l’acceptation de la différence, la fraternité, l’humilité, le dialogue, le pardon, la cohésion sociale et l’unité nationale », disent-ils, sont ce qui doit nous êtres chers. « Nous devons donc les cultiver et les renforcer ».

Pour finir, ils réaffirment leur ferme engagement à jouer pleinement et entièrement leur partition, à poursuivre leur contribution à la paix.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

𝐌𝐞𝐬𝐬𝐚𝐠𝐞 𝐝𝐞 𝐥’𝐞𝐧𝐬𝐞𝐦𝐛𝐥𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐜𝐡𝐞𝐟𝐬 𝐭𝐫𝐚𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐧𝐞𝐥𝐬 𝐝𝐮 𝐁𝐮𝐫𝐤𝐢𝐧𝐚 𝐅𝐚𝐬𝐨 :

...𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑎𝑣𝑜𝑛𝑠 𝑢𝑛𝑒 𝑚𝑒̂𝑚𝑒 𝑝𝑎𝑡𝑟𝑖𝑒 𝑒𝑡 𝑛𝑜𝑢𝑠 𝑎𝑣𝑜𝑛𝑠 𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑟𝑜𝑡𝑒́𝑔𝑒𝑟 𝑒𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑒́𝑑𝑒𝑟 𝑎𝑣𝑒𝑐 ℎ𝑜𝑛𝑛𝑒𝑢𝑟 𝑒𝑡 𝑑𝑖𝑔𝑛𝑖𝑡𝑒́ 𝑎𝑢𝑥 𝑔𝑒́𝑛𝑒́𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑓𝑢𝑡𝑢𝑟𝑒𝑠...

Autorités politiques et administratives, Autorités religieuses,
Forces de Défense et de Sécurité, Acteurs de la société civile,
Acteurs de développement,
Intellectuels de tout rang,
Hommes de médias,
Anciens, femmes et jeunes des villes et des campagnes ; Populations du Burkina Faso ;
Les chefs supérieurs coutumiers et traditionnels du Burkina Faso vous parlent :

𝐍𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐩𝐚𝐲𝐬, 𝐥𝐞 𝐁𝐮𝐫𝐤𝐢𝐧𝐚 𝐅𝐚𝐬𝐨, 𝐭𝐫𝐚𝐯𝐞𝐫𝐬𝐞 𝐮𝐧 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐢𝐫𝐞𝐬 𝐦𝐨𝐦𝐞𝐧𝐭𝐬 𝐝𝐞 𝐬𝐨𝐧 𝐡𝐢𝐬𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞.
Aujourd’hui, notre peuple fait face à une crise multidimensionnelle grave et le désespoir s’empare des populations.

Le quotidien et le vivre-ensemble sont mis à rude épreuve par les affres de l’insécurité et des conflits intra et inter communautaires.

Investis des hautes missions coutumières et traditionnelles tirées de nos sources ancestrales, les chefs supérieurs coutumiers et traditionnels du Burkina Faso se sentent fortement interpelés par la situation nationale. Notre responsabilité nous impose de rompre le silence.

𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐦𝐚𝐧𝐢𝐟𝐞𝐬𝐭𝐨𝐧𝐬 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐜𝐨𝐦𝐩𝐚𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 𝐞𝐭 𝐧𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐬𝐨𝐮𝐭𝐢𝐞𝐧 𝐚𝐮𝐱 𝐟𝐨𝐫𝐜𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐝𝐞́𝐟𝐞𝐧𝐬𝐞 𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐬𝐞́𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭𝐞́, aux auxiliaires de défense, aux familles éplorées, à toutes les victimes et personnes affectées par les actes d’insécurité et de violence.

L’insécurité est une réalité qui affecte les familles et la Nation. On enregistre de nombreux déplacés dans plusieurs régions du pays. La situation est préoccupante. Malgré les actions entreprises, les résultats restent en deçà des attentes des populations.

LeschefssupérieurscoutumiersettraditionnelsduBurkinaFasoconstatent des propos haineux et d’incitation à l’intolérance et à la violence véhiculés à travers certains canaux de communication. Cela est contraire à l’esprit de fraternité séculaire qui a toujours prévalu dans notre pays et que nous avons hérité de nos parents.

En tant que dépositaires et garants des pouvoirs coutumiers et traditionnels, incarnation de nos valeurs ancestrales, acteurs de l’histoire de notre pays, nous, chefs supérieurs coutumiers et traditionnels du Burkina Faso condamnons :
- toute atteinte à la vie, à l’intégrité physique, morale et psychique de toute personne quelque soit sa race, son ethnie, sa religion, son appartenance politique et idéologique.
- les propos haineux et d’incitation à l’intolérance et à la violence véhiculés à travers certains canaux de communication.
Interpelons :

• - 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐮𝐭𝐨𝐫𝐢𝐭𝐞́𝐬 𝐝𝐮 𝐩𝐚𝐲𝐬, 𝐚̀ 𝐜𝐨𝐧𝐜𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞𝐫 𝐭𝐨𝐮𝐭𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐞́𝐧𝐞𝐫𝐠𝐢𝐞𝐬 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐥𝐚 𝐥𝐮𝐭𝐭𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐥𝐞 𝐭𝐞𝐫𝐫𝐨𝐫𝐢𝐬𝐦𝐞, 𝐥𝐞 𝐫𝐞𝐜𝐨𝐮𝐯𝐫𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞 𝐥’𝐢𝐧𝐭𝐞́𝐠𝐫𝐚𝐥𝐢𝐭𝐞́ 𝐝𝐮 𝐭𝐞𝐫𝐫𝐢𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞 ;
• - les acteurs politiques, administratifs, religieux et coutumiers, à quelque niveau qu’ils soient, sur le devoir de veiller au respect de l’intégrité de chaque communauté en utilisant leur leadership pour contribuer à apaiser les tensions et à réconcilier les Burkinabè ;

• - les filles et fils du Burkina qui, pour des raisons diverses ont des visions ou intérêts divergents avec la nation à déposer les armes, à revenir à la raison et à la « maison » pour qu’ensemble, nous bâtissions notre pays dans la paix et la quiétude ;
• - le peuple Burkinabè, à manifester sa compassion et sa solidarité par son soutien actif aux déplacés internes, aux veuves, aux orphelins et à l’ensemble des personnes vulnérables du fait de la crise ;

• - les Burkinabé à cultiver et renforcer : l’union, la solidarité, l’amour, le patriotisme, la tolérance, l’acceptation de la différence, la fraternité, l’humilité, le dialogue, le pardon, la cohésion sociale et l’unité nationale.

𝐋𝐞𝐬 𝐜𝐡𝐞𝐟𝐬 𝐬𝐮𝐩𝐞́𝐫𝐢𝐞𝐮𝐫𝐬 𝐜𝐨𝐮𝐭𝐮𝐦𝐢𝐞𝐫𝐬 𝐞𝐭 𝐭𝐫𝐚𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐧𝐞𝐥𝐬 𝐝𝐮 𝐁𝐮𝐫𝐤𝐢𝐧𝐚 𝐅𝐚𝐬𝐨 𝐫𝐚𝐩𝐩𝐞𝐥𝐥𝐞𝐧𝐭 : • - à l’ensemble des Burkinabè, la nécessité de cultiver le sentiment d’appartenance à une même nation, la volonté de vivre ensemble et de bâtir à l’unisson, une nation forte et prospère ;

• - qu’au-delà de nos différences ethniques, religieuses idéologiques, philosophiques, politiques, nous avons une même patrie et nous avons le devoir de la protéger et de la céder avec honneur et dignité aux générations futures.
Populations du Burkina Faso,

En ce qui concerne les chefs supérieurs coutumiers et traditionnels du Burkina
Faso, ils réitèrent leur disponibilité et leur ferme engagement à jouer pleinement et entièrement leur partition, à poursuivre leur contribution à la paix.
𝐈𝐥𝐬 𝐢𝐦𝐩𝐥𝐨𝐫𝐞𝐧𝐭 𝐥𝐚 𝐭𝐞𝐫𝐫𝐞 𝐧𝐨𝐮𝐫𝐫𝐢𝐜𝐢𝐞̀𝐫𝐞 𝐞𝐭 𝐩𝐫𝐨𝐭𝐞𝐜𝐭𝐫𝐢𝐜𝐞 𝐝𝐮 𝐁𝐮𝐫𝐤𝐢𝐧𝐚, 𝐥𝐞𝐬 𝐦𝐚̂𝐧𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐬 𝐚𝐧𝐜𝐞̂𝐭𝐫𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐓𝐨𝐮𝐭 𝐏𝐮𝐢𝐬𝐬𝐚𝐧𝐭 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐪𝐮’𝐢𝐥𝐬 𝐯𝐞𝐢𝐥𝐥𝐞𝐧𝐭 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐁𝐮𝐫𝐤𝐢𝐧𝐚.
𝐃𝐢𝐞𝐮 𝐞𝐭 𝐥𝐞𝐬 𝐦𝐚̂𝐧𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐧𝐨𝐬 𝐚𝐧𝐜𝐞̂𝐭𝐫𝐞𝐬 𝐛𝐞́𝐧𝐢𝐬𝐬𝐞𝐧𝐭 𝐥𝐞 𝐁𝐮𝐫𝐤𝐢𝐧𝐚 𝐅𝐚𝐬𝐨 !

𝐅𝐚𝐢𝐭 𝐚̀ 𝐎𝐮𝐚𝐠𝐚𝐝𝐨𝐮𝐠𝐨𝐮, 𝐥𝐞 𝟐𝟗 𝐣𝐮𝐢𝐧 𝟐𝟎𝟐𝟐
Les chefs supérieurs coutumiers et traditionnels du Burkina Faso
Sa Majesté Naaba DJIGUIMPOLE, Roi de ZOUNGRANTENGA, TENKODOGO
Sa Majesté Naaba KIBA, Roi du YATENGA, OUAHIGOUYA
Sa Majesté Moogho Naaba BAONGO, Roi de l’OUBRITENGA, OUAGADOUGOU
Sa Majesté Naaba SIGRI, Roi du BOUSSOUMA
Sa Majesté l’Emir du Liptako DORI
Sa Majesté l’Emir de DJIBO
Le chef suprême des BOBO Mandarè, chef du canton de BOBO DIOULASSO
Le POPE, chef du canton de PÔ
Le chef du canton de DEDOUGOU
Le chef du canton de GAOUA

Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les (...)
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des (...)
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait (...)
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)
Burkina/Santé : Les responsables du ministère de la Santé (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés