Actualités :: Célébration de la Journée de l’enfant africain : L’UNICEF fait une sortie (...)

Chaque 16 juin, est célébrée la journée de l’enfant africain. Cette année, le thème retenu est « Elimination des pratiques néfastes affectant les enfants : progrès sur les politiques et pratiques depuis 2013 ». En prélude à cette célébration, la représentante de l’UNICEF au Burkina Sandra Lattouf et l’ambassadeur de bonne volonté Smarty, ont effectué ce 2 juin 2022, une visite de terrain à Kaya, dans le Sanmatenga.

Cette visite a concerné deux sites que sont le CSPS du secteur 6 et l’espace ami des enfants de Bangrin. Elle avait pour but de permettre aux visiteurs de toucher du doigt les réalités des programmes soutenus par l’UNICEF, en ce qui concerne la malnutrition et la prise en charge psychosociale des enfants vulnérables notamment ceux déplacés internes.

Etre aux côtés des populations bénéficiaires et de toutes ces personnes engagées dans le bien-être des enfants pour les écouter afin d’améliorer la collaboration. Voici ce qui a motivé la représentante de l’Unicef et l’ambassadeur de bonne volonté à effectuer cette sortie terrain. Cap est d’abord mis sur le centre de santé et de promotion sociale du secteur 6 de Kaya, premier site à accueillir les visiteurs du jour.

Les visiteurs du jour ont assisté à une séance de dépistage de la malnutrition

L’objectif ici est de constater de visu, les activités de prévention et de traitement de la malnutrition qu’elle soit modérée ou sévère, ainsi que le mécanisme de transfert avec les hôpitaux pour essayer de récupérer les enfants. En effet, l’UNICEF appuie le centre de santé à travers la formation du personnel, le matériel de récupération nutritionnelle et des médicaments.

A son arrivée, la délégation est accueillie par le major du CSPS et la responsable de l’unité de prise en charge des enfants malnutris. Le major Issa Sawadogo, laisse entendre que le nombre de cas d’enfants malnutris va de façon croissante, avec l’arrivée massive des déplacés fuyant l’insécurité. "Avec l’arrivée des nouveaux déplacés de Foubé, Dablo, on assiste à une augmentation du nombre de cas d’enfants malnutris, de femmes enceintes et de femmes allaitantes du fait de la situation sécuritaire.

L’espace amis des bébés

Pour le premier trimestre de l’année 2022, c’est plus de 450 enfants malnutris qui ont pu être enrôlés et pris en charge", soutient-il. La responsable de l’unité de prise en charge des malnutris, explique quant à elle le processus de dépistage de la malnutrition des enfants qui viennent pour la pesée et pour la vaccination, ainsi que la prise en charge qu’ils assurent à leur niveau. Le CSPS prend en charge les enfants qui souffrent de malnutrition modérée, et réfère ceux qui souffrent de malnutrition aigüe au centre hospitalier régional pour une meilleure prise en charge.

Sandra Lattouf, représentante de l’UNICEF au Burkina

Après un tour à la salle de vaccination pour constater comment se fait de façon concrète le dépistage de la malnutrition, les visiteurs du jour sont conduits à l’espace Amis des bébés, aménagé au sein du CSPS. Là, des animatrices apprennent aux mères comment allaiter correctement les bébés et préparer des bouillies enrichies à base de céréales locales. Plusieurs mères trouvées sur place, affirment avoir beaucoup appris des séances avec les animatrices et soutiennent que leurs enfants se portent mieux depuis qu’elles fréquentent l’espace Amis des bébés.

La représentante résidente de l’Unicef, à l’issue de la visite, apprécie le travail fait par les agents de santé en vue de récupérer les enfants souffrant de malnutrition. "Nous avons dans ce centre un bon exemple d’une approche multisectorielle pour la prévention qui est la meilleure façon de protéger nos enfants, et pour les cas où l’on arrive pas à les protéger pour le traitement. La situation des enfants est actuellement vraiment dramatique. Les agents de santé évoquent une multiplication par deux pour la même période de l’année du nombre d’enfants malnutris. Il faut que toutes les forces se réunissent pour aider les enfants, non pas uniquement pour le traitement mais aussi pour la prévention", a-t-elle dit.

Smarty, ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF

L’ambassadeur de bonne volonté Smarty, soutient que cette sortie est particulièrement touchante, car elle permet de comprendre l’ampleur de la situation que traverse le Burkina Faso. "On parle de la crise alimentaire et des choses que subissent les personnes déplacées internes, et quand tu arrives sur le terrain et que tu touches la réalité ça fait mal. Ça fait mal quand tu as eu la chance d’être éduqué, nourri, et que tu arrives dans ce centre et que tu vois des enfants qui vivent dans ces conditions et quand tu es Burkinabè ça fait mal. Il faut que le Burkina comprenne qu’aujourd’hui il y a une génération qui est en danger, et il est plus qu’urgent qu’on puisse ensemble se lever et poser des actes pour sauver cette génération".

A l’espace amis des enfants, les plus grands s’initient au tricot

Il a laissé entendre qu’en tant qu’ambassadeur de bonne volonté Unicef, son rôle est d’user de sa casquette d’artiste et de personne publique, afin d’influencer les décisions politiques pour pouvoir agir dans le sens de l’amélioration des conditions des populations. Il invite tous les Burkinabè à se sentir concernés par la situation difficile que vivent les déplacés internes, car nul n’est à l’abri de ce qui leur arrive. "Voilà pourquoi il faut être proche d’eux et mettre une pression positive sur nos autorités afin qu’elles comprennent qu’au-delà des bureaux, la réalité c’est le terrain", a-t-il ajouté.

Les touts petits de l’espace amis des enfants en pleine séance de jeu.

Après le CSPS, la visite s’est poursuivie sur le site Espace amis des enfants de Bangrin toujours au secteur 6 de Kaya. Ce site reçoit chaque jour, environ 150 enfants déplacés et ceux des communautés hôtes, dont l’âge est compris entre 3 et 17 ans. Répartis en groupes par tranches d’âge, ces touts petits font des jeux ludiques, apprennent à dessiner et à faire du tricot. Elise Guibla, animatrice du site, explique que les enfants de 3-6 ans font des jeux de construction et apprennent des chants et danses. Ceux de 7-12 ans s’exercent aux jeux d’awalé, aux contes ainsi qu’aux chants et danses. Les enfants de 13 à 17 ans eux bénéficient d’une formation professionnelle et de sensibilisation sur des thèmes de compétence de vie courante. Les visiteurs du jour ont pu discuter avec les enfants présents sur le site, qui n’ont pas manqué d’offrir à l’ambassadeur de bonne volonté un dessin en guise de cadeau. Celui-ci les a en retour gratifié d’un mini concert, qui a fait plus d’un heureux.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Sud-ouest : Le 3e plan d’action national pour un (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les (...)
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des (...)
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait (...)
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés