Actualités :: Inclusion au Burkina : Un « référentiel national » pour améliorer les (...)

L’Association burkinabè pour l’inclusion des personnes albinos (ABIPA) a organisé, le jeudi 16 juin 2022 à Bobo-Dioulasso, un atelier de validation d’un « référentiel national » afin d’améliorer les conditions de vie des personnes atteintes d’albinisme au Burkina Faso. Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet « Gombèlè ».

La situation des personnes atteintes d’albinisme au Burkina Faso n’est pas aussi reluisante. C’est du moins ce que révèle le rapport d’étude du projet intitulé « Gombèlè ». Ce projet est porté par l’Association burkinabè pour l’inclusion des personnes albinos (ABIPA) avec l’appui financier de CBM Global. Il est aussi accompagné par le ministère en charge de la Santé. Ce projet vise à améliorer les conditions de vie des personnes atteintes d’albinisme dans deux régions du Burkina Faso, à savoir les Hauts-Bassins et les Cascades.

Dans sa mise œuvre, il a été structuré en deux phases. La première phase, qui a couvert la période de 2019 à 2020, a porté sur la réalisation d’études dans le but de mieux appréhender ce type de handicap dans les régions concernées. Selon les résultats d’études sur le terrain, la prévalence de l’albinisme était de 6,72 sur 10 000 habitants dans la province de la Comoé (Cascades) et 5,73 sur 10 000 habitants dans le Houet (Hauts-Bassins). Aussi, les études révèlent que les personnes atteintes d’albinisme ont une mauvaise connaissance de leurs affections (70,34%). Parmi elles, seulement 28,74% avaient un bon niveau de connaissance sur les pathologies fréquentes (oculaires et cutanées).

« Près de 90% des agents de santé savaient qu’il existe des pathologies fréquentes chez les personnes atteintes d’albinisme, mais seulement 30,68% ont une bonne connaissance de ces pathologies », lit-on dans le rapport. Par ailleurs, ledit document mentionne une insuffisance de formations des agents de santé sur l’albinisme et de ressources humaines spécialisées. A titre d’illustration, le rapport fait cas d’un seul médecin ophtalmologue pour toute la région des Cascades qui comptait 669 532 habitants en 2020.

Les participants à l’atelier de validation du « référentiel national ».

Améliorer les conditions de vie des albinos

C’est dans le but de pallier toutes ces insuffisances et dans le souci d’assurer une meilleure prise en charge des personnes atteintes d’albinisme que le présent guide de formation et de prise en charge des affections ophtalmologiques et dermatologiques liées à l’albinisme a été conçu. A en croire Sibiri Kaboré de la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non-transmissibles, ce guide a été élaboré par des personnes ressources et le document sera mis à la disposition du personnel de santé dans les formations sanitaires du Burkina Faso.

« L’étude a été menée par des personnes-ressources qui ont, par la suite, produit ce guide. Le document prévoit des séances de formation au profit des personnels de santé, afin de renforcer leurs capacités dans la prise en charge des pathologies des personnes atteintes d’albinisme », a-t-il dit, avant de souhaiter que les agents de santé s’approprient le contenu du document, une fois mis à leur disposition. Il reste convaincu que ce guide va permettre d’aider les agents de santé et les acteurs communautaires à prodiguer des conseils de prévention sur les pathologies oculaires et cutanées aux personnes atteintes d’albinisme et aux parents d’enfants atteints d’albinisme.

Sibiri Kaboré de la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non-transmissibles.

Le docteur Léopold Ilboudo est médecin dermatologue au Programme national de lutte contre les maladies tropicales négligées. Pour sa part, il a affirmé que ce guide va non seulement permettre d’améliorer la prise en charge des personnes atteintes d’albinisme, mais aussi sensibiliser les albinos et les parents des albinos, afin qu’ils puissent se protéger contre le soleil. « Pour la prise en charge des personnes atteintes d’albinisme, il faut une bonne collaboration entre le médecin ophtalmologue et dermatologue. Les problèmes liés à la peau évoluent du moins grave au plus grave. Le moins grave, ce sont les rougeurs constatées au niveau de la peau des personnes albinos sous l’effet du soleil. Au fur et à mesure que la personne s’expose au soleil, elle peut avoir des taches noires sur sa peau. Et si l’exposition continue, il y a d’autres anomalies plus graves à type de plaie qui peuvent aboutir à un cancer de la peau », a expliqué Dr Léopold Ilboudo.

C’est pourquoi, il a invité les personnes atteintes d’albinisme à toujours se protéger contre le soleil, « en portant des habits qui couvrent tout le corps, des chapeaux à large rebord et des lunettes de protection solaire, pour éviter que les rayons solaires n’attaquent la peau et les yeux ». Ce guide sera utilisé par des personnes au niveau déconcentré, dans les villages et les provinces pour donner la bonne information sur l’albinisme et aider les agents de santé à mieux prendre en charge les albinos.

Un atelier pour valider le « référentiel national »

Cet atelier de validation du guide de détection précoce et de prise en charge des pathologies courantes chez les personnes atteintes d’albinisme au Burkina Faso est l’initiative de l’ABIPA, avec l’appui financier de CBM Global. Elle a connu la présence des acteurs du ministère de la Santé dont la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non-transmissibles. Il a pour objectif de valider ce référentiel national, en vue d’améliorer les conditions de vie des personnes atteintes d’albinisme. Cet atelier entre dans la seconde phase du projet Gombèlè qui couvre la période de 2021 à 2023.

Le document est structuré en deux grandes parties. Une première partie sur les affections ophtalmologiques et une deuxième partie sur les affections dermatologiques. Selon Anne Marie Ouédraogo, chargée de programme à CBM Global et point focal du projet Gombèlè au niveau de CBM Global, l’idée de concevoir le guide était de mettre à la disposition des agents de santé à la base et aussi des acteurs communautaires, un document pour la sensibilisation des populations sur l’albinisme de façon générale.

Le président de l’ABIPA, Fabéré Sanon, plaide pour l’inclusion sociale des personnes albinos au Burkina Faso.

« Au Burkina Faso, nous avons très peu de spécialistes en santé oculaire et en dermatologie, alors que les albinos souffrent beaucoup de pathologie oculaire, notamment la basse vision. Aussi, elles sont à risque de développer des cancers dus au soleil. C’est pourquoi nous avons jugé utile, avec l’accompagnement de la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non-transmissibles, d’élaborer un référentiel national qui va nous aider à former les infirmiers et à sensibiliser les acteurs communautaires sur les pathologies courantes liées à l’albinisme », a-t-elle laissé entendre. A l’en croire, c’est tout un processus qui a conduit à l’élaboration du document.

Fabéré Sanon est le président de l’ABIPA. Il a ainsi fait savoir que la situation des personnes atteintes d’albinisme au Burkina est marquée par des problèmes de santé, de scolarisation, de formation professionnelle et d’emplois. « En somme, des problèmes d’inclusion sociale », a-t-il résumé. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Décès de Hadja Mah Kouyaté N°2 : Une distinction (...)
Journée mondiale du diabète 2022 : Mot de la Dre (...)
Lutte antiterroriste au Burkina : « J’ai convaincu 120 (...)
Burkina Faso : Le label poulet bicyclette a désormais un (...)
Projet Benkadi : L’ONG APIL met en place un comité de (...)
Violations supposées de droits humains dans des villages (...)
Ouagadougou : Une équipe gouvernementale dépêchée à (...)
Burkina : L’ASCE/LC se démarque d’un prétendu audit du (...)
Campus France Burkina Faso : Un tremplin pour les études (...)
Leadership féminin au Burkina Faso : La problématique au (...)
Burkina/Santé : Un plaidoyer pour un meilleur accès aux (...)
Langues nationales du Burkina : Vers la valorisation du (...)
Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au (...)
Région du Sahel : Les fournisseurs locaux de la mine (...)
Forte demande de sang : « L’alimentation est très (...)
Direction générale de la LONAB : Léandre Sédogo assure (...)
Lutte contre les maladies non transmissibles au Burkina (...)
Urbanisme au Burkina : « Il faut voir grand si l’on veut (...)
Burkina : Le Conseil économique et social ouvre ses (...)
Burkina Faso : Plus de 74 tonnes de faux médicaments (...)
Santé : Le Projet de riposte au covid-19 fait don de (...)

Pages : 0 | ... | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | 231 | 252 | 273 | 294 | ... | 31899



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés