Actualités :: Burkina : L’Ordre des ingénieurs en génie civil souffle sa 10e bougie et (...)

En prélude à de la commémoration de son dixième anniversaire d’existence, l’Ordre des ingénieurs en génie civil du Burkina Faso (OIGC-BF), a tenu une conférence de presse ce jeudi 16 juin 2022 à Ouagadougou.

Crée en 2012, l’Ordre des ingénieurs en génie civil du Burkina Faso (OIGC-BF) est une organisation à caractère professionnel qui a pour mission de veiller au respect des règles et conditions d’exercice de la profession, d’œuvrer au développement continu et au bien-être de la profession et d’assurer la défense des intérêts matériels et moraux de la profession d’ingénieur en génie civil au Burkina.

L’année 2022 marque donc son 10e anniversaire d’existence. Les 72 heures de l’ingénieur seront célébrées du 23 au 25 juin 2022 sous le thème « exercice de la profession d’ingénieur en génie civil au Burkina Faso, enjeux et défis ».

Selon le vice-président de l’OIGC-BF, Eustache Maurice Yaguibou, le thème choisi n’est pas anodin car il incite à faire une introspection, afin de mieux envisager l’avenir de la profession d’ingénieur en génie civil au Burkina Faso. Plusieurs communications seront faites dans le but de les aider à vivre le thème. « Ces échanges porteront, entre autres, sur la formation des ingénieurs en génie civil, l’exercice de la profession d’ingénieur en génie civil dans les espaces économiques sous-régional et régional, les risques et responsabilités dans le métier et la qualité des matériaux de construction », a indiqué M. Yaguibou.

« Nous avons une très grande collaboration avec les architectes, les urbanistes », a déclaré le vice-président de l’OIGC-BF, Eustache Maurice Yaguibou

Il ajoute que « la célébration de ces journées connaîtra la participation des ingénieurs du Burkina ainsi que ceux des organisations sœurs des pays africains et les organisations faîtières d’Afrique », avant de donner la parole au président du comité d’organisation, Rigobert Hien, pour plus de précision sur les activés prévues pour la circonstance en plus des panels.

« Plusieurs activités sont au programme telles que les expositions des activités liées au génie civil à l’institut 2IE situé à l’université Joseph Ki-Zerbo, des sorties touristiques et détente organisées au profit des participants sans oublier la conférence de presse de ce jour », a expliqué M. Hien.

En dix ans d’existence, l’organisation a enregistré des acquis et note également des défis à relever. En termes d’acquis, M. Yaguibou a noté essentiellement la mise à jour régulière du tableau de l’ordre, la catégorisation de l’OIGC-BF, le renforcement des capacités des membres, beaucoup de partenariats noués à l’extérieur avec des organisations sœurs, l’élaboration d’un projet de catégorisation et de tarification des prestations des ingénieurs etc. »

L’ordre a beaucoup travaillé à se faire connaître au niveau national et international. Selon le président de l’OIGC-BF, Maxime Somda, « personne ne devrait se lever de nos jours pour aller soumissionner à un marché s’il n’est pas inscrit au tableau de l’OIGC-BF. Pour le faire, l’ingénieur devrait présenter son attestation d’inscription à l’ordre.

Selon Maxime Somda, président de l’OIGC-BF, « L’ingénieur qui prête ses services doit le faire de façon très professionnelle »

Ainsi en cas de défaillance technique, un contrôle sera fait et cet ingénieur fautif sera traduit en conseil de discipline de l’ordre qui est chargé de veiller à la déontologie de leur profession. « Nous constatons que dans notre pays, beaucoup d’écoles et de grands immeubles s’écroulent », a déploré M. Somda. Il invite tous les entrepreneurs à travailler de façon très professionnelle. « Nous devons tous nous mobiliser derrière la qualité du travail et non derrière l’argent », a-t-il conseillé.

Le défi majeur à relever par l’OIGC-BF est « la concrétisation d’un centre de référence », a indiqué le vice-président Eustache Maurice Yaguibou. « Nous sommes des concepteurs mais ce sont les entreprises de travaux qui exécutent » a-t-il dit pour parler du deuxième défi qui est la préparation des ingénieurs individuels et ingénieurs conseils sur le plan technique et managérial afin qu’ils puissent faire face à la concurrence internationale. L’OIGC-BF compte sensibiliser et préparer les ingénieurs locaux aux offres publiques faites dans l’espace communautaire.

L’OIGC-BF enregistre à ce jour au moins 600 ingénieurs individuels et 90 ingénieurs conseils inscrits au tableau. Il travaille à mettre fin à l’exercice illégale de la profession d’ingénieur au Burkina Faso car beaucoup d’ingénieurs ne sont pas inscrits dans l’ordre. Une invite a été faite à tous les ingénieurs à s’inscrire dans l’OIGC-BF pour éviter d’être poursuivis pour exercice illégal de la profession en cas de sinistre.

La presse

Maxime Somda a rappelé que l’article 8 de la loi 020-2012/AN portant création de l’ordre des ingénieurs en génie civil du Burkina Faso stipule que : « Nul ne peut exercer la profession d’ingénieur en génie civil au Burkina Faso, s’il n’est pas inscrit au tableau de l’ordre ».
Ils ont remercié l’Etat ainsi que les sponsors qui les accompagnent.

Yvette Hien (stagiaire)
Lefaso.net

Prix renforcement des capacités : Le CEFOC fête sa (...)
Prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida : (...)
Lazare Banssé, secrétaire permanent de l’ACAME : "Nous (...)
Fait divers : C’était Madame...
Les faits divers de Sacré : Quelle histoire !
Education : 143 589 candidats à la conquête du 1er (...)
Réseau des parlementaires en matière de population et (...)
Une mosquée de vendredi pour le secteur 18
Protection de l’enfant : Deux mois pour sensibiliser les (...)
Mortalité maternelle et néonatale : appel à la mobilisation
Ministère dela santé : Partenariat renforcé avec les (...)
Affaire de parcelle au secteur 15 : Le mur et la mosquée (...)
Police spéciale à l’université : Du boucan pour rien (...)
Fait divers : Un voleur dans un célibatérium
Commission africaine des Droits de l’Homme et des (...)
Gendarmerie : Le professionnalisme des directeurs (...)
Entreprise Oumarou Kanazoé - ex-travailleurs : Médiation (...)
Promotion des droits humains : "Le Burkina, un exemple (...)
5e Forum pharmaceutique international : S’engager plus (...)
Sida, tuberculose et paludisme : Le mécanisme du Fonds (...)
L’éducation bilingue : une alternance sûre pour (...)

Pages : 0 | ... | 30933 | 30954 | 30975 | 30996 | 31017 | 31038 | 31059 | 31080 | 31101 | ... | 31395



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés