Actualités :: Journée de l’enfant africain : L’association LYDIE aux cotés des mineurs de la (...)

L’association LYDIE a organisé par anticipation, la célébration de la journée de l’enfant africain qui se tient chaque 16 juin de l’année. Elle a procédé à une cérémonie de remise d’un espace socio-éducatif aux mineurs vivants en milieu carcéral. C’était le jeudi 14 juin 2022 au sein de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO).

Le thème retenu au plan africain et au niveau national pour cette commémoration est : « Elimination des pratiques néfastes affectant les enfants : Progrès sur les politiques et pratiques depuis 2013 ». L’association LYDIE l’a célèbre sous le thème : « Elimination des pratiques néfastes affectant les enfants en conflits avec la loi : responsabilités et perspectives ». Cet espace socio-éducatif construit par l’association va permettre aux enfants détenus de s’occuper sainement et d’avoir plus de rudiments pour une facilitation de l’insertion socio-professionnelle, une fois à l’extérieur. A travers ce don, LYDIE a pour objectif de contribuer à l’élimination des pratiques néfastes affectant les enfants notamment les enfants en conflit avec la justice.

La coupure du ruban

Selon les initiateurs, il a été constaté que les mineurs en prison sont confrontés à une inadaptation des lieux de détention à leurs besoins, l’absence de visites des proches et une insuffisance des services essentiels (santé, éducation, loisir, etc.). « Un enfant incarcéré ne perd pas tous ses droits. Il est dans un milieu sécurisé et contrôlé. Mais il doit continuer à s’épanouir, un enfant, c’est une destinée.

L’association LYDIE qui œuvre pour la protection de l’enfance travaille dans ce sens. Voilà pourquoi, les responsables de l’association ont trouvé un cadre pour tous ces enfants en contacts avec la loi. Il s’agira d’un cadre qui va abriter des jeux et est également éducatif », a justifié Serge Samandoulougou, le représentant de la présidente de l’association LYDIE, la pasteure Hortense Karambiri.

Cet espace a une superficie de 88 mètres carrés

L’édifice est estimé à plus de trois millions de FCFA. L’association a bénéficié de l’appui financier de l’ONG suédoise ERIKS Development Partner. La représentante régionale Afrique de l’Ouest de l’ONG, Fatimata Nabias Ouédraogo a qualifié le geste de l’association de pertinent. Elle a souligné que cet accompagnement s’explique par le fait que l’association travaille à empêcher « que des enfants se retrouvent ici, en agissant avec des enfants en situation de rue et avec les jeunes pour les sensibiliser aux dangers de la consommation des stupéfiants et de l’alcool. Nous avons trouvé également pertinent ce projet à travers cette action vis-à-vis des enfants en milieu carcéral. Les causeries éducatives vont amener les enfants à comprendre qu’on peut trébucher et se relever ».

Serge Samandoulougou a remercié les partenaires qui ont rendu possible la création de cet espace

L’inspecteur divisionnaire de sécurité pénitentiaire, Eloi Guigma, a signifié toute sa gratitude aux initiateurs. Il a précisé que cet espace va permettre aux jeunes de dérouler plusieurs activités socio-culturelles et éducatives. Il affirmé que plus d’une cinquantaine de mineurs vont profiter de cet espace. C’est Assétou Sawadogo Kaboré qui a présidé la cérémonie. Elle est la secrétaire générale du ministère du Genre et de la famille. Elle a invité les bénéficiaires à bien entretenir le joyau, car, c’est un ensemble d’efforts qui a permis de réaliser sa construction.

Fatimata Nabias Ouédraogo est la représentante régionale Afrique de l’Ouest d’ERIKS Development Partner

Elle leur a conseillé d’avoir une bonne conduite pour éviter un prolongement du séjour en prison. Pendant la cérémonie, des détenus ont montré leurs jeux d’acteurs en présentant un sketch. Il a abordé la thématique des violences faites aux enfants.

Eloi Guigma a plaidé pour une multiplication des espaces de ce genre dans d’autres maisons d’arrêts et de corrections du Burkina Faso

L’association LYDIE œuvre depuis plusieurs années en faveur du bien-être des couches sociales défavorisées. Elle a fait de la lutte contre la drogue son cheval de bataille.

Assétou Sawadogo Kaboré a représenté le ministère du Genre et de la famille

La journée de l’enfant africain a été instituée par l’Organisation de l’unité africaine, devenue Union africaine, en souvenir du massacre de centaines d’enfants par le pouvoir de l’apartheid, lors d’une marche pour leurs droits à Soweto, en Afrique du Sud.

SB
Lefaso.net

Projet régional OKP-TMT+ : Un atelier national pour le (...)
Education de qualité au Burkina : Le Centre national des (...)
Opération mana-mana à Koubri : « Il faut prendre soin de (...)
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Domotique au Burkina : Prenez le contrôle de votre (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Eldad Kabore : Trouver son épanouissement professionnel (...)
Burkina Faso : Les jeunes cadres de l’UNDD saluent (...)
Burkina / Balai Citoyen : L’appel du « Camp Cibal 2022 » (...)
Instituts supérieurs privés du Burkina : Le BTS 2022 (...)
Agression de civils à Ouagadougou : Le Chef d’état-major (...)
Education : L’association Coach du cœur offre 300 kits (...)
Ecole d’été en intelligence artificielle : Les participants
Projet Weoog-Paani : Le comité technique de suivi dresse (...)
Sud-Ouest : L’Association pour la promotion féminine de (...)
Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31416



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés