Actualités :: Burkina/Sud-ouest : La continuité de la scolarité des enfants déplacés en (...)

La situation des enfants déplacés internes préoccupe les hommes de médias de la région du Sud-ouest. Ils ont fait un plaidoyer sur la scolarité des enfants déplacés internes au cours de la 4ecaravane de presse du Réseau des journalistes et communicateurs du Sud-ouest pour la protection de l’enfant (REJCPE) qui s’est tenu du 23 au 25 mai 2022.

L’acte 4 de la caravane de presse du Réseau des journalistes et communicateurs du Sud-ouest pour la protection de l’enfant (REJCPE), a sillonné les localités de Dissin, Diébougou et Gaoua sous le thème ’’ Protection des enfants dans un contexte de crise sanitaire et sécuritaire’’. Une tournée qui a permis de sensibiliser, interpeller, les populations et décideurs sur la nécessité de protéger les enfants des maux tels que la maltraitance, les pires formes de travail, les mutilations génitales féminines.

Outre ces phénomènes que subissent les enfants, la situation sécuritaire vient également fragiliser la vulnérabilité de plusieurs enfants contraints d’abandonner l’école pour se réfugier dans des zones plus « sécurisées ».

Selon les services de l’action humanitaire et de la solidarité nationale des provinces de la Bougouriba et du Poni, des déplacés internes venant des zones à fort défis sécuritaires ont été enregistrés depuis deux ans environ.

La caravane de presse du Réseau des journalistes et communicateurs du Sud-ouest pour la protection de l’enfant (REJCPE).

La situation des enfants déplacés internes

« La province du Poni au mois d’avril 2022, a enregistré 20448 déplacés internes dont 12759 enfants, soit environ 60% d’enfants. Et cela est aussi consécutif à la crise qui a secoué la commune de Djigouè et environnants (Hélintira) », nous confie le directeur provincial en charge de l’action humanitaire du Poni, Olé Kam.

Du côté de la de la Bougouriba, les déplacés internes ont été accueillis depuis 2019, nous informe le directeur provincial en charge de l’action humanitaire, Salfo Karanga. « Toutes les communes de la province sont concernées. A la date du 31 mars 2022, nous avions enregistré plus de 2000 enfants déplacés internes, soit 1300 garçons et 1600 filles », relève-t-il.

Des efforts de prise en charge

Face à cette situation, une prise en charge intégrée a été adoptée, associant les services de l’action sociale, de l’administration territoriale, la santé, l’éducation, la sécurité, rassure le directeur provincial en charge de l’action humanitaire de la province de la Bougouriba, Salfo Karanga.

Au-delà de la prise en charge psycho-sociale (accueil, enregistrement, prise en charge alimentaire, habillement) qui a été assurée par les services de l’action sociale, M. Karanga salue la diligence avec laquelle le personnel enseignant a assuré la prise en charge scolaire de ces enfants déplacés.

Le lancement de la caravane était placé sous la présidence de l’évêque du diocèse de Diébougou, Mgr Kussiélé Der Raphael Dabiré.

Au niveau de la province du Poni, des efforts ont été également consentis, de concert avec nos services déconcentrés des communes et la direction provinciale de l’enseignement afin que ces enfants puissent poursuivent leur scolarité, ajoute le directeur provincial en charge de l’action humanitaire du Poni, Olé Kam.

Afin de garantir une scolarité réussie de ces enfants dans les localités d’accueil, les services de l’action sociale plaident pour une prise en charge continue des aspects alimentaires, sanitaires, vestimentaires. « Nous saluons les bonnes volontés qui nous ont accompagnés pour la gestion de ces enfants, mais si ces efforts ne sont pas renforcés, pour assurer une prise en charge efficace de ces tout-petits, cela peut impacter négativement sur leur rendement scolaire », précise M.Karanga.
Pour le coordonnateur du REJCPE, Ollo Daniel Palé, l’une des priorités du réseau, est de tout mettre en œuvre pour que ces enfants déplacés puissent aller à l’école, parce que c’est un droit fondamental.

En rappel, la 4e caravane de presse du Réseau des journalistes et communicateurs du Sud-ouest pour la protection de l’enfant (REJCPE) a été lancée le 23 mai dernier à Diébougou dans la province de la Bougouriba. Le lancement s’est fait sous la présidence de l’évêque du diocèse de Diébougou Mgr Kussiélé Der Raphael Dabiré, et le parrainage du directeur régional en charge de l’enseignement primaire, Jean-Joseph Somda. La caravane a été possible grâce à l’accompagnement de Pro Enfant et son partenaire Health Focus.

Boubacar TARNAGDA
Correspondant LeFaso.net

Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)
Burkina/Santé : Les responsables du ministère de la Santé (...)
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)
Cosmétique au Burkina : « Ajaderm skincare by nature », (...)
Action humanitaire : 3TV et Wat FM lancent l’opération « (...)
Journée internationale de la femme africaine : Des (...)
Saison pluvieuse : Quelques consignes à observer pour (...)
Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de (...)
Boucle du Mouhoun : La nouvelle secrétaire générale de la (...)
Fada N’Gourma : Un homme et son fils meurent par (...)
Cadre sectoriel de dialogue santé : Des acquis (...)
Registre social unique du Burkina Faso : Le comité (...)
Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une (...)
Cérémonie officielle de réception provisoire des bas-fonds (...)
Burkina : Plan international Burkina prépare les projets (...)
Promotion de la PCIAS dans les formations sanitaires : (...)
Allaitement au Burkina : « La pratique exclusive de cet (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31017

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés