Actualités :: Burkina : Vers l’instauration d’une protection sociale universelle pour (...)

Le ministère de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale a organisé, ce mardi 14 juin 2022, au sein de ladite institution, une cérémonie commémorative de la journée mondiale contre le travail des enfants. La cérémonie était placée sous le thème de la protection sociale universelle pour mettre fin au travail des enfants.

Chaque année et ce depuis 2002, le ministère en charge de la protection sociale commémore la journée mondiale contre le travail des enfants. Cette commémoration offre des moments d’introspection sur les succès et échecs et aussi sur les efforts à consentir pour engranger plus de résultats positifs dans la lutte contre le phénomène du travail des enfants.

Pour ce faire, le gouvernement et ses partenaires ont développé de nombreuses actions, notamment « la mise en conformité de la législation nationale par l’adoption d’un décret déterminant la liste des travaux dangereux, le contrôle du travail des enfants dans les secteurs d’activité à forte potentialité de main-d’œuvre enfantine, la réinsertion des enfants dans le système éducatif ».

Le présidium

Selon le ministre en charge de la protection sociale, Bassolma Bazié, les actions qui ont permis d’acquérir des succès doivent être renforcées et de nouvelles stratégies de lutte doivent être explorées. « Après l’apparition de la pandémie de la covid-19, la nécessité d’accéder aux prestations de santé ainsi qu’aux politiques d’aide à la famille est devenue particulièrement impérieuse et a entraîné les plus importantes mesures de protection sociale jamais égalées. C’est dans cette dynamique que le gouvernement souscrit à l’invite du Bureau international du travail relative à l’extension de la protection sociale à toutes les couches sociales, notamment les plus vulnérables, comme une solution pour accélérer l’éradication au travail des enfants », a-t-il indiqué.

Les participants

La représentante des enfants, Roukiéta Rouamba, âgée de 15 ans, a exprimé sa reconnaissance à l’endroit du ministère en charge du travail et de la protection sociale. Elle affirme que les parents doivent être inclus dans la lutte afin d’espérer une éradication du travail des enfants. « Ce thème est d’actualité et pertinent car la protection sociale réduit le risque de pauvreté et de vulnérabilité des familles. Ainsi, on verra de moins en moins d’enfants dans le domaine du travail et de plus en plus de parents protecteurs et soucieux de notre bien-être. L’engagement de réussir la protection sociale universelle doit être une priorité à tous les niveaux et pour tous les acteurs impliqués dans la protection de l’enfant afin que tous les enfants en âge d’être scolarisés le soient effectivement et que ceux qui ne le peuvent plus soient accompagnés pour une formation qualifiante » a-t-elle déclarée.

Le ministre en charge de la protection sociale Bassolma Bazié : « le gouvernement est dans la dynamique d’asseoir un système de surveillance du travail des enfants »

Le directeur de la protection sociale, Karlé Zango, a affirmé que le travail des enfants a un visage rural et qu’il y a plus d’enfants dans le milieu rural qui travaillent que dans les milieux urbains. « Pour l’état des lieux du travail des enfants au Burkina Faso, on va se référer à l’enquête nationale de 2006 qui a été élaborée. C’est vrai, c’est un peu lointain mais c’est le seul outil scientifique que nous avons et qui nous permet de donner une image du travail des enfants au Burkina Faso. En 2006 quand cette enquête a été bouclée, nous étions à un pourcentage de 41.1% des enfants de 5 à 17 ans qui étaient astreints au travail. Cette enquête nous a permis de savoir que nous avons plus d’enfants dans l’agriculture, et cela nous a permis aussi de savoir que nous avons plus de garçons », a-t-il laissé entendre.

Le ministre a, au cours de la cérémonie, invité l’ensemble de la population, les partenaires au développement et les autres acteurs de lutte, à redoubler d’efforts dans la promotion et la consolidation de la protection sociale pour tous.

Bela Nefertari Ouedraogo
Lefaso.net

Burkina Faso : Plus de 56 tonnes de vivres saisies pour (...)
Sensibilisation au port de casque à Ouagadougou : (...)
Projet « Grand Ouaga » : Une concertation territoriale en (...)
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés