Actualités :: Burkina Faso : La réconciliation nationale au cœur d’un café-débat à la cité (...)

Après la cité universitaire de la Patte-d’oie, c’était le tour de celle de Kossodo, de recevoir le dimanche 12 juin 2022, des panelistes autour d’un café-débat sous le thème : « La réconciliation comme solution aux échecs de la gouvernance politique : cas de la crise de société, des ruptures et la cassure sociale, du malaise de la jeunesse, des périls et menace à la survie nationale ». L’initiative est de l’Appel de Manéga en collaboration avec les résidents de la cité.

Aux étudiants de la cité Kossodo, c’est le thème : « La réconciliation comme solution aux échecs de la gouvernance politique : cas de la crise de société, des ruptures et la cassure sociale, du malaise de la jeunesse, des périls et menace à la survie nationale » qui leur a été servi lors de ce café-débat tenu le dimanche 12 juin 2022. En face des étudiants pour débattre du thème, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Mélégué Maurice Traoré qui n’est plus à présenter ; le président du Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), Tahirou Barry ; l’ex président de « Les Républicains », Amadou Traoré ; Hervé Ouattara leader d’OSC et Pema Neya, journaliste.

Lors de son exposé, Pr Traoré a informé que le temps passé en tant que ministre en charge de l’enseignement supérieur fut ses plus beaux moments

C’est tout naturellement que l’honneur a été donné au doyen sur tous les plans, Mélégué Maurice Traoré d’ouvrir le bal des discussions. A l’entame de ses propos, il fait savoir que la réconciliation nationale devrait être un point clé de la gouvernance. Parce que, dit-il, la réconciliation nationale est une des solutions au terrorisme. Elle est un enjeu national vu que les terroristes sont maintenant partout au Burkina Faso, si on fait une coupe transversale.

Les étudiants ont été réceptifs aux conseils

Par conséquent, la réconciliation est un impératif, suggère l’ancien ministre en charge de l’enseignement supérieur. « Il faut rester réaliste et aborder la réconciliation avec courage. Le processus sera long car il faudra faire l’état des lieux de tout et le besoin se trouve à tous les niveaux », prévient Mélégué Traoré. Il insiste sur un fait négligé mais aux conséquences « énormes » pour l’Etat. C’est l’absence de perspectives par les jeunes. Comment constituer une nation unie si le pays est dans ces conditions, s’interroge-t-il et de répondre qu’une bonne réconciliation devrait permettre de résoudre toutes ces fractures sociales et que la bonne gouvernance à elle seule ne suffit pas.

Amadou craint que l’avenir soit sombre pour la jeune génération si une issue n’est pas trouvée aux crises que vit le Burkina Faso

De l’intérêt de la réconciliation pour la jeunesse

L’ancien président du parti politique « les Républicains », Amadou Traoré a axé son intervention sur l’intérêt de la réconciliation nationale pour la jeunesse. Pour lui, il y a nécessité de se réconcilier pour préserver les acquis, mais il y a surtout nécessité que les jeunes s’impliquent. Il déduit que si cette crise multidimensionnelle que vit le Burkina Faso ne trouve pas solution, il craint que l’avenir soit sombre pour les jeunes.

« Le pays est en pleine transition, c’est le moment des grandes réformes. C’est aussi l’occasion pour la jeunesse de prendre son destin en main. La mauvaise répartition des ressources est l’une des raisons essentielles de la rébellion que nous vivons », regrette-t-il et de prévenir qu’on ne part pas à une réconciliation avec une position tranchée.

Pour Tahirou Barry, la réconciliation doit être basée sur la vérité et la justice

Quant au président du MCR, Tahirou Barry, s’il est d’accord que la solution aux échecs des gouvernants est la réconciliation, il souhaite qu’elle se fonde sur la vérité, la justice. Au regard des crises que le « pays des hommes intègres » traverse, il y a pas d’autres alternatives que de rester unis. Si le Burkina Faso a connu une succession de programmes mal achevés ou brutalement stoppés, il a une chance de se rattraper à travers la réconciliation. Sans elle, le pays va toujours se trouver dans une série de programmes inachevés.

Pour le leader de la société civile, Hervé Ouattara, la question de la réconciliation n’a jamais été aussi évoquée que ces dernières années. C’est la preuve que le mal-être est profond et que le besoin est là et on devrait s’y mettre. Quels sont les déterminants de ce mal-être ?

Le mal être des jeunes est profond selon Hervé Ouattara

Selon M. Ouattara, il se ressent dans presque tous les domaines mais ce mal-être est surtout économique. « Il est plus perceptible dans les zones non loties. Le chômage et la violence dans la politique sont également des raisons qu’on pourrait évoquer », ajoute-t-il. En conclusion, pour la réussite de la réconciliation au Burkina Faso, il préconise qu’elle soit endogène, qu’elle vienne de l’intérieur. « Elle doit impliquer à chaque étape, les chefs traditionnels », lance-t-il.

Mien Obissa Juste
Lefaso.net

Burkina Faso : Plus de 56 tonnes de vivres saisies pour (...)
Sensibilisation au port de casque à Ouagadougou : (...)
Projet « Grand Ouaga » : Une concertation territoriale en (...)
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés