Actualités :: Vie de couple : « On ne se marie pas juste parce qu’on est tombé amoureux », (...)

Le mariage est un engagement que l’on prend envers la personne aimée et qui est sensé durer toute la vie. Mais le constat que l’on fait de plus en plus est que les unions ne font plus long feu. La fougue des premiers moments de la vie de couple cède dans bien de cas la place au déchirement et à la rupture. Comment donc construire un mariage solide qui résiste au temps et aux difficultés ? C’est ce que nous avons voulu savoir en prenant langue avec Jean Bosco Kaboré, psychologue et conseiller conjugal agrégé en relation d’aide. Pour ce thérapeute de la vie de couple, l’accompagnement par un spécialiste est nécessaire, depuis le cheminement jusqu’à l’engagement par le mariage et même après. Lisez plutôt.

Lefaso.net : Quelles sont les bonnes raisons pour lesquelles on doit décider de se marier ?

Jean Bosco Kaboré : Les raisons sont spécifiques, chacun doit avoir une raison valable. La première raison c’est de savoir que le mariage c’est faire un choix, parce que l’on a un but et un objectif. La meilleure raison, c’est quand on a un projet de vie, d’amour et surtout d’amitié. Parce que tant qu’il n y a pas d’amitié entre un homme et une femme, il n’y aura pas une relation authentique, mâture et responsable. L’amitié va donner naissance à l’amour. Il faut aussi avoir un projet de vie d’écoute, d’attention et de tendresse, de rires et de sourires ensemble. Beaucoup de personnes se marient sans projet de vie. La vraie raison pour laquelle on doit se marier est qu’on a un projet de vie, qui va au-delà de tomber amoureux. Tomber amoureux ne suffit pas pour contracter le mariage. Il faut avoir un projet de vie mâture, authentique et responsable.

Est-ce qu’il faut avoir certaines aptitudes avant de se marier ?

Le projet de vie, tant qu’il est mâture et responsable, nous impose des aptitudes. Nous devons avoir une vie disciplinée. C’est pour cela que je disais plutôt que le mariage résulte d’un choix et d’une conception. Lorsque l’on parle de vie disciplinée il y a la morale éthique, il y a ce qu’il faut faire qui permet à la famille de s’épanouir. Parce que dans la vie de couple il y a une loi morale, il y a des principes. Et la vie disciplinée est basée sur le respect, l’écoute attentive, la recherche de la compréhension et de l’acceptation.

Comment se préparer à affronter la vie de couple ?

Dans la préparation il faut savoir ce qu’on veut, sans oublier de se préparer psychologiquement et spirituellement si l’on est d’une confession religieuse. Il faut aussi aller vers les personnes qui ont de l’expérience, afin d’acquérir des outils nécessaires au mariage. Il faut avant toute chose, choisir une personne pour le cheminement, essayé de construire et perfectionner la relation durant le cheminement.

Quels sont les ingrédients pour un couple solide ?

Les ingrédients commencent par l’écoute. Ecouter, pas pour répondre, mais pour comprendre les besoins, les attentes et les aspirations profondes de l’autre. Le deuxième ingrédient c’est chercher à se connaître, connaître la psychologie de l’autre. Il ne faut pas oublier d’autres éléments aussi comme le respect, la compréhension et la considération de l’autre.

De par votre expérience, qu’est ce qui brise le plus les couples de nos jours ?

Il y a trois choses : l’ignorance, l’immaturité, et l’inconscience. Une autre chose, c’est que beaucoup de personnes se marient avec "l’amour des amoureux". Alors que cet amour ne dure maximum que deux ans après le mariage. On ne se marie pas juste parce qu’on est tombé amoureux, car tomber amoureux ne veut pas dire qu’on aime quelqu’un, mais que l’on peut apprendre à l’aimer. Autre cause, lorsque la relation manque d’âme, de maturité et de profondeur, cela peut conduire à la rupture.

Est-ce que la sexualité occupe une certaine place dans la rupture ?

La sexualité est le résultat de la maturité de la relation. Quand il y a une sexualité épanouie, cela indique que le couple a une vie équilibrée. L’acte sexuel trouve sa plénitude quand il y a une communion, une complicité de vie. L’infidélité par exemple n’est pas une cause de divorce ou de séparation, mais plutôt des conséquences. L’autre installe cela comme un mécanisme pour combler un vide.

Comment gérer ces facteurs qui peuvent briser le mariage ?

Il faut se faire accompagner par un conseiller conjugal, car c’est quelqu’un qui est outillé et qualifié pour cela. Aujourd’hui, on ne peut pas contracter le mariage sans chercher un spécialiste pour vous accompagner. Cela va vous permettre de comprendre le sens même du mariage. Il y a trois sortes de mariages aujourd’hui : le modernisme, la religion et la tradition. En synergie, ces trois valeurs doivent être ensemble pour aider le couple à son équilibre.

A quel moment faut-il se faire accompagner ? Seulement lorsqu’il y a problème ou même quand tout va bien ?

A mon niveau je commence à accompagner les cheminants, et même quand on n’a pas quelqu’un dans sa vie, on peut chercher à comprendre ce que c’est que le mariage avant de s’engager. Donc il y a le cheminement, ensuite l’étape des fiançailles, puis la préparation au mariage, et enfin un accompagnement de deux ans après le mariage. Il faut donc un suivi-accompagnement du couple, jusqu’à deux ans après le mariage. Après cela on fait une pause et ensuite des temps de recyclage. Il faut savoir que pour qu’un couple soit équilibré, il faut qu’il ait entre 15 et 18 ans de mariage. Donc l’accompagnement par un thérapeute est important, parce qu’il y a des étapes de crise que vous allez rencontrer au fur et à mesure que vous avancez et c’est le thérapeute qui va vous les annoncer.

Quel est le comportement à adopter quand on est face à une difficulté dans le couple ?

Il faut s’écouter, chercher à comprendre le besoin de l’autre. Se poser aussi la question, est ce que je n’exagère pas souvent, est ce que je n’en fais pas trop. Il faut surtout éviter de toucher aux valeurs que nous avons construites ensemble quel que soit le problème. Et au-delà, arriver à reconnaître les frustrations et les considérer comme des vagues que l’on ne retient pas. Il faut aussi savoir exprimer son mécontentement dans la non-violence. Il faut chercher à identifier la cause du problème, garder son sang-froid, ne pas dire des paroles blessantes qui risquent de remettre en cause tout ce qu’on a déjà construit. Il faut savoir que les conflits sont naturels et normaux.

Quel que soit le degré d’amour et de compatibilité entre un homme et une femme, il y aura des moments où leur relation sera conflictuelle. Il est inutile et même déconseillé d’avoir un couple qui n’a pas de conflits. Les conflits permettent de révéler des choses que l’on ne sait pas sur l’autre et amènent chaque conjoint à se remettre en cause. Et dans chaque conflit il y a toujours un enseignement à tirer. Les conflits sont donc naturels, nécessaires et impératifs. Mais il faut faire la différence entre conflit et violences conjugales. C’est lorsque le conflit n’est pas géré qu’il engendre la violence.

Est-ce que la foi occupe une place importante dans une union ?

Il faut dire avant tout que l’amour est spirituel. Et parlant de la foi, il faut savoir qu’elle ne rend pas les choses faciles mais plutôt accessibles et possibles. La foi nous permet de nous déposséder des choses du monde pour être possédé par les choses du royaume de Dieu. Un couple qui met sa conviction de vie dans sa conviction spirituelle, c’est un couple qui a des repères et des indicateurs. C’est un couple qui vit d’espérance et qui a la capacité de surmonter les épreuves parce qu’il croit en la force de son Dieu, qui peut les aider. L’expérience aujourd’hui démontre que les couples qui sont beaucoup spirituels sont non seulement ceux qui durent le plus et sont ceux qui ont la capacité de surmonter les épreuves. Donc on peut dire que la foi est très importante. Une foi mâture, qui forme, qui transforme et qui reconstruit.

Comment s’adapter au caractère pas toujours plaisant de l’autre dans le couple ?

Le comportement est commandité par quelque chose. Derrière l’action de l’autre qui nous dérange, c’est parce qu’il y a eu quelque chose. Si votre partenaire a un certain comportement, cela veut dire que le comportement est commandité. Donc il faut d’abord chercher à connaître la personne, et des fois se faire aider, car certains comportements sont des symptômes d’un mal être et non la cause. C’est un message de la personne qui révèle un malaise, une blessure endormie du passé, etc. Il faut donc chercher à dépister la vraie cause qui fait qu’une personne a de tels comportements. Le conjoint peut aider à la recherche de cette cause, mais c’est toujours mieux de se faire aider par un spécialiste.

Avez-vous un dernier mot ?

C’est d’encourager les jeunes qui veulent contracter le mariage, à chercher à se faire accompagner et écouter, afin de bien se préparer. Cela leur évitera de rentrer dans le mariage juste parce qu’ils sont tombés amoureux. Mais aller au-delà pour comprendre les valeurs intrinsèques que l’on doit acquérir avant de se marier.

Contact de Jean Bosco Kaboré :

+226 70 11 20 70

Propos recueillis par Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)
Cosmétique au Burkina : « Ajaderm skincare by nature », (...)
Action humanitaire : 3TV et Wat FM lancent l’opération « (...)
Journée internationale de la femme africaine : Des (...)
Saison pluvieuse : Quelques consignes à observer pour (...)
Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de (...)
Boucle du Mouhoun : La nouvelle secrétaire générale de la (...)
Fada N’Gourma : Un homme et son fils meurent par (...)
Cadre sectoriel de dialogue santé : Des acquis (...)
Registre social unique du Burkina Faso : Le comité (...)
Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une (...)
Cérémonie officielle de réception provisoire des bas-fonds (...)
Burkina : Plan international Burkina prépare les projets (...)
Promotion de la PCIAS dans les formations sanitaires : (...)
Allaitement au Burkina : « La pratique exclusive de cet (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)
Droits des femmes au Burkina : « Thomas Sankara, à (...)
Burkina /ONEA : « Les perturbations de la desserte en (...)
Poste Burkina Faso : « J’exhorte chacun à l’efficience », (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31017

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés