Actualités :: Examen du CEP session 2022 : 431 761 en quête du premier parchemin (...)

Le ministre en charge de l’éducation nationale, Lionel Bilgo, a donné, ce mardi 7 juin 2022, le top départ des épreuves écrites du Certificat d’études primaires (CEP) à l’école Kombissiri B. Avec 431 761 élèves inscrits sur le plan national, l’effectif des candidats est en baisse de 4,16% par rapport à 2021, en raison surtout de l’insécurité.

Tapsoba Clovis, 10 ans, Badolo Latifa, 11 ans, Camara Abdoul Majid, 12 ans sont des candidats à l’examen du CEP session 2022. Tous les trois ont répondu présents, ce mardi matin, à l’appel dès 6h30, mais n’ont pas le même état d’esprit avant l’administration des épreuves. Clovis qui ambitionne d’être expert-comptable se sent serein alors que la petite Latifa, dont le rêve est de devenir informaticienne, dit être curieuse. Abdoul Majid, lui qui désire tant s’engager dans l’armée à l’avenir, a déjà les mains moites. Il a avoué aux journalistes être paniqué lorsqu’il pense à l’épreuve d’étude de texte.

Deux élèves manquent à l’appel

Ces trois élèves font partie des 217 candidats (135 filles et 82 garçons) inscrits au centre Kombissiri B. Selon le président dudit centre, Fulbert Bama, deux élèves manquent à l’appel et les candidats ont été répartis dans cinq salles de composition avec une moyenne de 43 élèves par salle. « Pour l’instant, il n’y a aucun incident à déclarer. Le matériel est là de même que la sécurité », a-t-il laissé entendre.

En compagnie du gouverneur de la région du Centre-Sud, le ministre Lionel Bilgo a ouvert lu le sujet de rédaction

Un sujet « abordable »

Arrivés sur les lieux à 7 heures pétantes, le ministre de l’éducation nationale, en compagnie du gouverneur de la région du Centre-sud, Yvette Nacoulma/Sanou, a fait le tour de quelques salles pour encourager les candidats et tenter d’arracher un sourire sur les visages crispés. Avant l’ouverture de l’enveloppe sous pli, le président du centre a invité le représentant des forces de l’ordre à une dernière vérification.

Le sujet soumis à l’épreuve de rédaction est intitulé « Ton école a organisé une journée de salubrité. Raconte. » La consigne à respecter par les élèves est de n’écrire ni le nom de leur école ni celui d’une autre école dans la rédaction. « C’est un sujet abordable. C’est le type de sujets qu’ils sont habitués à traiter comme raconter un événement, un match de football, un baptême », a laissé entendre Fulbert Bama.

Trois élèves, trois états d’esprit mais une seule envie de réussir

Le challenge

« Je suis satisfait du niveau d’organisation de tous les examens. Le ministère de l’Education nationale, c’est une machine. Une machine à gagner. Des hommes et des femmes se sont battus depuis des mois pour que tout se déroule bien. Le challenge le plus important pour nous au niveau du ministère de l’Éducation nationale, c’est aussi l’organisation du baccalauréat, cette transmission entre le secondaire et le supérieur qui s’est faite avec une franche collaboration des hommes et femmes de ces deux institutions pour que tout se passe très bien », a déclaré le ministre de l’éducation nationale, Lionel Bilgo.

Deux élèves manquaient à l’appel dès 6h30

Une baisse des effectifs à cause de l’insécurité

Situation sécuritaire oblige, les effectifs des candidats inscrits sont en baisse sur l’ensemble du territoire sauf dans les régions du Centre et des Hauts-Bassins. 431 761 candidats dont 55,04% de filles ont été enregistrés au niveau national à cette session 2022 contre 450 503 candidats en 2021. On note une baisse des effectifs de 4,16%. Avec 23 013 candidats inscrits, la région du Centre-Sud représente 5,33% des effectifs sur le plan national. Là également, l’on constate une régression - 2,93% par rapport à la session précédente.

Selon le président du Centre Kombissiri B, les 215 candidats ont été répartis dans cinq salles

« Nous devons exister et nous allons exister »

Le ministre Bilgo a eu une pensée pour l’ensemble des élèves qui auraient dû composer, et qui n’ont pas pu le faire pour diverses raisons. « Nous avons tout fait pour que les enfants qui ont été enregistrés, quelles que soient les difficultés que ces enfants ont pu rencontrer du fait aussi de l’insécurité, que ces enfants puissent prendre part au CEP ou à d’autres examens », a indiqué Lionel Bilgo qui espère que l’organisation de ces examens soit une forme de résistance face à la crise sécuritaire. « Nous devons exister et nous allons exister », a-t-il conclu.

Lionel Bilgo, ministre de l’Education nationale

Pour cette première journée, les candidats seront soumis après à l’épreuve de la dictée, de l’étude de texte. Après une pause, la composition reprendra à 14h30 avec l’épreuve d’histoire-géographie.

HFB
Lefaso.net

Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Santé publique : Le Burkina se dote des plans d’urgence (...)
Burkina/humanitaire : Titao, il faut parer au plus (...)
Cosmétique au Burkina : « Ajaderm skincare by nature », (...)
Action humanitaire : 3TV et Wat FM lancent l’opération « (...)
Journée internationale de la femme africaine : Des (...)
Saison pluvieuse : Quelques consignes à observer pour (...)
Traite d’êtres humains au Burkina : Plus d’un millier de (...)
Boucle du Mouhoun : La nouvelle secrétaire générale de la (...)
Fada N’Gourma : Un homme et son fils meurent par (...)
Cadre sectoriel de dialogue santé : Des acquis (...)
Registre social unique du Burkina Faso : Le comité (...)
Emploi des jeunes en Afrique francophone : Une (...)
Cérémonie officielle de réception provisoire des bas-fonds (...)
Burkina : Plan international Burkina prépare les projets (...)
Promotion de la PCIAS dans les formations sanitaires : (...)
Allaitement au Burkina : « La pratique exclusive de cet (...)
Rentrée académique 2022-2023 : Inscrivez-vous à (...)
Droits des femmes au Burkina : « Thomas Sankara, à (...)
Burkina /ONEA : « Les perturbations de la desserte en (...)
Poste Burkina Faso : « J’exhorte chacun à l’efficience », (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31017

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés