Actualités :: Fonction publique : Des candidats doutent de la transparence du concours de (...)

Dans cette lettre ouverte adressée au ministre de la fonction publique, Bassolma Bazié, des chercheurs, enseignants et candidats expriment leur ras-le-bol lié à la manière dont les agents de la Fonction publique au titre de l’année 2021-2022 ont été recrutés.

En effet, ils estiment que ce dernier recrutement des assistants hospitalo-universitaires et attachés de recherche ne s’est pas déroulé de façon objective.

Par conséquent, ils interpellent le patron de la Fonction publique à mettre en place une commission pour une contre-expertise en vue de revoir dans l’immédiat la façon dont le dernier recrutement a été organisé.

Aussi, ils l’invitent également à rendre publiques les critères de sélection et les notes de tous les candidats. La suite dans la lettre ci-jointe.

Lefaso.net


Lettre Ouverte adressée aux Ministres de la fonction publique et de l’enseignement supérieur.

Messieurs les Ministres,

C’est avec une grande déception que nous vous écrivons cette lettre pour vous faire part de ce que nous avons vécu comme une injustice au concours de recrutement d’assistants, d’hospitalo-universitaires et d’attachés de recherche pour le compte des institutions publiques d’enseignements supérieurs et de recherches au Burkina Faso, session 2021.

Vous vous souviendrez que le 23 février 2022, le public burkinabé a été informé de l’ouverture de concours directs sur mesures nouvelles spéciales pour le recrutement de cent cinquante-cinq (155) Assistants, trente (30) Assistants Hospitalo-Universitaire et dix-huit (18) Attachés de Recherche pour le compte des Institutions Publiques d’Enseignement Supérieur et de Recherche, session de 2021.

Pouvaient prendre part à ces dits concours, les candidats des deux (02) sexes, de nationalité burkinabè, âgés de dix-huit (18) ans au moins et cinquante (50) ans au plus au 31 décembre 2021, non atteint de surdité ou de bégaiement, titulaire d’un Doctorat/PhD à la date d’ouverture des concours et remplissant les conditions d’aptitudes physique et mentale exigées pour l’exercice de l’emploi postulé. Le concours comportait deux phases à savoir une première phase d’instruction des dossiers de candidature qui s’est tenue du 04 au 14 avril 2022 (70%) et une seconde d’entretien oral qui s’est tenu du 19 au 23 avril 2022 (30%).

Comme prévu dans l’annonce, le 15 avril 2022 une liste des candidats présélectionnés pour la seconde phase à savoir l’entretien oral a été publiée. Grande fut notre déception à la lecture et il y a de fortes raisons de penser que ce recrutement est tout sauf un recrutement réalisé de façon objective, sur la base des compétences et du mérite. Le népotisme dans le recrutement des assistants, hospitalo-universitaires et attachés de recherche au Burkina Faso a toujours été décrié ces dernières années.

Ce dernier recrutement pour la session 2021 est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Des candidats avec un CV impressionnant, ayant publiés dans des revues prestigieuses, obtenus des bourses et/ou prix d’excellences, des bourses d’étude internationales, des financements de projets suite à des appels à compétition internationale, se sont vus recalés suite à l’examen des dossiers physiques sans savoir pourquoi. Comment peut-on expliquer que des candidats présélectionnés les années précédentes sur la base de dossier physique et ajournés après l’entretien n’ont pas été présélectionnés cette année bien qu’ils aient eu de nouvelles expériences et beaucoup d’autres publications d’articles ?

Dans les annonces, il n’y a aucune description des postes demandés, juste la discipline et la spécialité sont mentionnées. Des candidats ayant postulés pour des postes de leurs disciplines et spécialités ont été désagréablement surpris de voir qu’à l’issue de la sélection sur dossier, il est déclaré « néant » pour leurs spécialités comme s’il n’y avait pas eu de candidatures pour ces spécialités.

Peut-être qu’après plus de huit années d’étude universitaire, des docteurs ne connaissent pas leur discipline et spécialité, ironie du sort. Sur quels critères éliminer des candidats sur la base du dossier physique dont la conformité des documents demandés a été vérifiée et confirmée lors de la réception des dossiers ?

Pourquoi ne pas rendre publique les notes détaillées obtenues par chaque candidat qui lui ont valu le mérite d’être ajourné, présélectionné ou admis à un cours d’un tel niveau qui se veut d’être aussi transparent que possible ? Si les choses se passent dans la transparence et l’équité, on n’a pas besoin d’être dans le secret des dieux pour savoir comment son dossier a été examiné et pourquoi sa candidature a été retenue ou non.

Des candidats, chercheurs et enseignants-chercheurs estiment que ce dernier recrutement ne s’est pas déroulé de façon objective et vous appellent messieurs les ministres à mettre en place une commission pour une contre-expertise pour revoir rapidement la façon dont le dernier recrutement a été organisé et rendre publique les critères de sélections et les notes de tous les candidats.

Une chose que des gens ignorent ou du moins négligent lors du recrutement des chercheurs et enseignants-chercheurs au Burkina Faso est que les candidats pour un post d’une discipline/spécialité donnée sont tous de la même génération pour ne pas dire de la même promotion.

Par conséquent, ils se connaissent près que tous au sens large du terme. De plus, aujourd’hui avec le net, il est très facile de se renseigner sur le profil académique et les compétences d’un docteur. Dans de telles circonstances, il est illusoire de penser qu’il est possible de recruter des candidats moins méritants de façon inaperçue.

Quel avenir réservons-nous à nos universités et centres de recherche avec de tels recrutements des principaux acteurs ? Si l’on veut vraiment lutter contre la corruption, la mal gouvernance et aller vers un développement durable dans ce pays, il faudrait commencer par des recrutements objectifs des agents de la fonction publique sur la base des compétences, la méritocratie et la probité. Des individus ne peuvent pas à tout moment utiliser les institutions publiques qu’à leurs seuls intérêts au détriment des compétences et mérites.

Messieurs les ministres, tout en espérant que vous tiendrez compte de notre cris de cœur, veuillez recevoir l’expression de notre plus haute considération.

Un groupe de chercheurs, d’enseignants et de candidats
Wendtoin88@gmail.com

Burkina Faso : Une population extrêmement jeune et (...)
Assurance au Burkina : La GA ouvre une agence à Borgo (...)
Association Action pour un monde meilleur : Pour le (...)
Modernisation de l’administration : Le ministre de la (...)
Agriculture : Des semences améliorées pour des ménages (...)
Baccalauréat 2022 au Burkina : 182 candidats admis sur (...)
Burkina : Un nouveau projet pour promouvoir la (...)
Programme population au Burkina : L’ISSP tient un (...)
Sécurité : Le projet « Renforcer la sécurité des frontières (...)
Ministère de la Santé : Deux documents stratégiques en (...)
Religion : La fête de la Tabaski sera célébrée le 9 (...)
Burkina/Lutte contre le paludisme : Les journalistes (...)
Éducation de la jeune fille au Burkina : Le comité de (...)
Burkina : Les chefs traditionnels réitèrent leur (...)
Santé au Burkina : CICDoc offre du matériel biomédical (...)
Journée de solidarité 2022 : Des producteurs du (...)
Burkina : Un exercice militaire prévu le jeudi 30 juin (...)
Éducation au Burkina : Le ministère de l’Education et (...)
Lutte contre les maladies tropicales négligées : Le (...)
Burkina : le monde de l’artisanat célèbre la journée des (...)
Insécurité alimentaire au Burkina : Environ 3,5 millions (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30723

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés