Actualités :: Religion : La fraternité Cana célèbre son jubilé d’argent

Créée depuis 1997, la fraternité Cana de la communauté Chemin neuf, fête ses 25 années d’existence au service de la vie de couple des chrétiens de l’église catholique. Le jubilé est célébré les 6 et 7 mai 2022. Nous sommes allés à la rencontre du couple Bernard et Clarisse Yaméogo, membres engagés de la communauté du Chemin neuf et responsables de fraternité Cana.

Lefaso.net : Bernard et Clarisse Yaméogo, veuillez présenter la fraternité Cana aux lecteurs…

Tout d’abord il faut dire que nous appartenons à une communauté religieuse appelée communauté du Chemin neuf. C’est une communauté catholique à vocation œcuménique, créée en 1973. Elle aura 50 ans l’an prochain. La communauté est présente dans 50 pays à travers le monde, dont une dizaine en Afrique. Elle regroupe des hommes, des femmes, des couples mariés, des prêtres, des sœurs religieuses, qui vivent ensemble mais chacun dans son espace propre.

C’est cela la particularité de la communauté et c’est ainsi que l’on vit à travers le monde, dans les maisons de la communauté. La communauté a plusieurs missions. Une à l’endroit des jeunes de moins de 13 ans que l’on appelle le parcours Timothée. Une pour les jeunes dont l’âge est compris entre 14 et 18 ans. Une pour les jeunes de 18 à 30 ans. Enfin, une pour les jeunes professionnels.

Aussi, nous avons une mission pour les couples, que l’on appelle la fraternité Cana. Elle comporte plusieurs composantes. Il y a Cana-fiancé pour les couples en cheminement vers le mariage. Il y a Cana-parent pour aider les parents dans l’éducation des enfants. Cana-welcome pour les couples au niveau des paroisses. Cana-saint Valentin qui invite les couples à célébrer l’amour. Enfin Cana-sarepta, pour ceux qui ont perdu un conjoint. Mais de toute la fraternité, Cana-couple est la principale composante.

Comment intègre-t-on la fraternité Cana ?

La fraternité Cana organise des activités dans les paroisses, les grandes écoles, etc. Des missions sont souvent organisées pour rencontrer les couples. C’est ainsi que se fait le premier contact. On organise aussi une semaine Cana de 6 jours, qui est une retraite permettant aux couples de se retrouver et discuter des problèmes rencontrés dans la vie de couple, partager leurs expériences, leurs joies, leurs difficultés. C’est par ce dernier canal que l’on intègre la fraternité.

Pourquoi avoir choisi un apostolat sur le couple ? Y a-t-il péril en la demeure ?

La famille traverse beaucoup de difficultés. Les couples rencontrent d’énormes problèmes dans l’éducation des enfants, la communication entre conjoints, le pardon, la sexualité, etc. Il y a des conflits à tous les niveaux de la vie de couple. Cela est une interpellation faite à la communauté qui, recevant cet appel du seigneur, a décidé d’aller vers ces couples et de les accompagner dans leur cheminement. L’une des missions de la communauté est l’unité des chrétiens, des personnes, des peuples et de la famille. Certes on vient à deux pour former un couple, mais on doit former une et une seule et même personne après le mariage.

On se marie donc pour se compléter, s’accorder, parler le même langage, savoir se pardonner, reconnaître ses manquements, reconnaître qu’on est complémentaire et s’engager à surmonter les difficultés. C’est la raison pour laquelle, avec beaucoup de discernement, la communauté a jugé opportun, d’aller vers les couples, car c’est très important. C’est d’ailleurs à juste titre que le pape a lancé des appels et fait des exhortations en faveur du couple et de la famille. Cette année est même celle de la famille.

La fraternité vit depuis maintenant 25 ans. Quel bilan pouvez-vous faire en jetant un regard dans le rétroviseur ?

25 ans d’existence de la fraternité Cana, c’est 25 années de grâces. Au niveau de son organisation la fraternité s’est diversifiée et s’est agrandie. Environ 1100 couples ont été accompagnés par la fraternité Cana à travers une semaine Cana vécue soit en mooré, soit en français, dans les villes comme Koudougou, Bobo, ou Ouaga. Aussi, toutes ces composantes citées plus haut n’existaient pas auparavant.

C’est avec le temps qu’elles ont été lancées, les unes après les autres. Au-delà de ces chiffres, aujourd’hui des familles sont devenues plus épanouies. La communication a été rétablie entre des couples qui se parlaient à peine. Des couples vivent une vie de prière beaucoup plus soutenue et une plus grande intimité avec le seigneur. Les couples se témoignent plus d’amour, de tendresse et de complicité.

Vous commémorez en cette année le jubilé d’argent de la fraternité. Quels seront les grandes lignes de la commémoration du jubilé d’argent ?

Ce jubilé d’argent sera célébré en deux jours. Le 6 mai, il y aura la nuit du couple à partir de 19h. Environ 150 couples sont inscrits. Nous sommes en train de finaliser les choses pour que tout se passe comme prévu. Tous ces participants ont, à un moment de leur vie, été accompagnés par la communauté. Le samedi 7 mai, nous ferons notre messe d’action de grâce à l’église sacré cœur de Dapoya, à partir de 10h.

Nous nous retrouverons pour remercier le seigneur pour tous les bienfaits durant les 25 ans. Ce sera l’occasion pour tous les couples, des plus anciens au plus récents, de se rencontrer, fraterniser, se redonner du courage pour avancer. Après la messe d’action de grâce, nous aurons une exposition photo. Nous montrerons aux plus jeunes ce qui s’est passé ces 25 années durant, pour rendre plus vivante l’histoire qui jusque-là leur a été racontée.

Quel est votre mot de fin ?

Je voudrais inviter tous les conjoints à prendre en compte les besoins de l’autre conjoint. Savoir se regarder en face, reconnaître ses propres limites, connaître leurs forces. Chacun doit connaître sa place dans le couple tout en acceptant la complémentarité. Je les invite à prioriser leur relation de couple. Aussi, ils devraient faire de leur mieux pour vivre cette joie du mariage, parce qu’on se marie pour être heureux, fonder une famille et la rendre heureuse.

Cela est important pour que notre société, qui est à l’image de notre famille, puisse bien se porter. Si les familles vont bien, cela se répercutera dans notre vivre ensemble en société. Le slogan de notre fraternité qui est "Cana pour mieux aimer" est le signe de notre engagement au service de tout couple qui voudrait retrouver cette joie de l’amour. C’est là la vocation de fraternité Cana.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Burkina Faso : Une population extrêmement jeune et (...)
Assurance au Burkina : La GA ouvre une agence à Borgo (...)
Association Action pour un monde meilleur : Pour le (...)
Modernisation de l’administration : Le ministre de la (...)
Agriculture : Des semences améliorées pour des ménages (...)
Baccalauréat 2022 au Burkina : 182 candidats admis sur (...)
Burkina : Un nouveau projet pour promouvoir la (...)
Programme population au Burkina : L’ISSP tient un (...)
Sécurité : Le projet « Renforcer la sécurité des frontières (...)
Ministère de la Santé : Deux documents stratégiques en (...)
Religion : La fête de la Tabaski sera célébrée le 9 (...)
Burkina/Lutte contre le paludisme : Les journalistes (...)
Éducation de la jeune fille au Burkina : Le comité de (...)
Burkina : Les chefs traditionnels réitèrent leur (...)
Santé au Burkina : CICDoc offre du matériel biomédical (...)
Journée de solidarité 2022 : Des producteurs du (...)
Burkina : Un exercice militaire prévu le jeudi 30 juin (...)
Éducation au Burkina : Le ministère de l’Education et (...)
Lutte contre les maladies tropicales négligées : Le (...)
Burkina : le monde de l’artisanat célèbre la journée des (...)
Insécurité alimentaire au Burkina : Environ 3,5 millions (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30723

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés