Actualités :: Cadre de concertation des acteurs de la chaîne pénale : Une tribune (...)

Le ministère de la Justice et des droits humains, chargé des relations avec les institutions organise, les 26 et 27 avril 2022 à Bobo-Dioulasso, un atelier de lancement du cadre de concertation et du diagnostic des dysfonctionnements de la chaîne pénale. La rencontre se tient avec l’appui de l’Organisation internationale de droit du développement (IDLO) et elle réunit ainsi les acteurs du Tribunal de grande instance (TGI) de Bobo-Dioulasso.

L’objectif de cette rencontre qui se tient les 26 et 27 avril, est de mettre en place un cadre de concertation et de faire le diagnostic des dysfonctionnements de la chaîne pénale dans le ressort du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso. Ainsi, le lancement de ce cadre de concertation des acteurs de Bobo-Dioulasso intervient après celui de Ouahigouya, de Dori et de Fada N’Gourma en 2021. Quatrième du genre, elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme « Appui intégré aux systèmes de justice pénale au Burkina Faso, Mali et Niger ».

Les acteurs de la chaîne pénale du Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso

Ce programme, mis en œuvre par l’Organisation internationale de droit du développement, est financé par le Royaume des Pays-Bas. A en croire le représentant pays de IDLO au Burkina, Patrick Ndikumana, ce programme a pour objectif de soutenir les cadres de concertation des acteurs de la chaîne pénale. « Ces cadres sont des espaces d’échange permettant d’identifier les dysfonctionnements au niveau local et de proposer des solutions afin d’y remédier. Ce programme qui intervient aussi dans les régions du Nord, du Sahel, de l’Est et du Centre a déjà soutenu la mise en place des cadres de concertation des acteurs de la chaîne pénale au niveau du Tribunal de grande instance de Ouahigouya, de Dori et de Fada N’Gourma courant du second trimestre de l’année passée », a-t-il souligné.

Le représentant pays de IDLO au Burkina, Patrick Ndikumana

Il a par ailleurs réaffirmé l’engagement de IDLO, en tant que partenaire d’appui, à apporter son accompagnement dans la mise en œuvre des activités que les acteurs auront identifiées et qui répondent aux objectifs du programme de IDLO. Toutefois, il a plaidé auprès du ministère en charge de la justice, pour une institutionnalisation de ce cadre qui, selon lui, « permettra sa mise en place dans un plus grand nombre de juridictions et permettra également aux différents partenaires techniques et financiers du secteur de la justice d’assurer un appui adéquat ».

Plusieurs communications seront faites au profit des participants, dont une présentation plus détaillée du programme de IDLO. Ce, dans le but de présenter à ces acteurs les objectifs et les principales réalisations à ce jour. S’en suivra une discussion sur le rôle de chaque acteur dans la mise en œuvre réussie du programme et le bon fonctionnement des cadres de concertation.

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, Roger André Zoungrana

Les acteurs de la chaîne pénale saluent la mise en place des cadres de concertation

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le procureur général près la Cour d’appel de Bobo-Dioulasso, Didier Hien. Ce dernier a traduit la reconnaissance du ministère de la Justice à l’Organisation internationale de droit du développement qui a fait de la mise en place et de la tenue des cadres de concertations des acteurs de la chaîne pénale, une de ses priorités. « Ce cadre de concertation sera viable et servira de tribune pour l’identification objective des goulots d’étranglement, l’échange de bonnes pratiques et l’aplanissement des divergences et vues pour ainsi se tourner résolument ensemble vers un objectif commun, celui de parvenir à donner la réponse judiciaire la plus efficace possible face à la récurrence des infractions », a-t-il laissé entendre. Avant de réaffirmer la détermination du ministère de la Justice à poursuivre et à intensifier ce partenariat pour faire face aux défis de la coordination et de la communication entre les acteurs de la chaîne pénale, et partant renforcer la crédibilité de la justice et lutter contre le sentiment d’impunité.

La photo de famille des acteurs de la chaîne pénale

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso, Roger André Zoungrana, a rappelé l’importance d’une telle rencontre. « Cet atelier est organisé parce qu’il y a la nécessité pour les acteurs de la chaîne pénale de pouvoir se rencontrer régulièrement, de discuter, d’échanger sur les problèmes et les réalités, afin de pouvoir rendre une justice de qualité. Lorsque les acteurs ont la possibilité de se parler ensemble, cela permet de lever les obstacles au bénéfice de nos populations », a-t-il expliqué.

Le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Bobo-Dioulasso a indiqué que ce cadre de concertation offre un espace d’échanges aux différents acteurs, au niveau local, pour identifier les difficultés de fonctionnement et de proposer des solutions. A en croire ses propos, l’objectif de ce cadre est d’améliorer le fonctionnement de la chaîne pénale dans son ensemble pour une meilleure efficacité de la justice au Burkina Faso.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Burkina Faso : Les prix des loyers tels que prévus par (...)
Ouagadougou : Une crise foncière divise les habitants de (...)
Problèmes fonciers à Yagma : « Toute activité de vente et (...)
Lutte contre l’insécurité dans la sous-région : « Djibrill (...)
Boucle du Mouhoun : L’insécurité et la cherté des intrants (...)
Santé : Un projet pour améliorer l’analyse et l’utilisation
Burkina : Déclaration relative à la gouvernance (...)
Prix Martin Ennals 2022 : le lauréat burkinabè, fait (...)
Centre-est : Une journée régionale d’orientation scolaire (...)
Ordination presbytérale à Tenkodogo : Les abbés Raoul (...)
MODHEM+ : Un bilan d’étape jugé satisfaisant
Archidiocèse de Ouagadougou : 23 prêtres appelés à (...)
Lutte contre l’insécurité à Ouagadougou : La Police (...)
Paix et cohésion sociale au Burkina : 24 femmes initiées (...)
Burkina Faso : Une population extrêmement jeune et (...)
Situation nationale : L’Observatoire national (...)
Lutte contre le cancer du sein : La section féminine de (...)
Gratuité des soins de santé au Burkina : 3,4% des (...)
Se réorienter et étudier ce qui nous passionne : (...)
6e édition du Grand prix de l’inclusion : Pari réussi (...)
Gestion des ressources humaines au Burkina : Un déjeuner (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30744

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés