Actualités :: Lutter contre le paludisme au Burkina Faso : comment le secteur privé peut (...)

Le 25 avril est célébré la journée mondiale de lutte contre le paludisme. Cette journée est pour nous, Ecobank Burkina, l’occasion de joindre notre voix à la communauté internationale et nationale pour informer, sensibiliser et alerter sur l’urgence et l’importance pour le secteur privé de soutenir les efforts de lutte contre l’endémie palustre au Burkina Faso.

Le paludisme, l’une des plus vielles maladies au monde, aujourd’hui évitable et traitable, reste malheureusement encore une maladie endémique en Afrique. Selon le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde 2021 publié par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 241 millions de cas de paludisme ont été enregistrés dans le monde, à l’origine de 627 000 décès en 2020 – dont 96% soit 602 000 décès en Afrique. Sur la même période au Burkina Faso, les services sanitaires ont recensé plus de 11 millions de cas dont 508 097 paludisme grave et environ 4 000 décès, faisant du paludisme l’une des premières causes de consultation, d’hospitalisation et de décès notamment chez les enfants de moins de 5 ans.

En toute évidence, ce sont les communautés mais aussi des entreprises qui paient le plus lourd tribut dans la mesure où ces cas n’épargnent pas les dirigeants, les salariés et les clients des entreprises. Sachant à quel point la santé de nos affaires est liée à celle des communautés pour lesquelles nous travaillons, il est plus qu’urgent pour nous de nous mobiliser pour mettre fin au paludisme. Malgré le contexte de la pandémie de la COVID-19, les défis sécuritaires et humanitaires qui impactent durement nos entreprises, le secteur privé burkinabé doit se mobiliser et amplifier la lutte contre le paludisme pour soutenir la résilience du monde des affaires.

Pour gagner ce combat, une vigilance de tous les instants s’impose. Cela passe par la distribution et l’utilisation de moustiquaires imprégnées, la lutte contre la prolifération des moustiques, des services d’assainissement solides, la fourniture des médicaments préventifs aux femmes enceintes et aux enfants et une sensibilisation accrue aux bonnes pratiques de prévention. Nous sommes convaincus qu’il faut une synergie d’actions impliquant le secteur public, les partenaires techniques et financiers et le secteur privé pour faire émerger un environnement propice pour faire face à cette pandémie.

Voilà pourquoi, le Groupe Ecobank, se fondant sur son réseau d’entreprises et de partenaires s’est engagé à stimuler l’engagement du secteur privé dans la lutte contre le paludisme en Afrique, en collaboration avec l’organisation à but non lucratif Speak Up Africa et le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme. Cette initiative dénommée « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent » vient en appui à la campagne « Zéro Palu ! Je m’engage » endossée par les chefs d’État de l’Union Africaine en 2018.

L’initiative lancée au Burkina Faso, en Avril 2021, en collaboration avec le Ministère de la Santé, s’est soldée par la mise en place d’un « Fonds catalytique Zéro Palu : les entreprises s’engagent » doter d’une contribution initiale de 60.000.000 FCFA de Ecobank. A travers ce fonds de contrepartie, Ecobank Burkina s’engage à mobiliser les entreprises du secteur privé à se joindre à elle pour égaler ou surpasser la mise de départ. Ces ressources ainsi que toutes les contributions techniques et en nature permettront de soutenir la mise en œuvre du Plan Stratégique National de lutte contre le paludisme du pays.

Nous savons combien nous avons à gagner en tant qu’acteurs du secteur privé engagé à mettre fin aux souffrances causées par ce fléau de longue date, alors, rejoignez-nous dès maintenant en tant que Chef d’entreprise ou entreprises championnes « Zéro Palu ! Les entreprises s’engagent ».

Noëllie Cécile TIENDREBEOGO, Directrice Générale de Ecobank Burkina Faso

Pour plus d’informations :
http://www.zeropalu.org/zero-palu-les-entreprises-sengagent/
Roukiattou OUEDRAOGO – roukiattou.ouedraogo@speakupafrica.org
MEDAH Regis rmeda@ecobank.com

Situation nationale : Le rassemblement des mains (...)
Burkina Faso : Des biens et services soumis à (...)
Efficacité du contrôle de la commande publique : Dr (...)
Burkina : L’opération coup de compassion pour Seytenga (...)
Burkina : Danielle Bougaïré perd le procès contre (...)
10e anniversaire de l’Ordre des ingénieurs en génie civil (...)
Baccalauréat 2022 au Burkina : Des encadreurs pédagogiques
Santé sexuelle et reproductive des jeunes : L’association (...)
Entrepreneuriat des jeunes : « J’ai toujours été (...)
Bobo-Dioulasso : Plus de 1 600 cartons de poissons (...)
Insécurité au Burkina : Un nouveau braquage sur l’axe (...)
Modernisation de l’état civil au Burkina : 118 000 (...)
Assainissement des structures sanitaires au Burkina : (...)
Promotion de l’agroécologie : Des producteurs modèles de (...)
Education nationale au Burkina : Des progrès enregistrés (...)
Journée des nations-unies pour la fonction publique : Le (...)
Burkina : L’Ordre des ingénieurs en génie civil célèbre (...)
Burkina/ONU-Habitat : Une nouvelle approche pour une (...)
Gestion des ressources en eau au Burkina : Les acteurs (...)
Burkina Faso : L’INSS et l’université d’Uppsala célèbrent (...)
Analyse et validation des scénarios bas carbone de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30660

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés