Actualités :: Appel à la marche du 22 janvier 2022 : « Il ne faut pas marcher pour marcher (...)

L’Observatoire indépendant des valeurs civiques et citoyennes (OIVC) a convoqué la presse ce mercredi 19 janvier 2022, à Ouagadougou. Cette conférence de presse a eu pour objectif de faire sa lecture de la marche que certaines organisations de la société civile prévoient ce 22 janvier 2022. Les conférenciers se sont aussi prononcé sur la récente présumée tentative de putsch et les sanctions de l’UEMOA et de la CEDEAO contre le Mali.

Ces trois sujets d’actualité ont été au centre des échanges avec la presse. L’OIVC s’est prononcé sur la marche du 22 janvier 2022. Cette organisation de la société civile dit se désolidariser de l’appel à la marche car selon elle, « il ne faut pas marcher pour marcher ». Elle la trouve inappropriée dans un contexte où la maladie à covid-19 est en forte progression. « Les FDS et les VDP pour lesquels nous voulons marcher seront-ils heureux de nous voir utiliser le prétexte de leur soutien pour nous exposer davantage à cet autre terroriste de virus corona qui endeuille tout autant que ceux avec lesquels ils se battent pour nous ? Nous croyons que non », a déclaré le coordonnateur de l’OIVC, Idrissa Coulibaly.

Au-delà de l’aspect sanitaire, il a signifié que les objectifs de la marche revêtent des agendas cachés. Il a dit avoir peur d’éventuelles conséquences que personne ne pourra maîtriser. Selon lui, l’objet réel de la marche est méconnu, ce qui justifie son inquiétude. « Avec la situation sécuritaire actuelle, même les Forces de défense et de sécurité nous recommandent d’éviter les attroupements. Est-ce que cette marche ne pourra pas être infiltrée pour créer encore d’autres problèmes à ces mêmes FDS ? ».

Les journalistes à la conférence de presse

L’OIVC a invité les initiateurs de la marche à l’annuler et à plutôt contribuer à l’effort de guerre. Pour l’observatoire, l’idéal serait de privilégier les campagnes de mobilisation des efforts de guerre, car pour lui, « c’est la forme d’expression la plus solidaire que nous pouvons avoir ». Idrissa Coulibaly a aussi affirmé que les marches ne feront gagner ni un drone, ni une kalachnikov pour assurer la sécurité au Burkina Faso.

Les urnes, l’unique forme de sanction d’un pouvoir

Le point suivant a été axé sur la tentative présumée de coup d’Etat contre le président du Faso. L’OIVC a fermement condamné l’acte . Selon l’OSC, « un coup d’Etat, qu’il soit civil ou militaire, salutaire ou contesté, n’arrange aucun pays et ses populations », surtout dans un contexte de crise sécuritaire. Il a soutenu que l’ennemi commun est le terrorisme et que l’on ne devrait pas se tromper de combat. Idrissa Coulibaly a rappelé que les acquis démocratiques arrachés par le sang de nombreux Burkinabè ne doivent pas être mis en péril. « L’urne doit demeurer la seule et unique voie d’accession à la gestion du pouvoir et c’est elle qui doit demeurer la seule et unique voie de sanction et de destitution d’un pouvoir », a-t-il argumenté.

Idrissa Coulibaly , coordonnateur de l’OIVC

« Pour que tout le monde vous suive, il faut dire à bas la France »

En ce qui concerne les sanctions prises par la CEDEAO et l’UEMOA contre le Mali, l’OIVC a apporté son soutien au peuple malien. Il s’est dit solidaire de ce pays frère, qui si la situation n’est pas réglée à temps, va vivre des périodes difficiles. Idrissa Coulibaly a appelé les partis à l’apaisement et au dialogue pour le bien-être du peuple malien et des autres communautés ouest africaines. Il a interpellé la junte en ces termes : « Ce régime a réussi à mobiliser tout le peuple derrière lui. Quand on aime son pays, il ne faut pas l’exposer à l’adversité de la communauté internationale. Aucun pays ne peut vivre sans la communauté internationale » a-t-il justifié.

Il renchérit en disant ceci « actuellement, il y a beaucoup de populisme, cela est facile aujourd’hui. Pour que tout le monde vous suive, il faut dire à bas la France parce qu’on sait que tout le monde est déçu de la politique française dans notre sous-région. Même demain, si Roch Kaboré sort pour dire cela, je sais que la place de la révolution va refuser du monde . Aucune nation ne peut tenir devant des embargos et le Mali ne fera pas l’exception », a-t-il averti. Le coordonnateur de l’OIVC a estimé que seule la démocratie doit demeurer et qu’il ne soutient aucunement les coups d’Etats.

Revenant sur la restriction d’internet au Burkina, OIVC a expliqué que si cela est à des fins sécuritaires, le gouvernement est dans son droit le plus absolu. Mais il s’est dit mécontent du manque de communication depuis la deuxième restriction qui se déroule jusqu’à ce jour. « On est tous touchés par cela, je suis contre cette façon de faire » a admis le coordonnateur.

L’Observatoire des valeurs civiques et citoyennes est, selon Idrissa Coulibaly, apolitique. L’OSC existe depuis 2014 et prône la médiation sociale, la promotion du civisme et des valeurs citoyennes, l’utilisation de l’information, de l’éducation et la communication pour un comportement civique et citoyen des populations.

Samirah Bationo
Photos et vidéo : Bonaventure Paré
Lefaso.net

Drame de Perkoa : Le gouvernement suit de près la (...)
Avis de recherche de Sidibé Ramata elle a été retrouvée (...)
Message de la ministre du genre et de la famille a (...)
Mineurs coincés à Perkoa : La chambre de refuge retrouvée (...)
Mineurs coincés à Perkoa : La section Sanguié du MBDHP (...)
Prévision saisonnière 2022 : Les pluies seront abondantes (...)
Lutte contre les maladies tropicales négligées au Burkina (...)
Publicité des produits de la pharmacopée traditionnelle (...)
Journée internationale des musées : "Le pouvoir des (...)
Vie chère à Ouahigouya : Consommateurs et commerçants (...)
Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel/Burkina (...)
Dépolitisation et renforcement de la méritocratie au sein (...)
Journée internationale du vivre-ensemble en paix : « Il (...)
Le Droit et le métier de Juriste avec Aurelie (...)
Commémoration de la journée de l’infirmière : Le conseil (...)
Avis de recherche : Sidibé Ramata, porté disparu depuis (...)
Éducation au Burkina : Les acteurs à l’école de la (...)
Bam : Bassinko en partage solidaire des personnes (...)
Droits humains et droit international humanitaire au (...)
Auto-emploi au Burkina : Les étudiants de l’université de (...)
Lutte contre la drogue au Burkina : L’association LYDIE (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30303



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés