Actualités :: Koudougou : Le secrétariat technique de l’apiculture outille cinq (...)

Koudougou a abrité du 21 au 23 décembre 2021 une formation de cinq gestionnaires de mielleries sur la démarche HACCP (analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise) dans la production du miel. Cette formation, financée par l’Union européenne, vise à accompagner les transformateurs dans la démarche HACCP en vue d’une amélioration de la compétitivité des produits de la ruche et de ses dérivés.

Durant trois jours, les gestionnaires de cinq mielleries ont, à travers cette session de formation, acquis des compétences pour mieux gérer leurs mielleries suivant la démarche HACCP.

Initié par le secrétariat technique de l’apiculture, ce projet de formation des gestionnaires de mielleries s’est tenu du 21 au 23 décembre 2021 dans le centre APISAVANA de Koudougou. Cette session, financée par l’Union européenne se tient dans le cadre du projet d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest, volet Burkina Faso (PACAO-BF) et mis en œuvre par la Chambre de commerce.

Il s’est agi, au cours de cette formation, d’accompagner les transformateurs dans la démarche HACCP en vue d’une amélioration de la compétitivité des produits de la ruche et ses dérivés. De façon pratique, il était question pour les organisateurs de former les responsables et les employés des cinq mielleries sur la démarche qualité, d’identifier et d’analyser les dangers et points critiques liés à la transformation des produits de la ruche et de proposer des solutions pour la maîtrise des dangers et points critiques.

Issoufou Nana, secrétaire technique de l’apiculture du ministère en charge des ressources animales

Dans son mot d’ouverture, le secrétaire technique de l’apiculture, Issoufou Nana, a situé le contexte de cette session qui, selon lui, est de donner des capacités aux transformateurs pour mieux gérer leur miellerie dans le cadre de l’hygiène et de la propreté suivant la démarche HACCP. Aussi, à l’entendre, il était également question, à travers cette session, d’améliorer la productivité et la commercialisation de la production animale non pastorale dans les chaînes de valeur sélectionnées.

Et Dasmané Traoré, chef de département du développement durable de l’apiculture, de définir la démarche HACCP comme étant un moyen qui consiste à mettre en place toutes les dispositions tendant à éviter les risques de contamination au niveau de la miellerie et augmenter ainsi la qualité des produits qui vont en sortir. Pour lui, cette démarche répond à une logique qui consiste à travailler de façon à ce que sur le terrain leurs produits puissent avoir de la place. « C’est une compétition sur le terrain, il y a d’autre produits qui viennent d’ailleurs et c’est dans ce cadre qu’il nous fallait renforcer la capacité des agents des mielleries » précise-t-il. Pour M. Traoré, à l’issue de cette formation, leur souhait serait de voir au niveau des participants des changements de comportement allant dans le sens d’une amélioration de ce qui se fait au quotidien. Il rassure par ailleurs, qu’un suivi terrain sera effectué de façon à s’assurer de l’effectivité de l’application de ce qui a été appris.

Dasmané Traoré, chef de département du développement durable de l’apiculture

« Je dis ce que je vais faire, et j’applique ce que j’ai dit que j’allais faire »
Au nombre de 15, les participants issus du Centre, des Hauts Bassins et du Centre Ouest ont pu bénéficier de l’expertise de l’ingénieur agroalimentaire Fatimata Segda.

Pour la formatrice Fatimata Segda, durant ces trois jours, il a été question de montrer aux participants ce que s’est que la démarche HACCP qui, selon elle, est un ensemble de bonnes pratiques d’hygiène qui comprennent les infrastructures des locaux, l’hygiène du matériel, l’hygiène du personnel, l’hygiène du comportement et de l’environnement.

A l’entendre, la règlementation exige certaines normes de bonnes pratiques que chaque entreprise doit appliquer pour assurer des aliments sains. « La démarche HACCP commence par les bonnes pratiques d’hygiène et de fabrication et il faut avec cela montrer la preuve que nous l’appliquons. Je dis ce que je vais faire, et j’applique ce que j’ai dit que j’allais faire », précise-t-elle pour illustrer la démarche HACCP.

La formatrice Fatimata Segda, ingénieur agroalimentaire

Au-delà de l’objectif qui est de montrer la démarche HACCP et comment l’appliquer dans l’entreprise, Mme Segda promet également un suivi à la suite de la formation dans les entreprises pour voir comment elles les appliquent.

Notons surtout que APISAVANA reste un exemple palpable sur l’application de la démarche HACCP qui lui a valu la certification HACCP.

Prince Omar
Lefaso.net

Drame de Perkoa : Le gouvernement suit de près la (...)
Mineurs coincés à Perkoa : La chambre de refuge retrouvée (...)
Mineurs coincés à Perkoa : La section Sanguié du MBDHP (...)
Prévision saisonnière 2022 : Les pluies seront abondantes (...)
Lutte contre les maladies tropicales négligées au Burkina (...)
Publicité des produits de la pharmacopée traditionnelle (...)
Journée internationale des musées : "Le pouvoir des (...)
Vie chère à Ouahigouya : Consommateurs et commerçants (...)
Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel/Burkina (...)
Dépolitisation et renforcement de la méritocratie au sein (...)
Journée internationale du vivre-ensemble en paix : « Il (...)
Le Droit et le métier de Juriste avec Aurelie (...)
Commémoration de la journée de l’infirmière : Le conseil (...)
Avis de recherche : Sidibé Ramata, porté disparu depuis (...)
Éducation au Burkina : Les acteurs à l’école de la (...)
Bam : Bassinko en partage solidaire des personnes (...)
Droits humains et droit international humanitaire au (...)
Auto-emploi au Burkina : Les étudiants de l’université de (...)
Lutte contre la drogue au Burkina : L’association LYDIE (...)
Super Léo : La nouvelle farine infantile fortifiée en (...)
Banditisme : Cinq présumés délinquants mis hors d’état de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30303



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés