Actualités :: Drame de Yirgou : Le collectif contre l’impunité et la stigmatisation des (...)

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), a tenu une conférence de presse ce jeudi 23 décembre 2021, à Ouagadougou. Cette conférence a porté sur la situation sécuritaire nationale, de même que la commémoration de l’an 3 du drame de Yirgou.

Le Burkina Faso, dans la lutte contre le terrorisme, a commis plusieurs erreurs, selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés. Parmi ces erreurs commises, ils ont cité, entre autres, la « création de certaines milices armées ou groupe d’auto-défense kolgweogo et leur parrainage politique ». En effet, selon eux, ces groupes d’auto-défense favorisent l’impunité dans le dossier Yirgou et d’autres cas où ils sont accusés de commettre des exactions.

« Transvaser ces mêmes kolgweogo de moralité douteuse ou colporteurs de violences dans les rangs des Volontaires pour la défense de la patrie », a aussi été une erreur, selon le collectif.

Les membres du CISC ont affirmé que les exécutions sommaires et extra- judiciaires ont davantage fragilisé la collaboration population-FDS et surtout contribué à renforcer les effectifs des groupes terroristes, qui, usant de perfidie, se présentaient comme des sauveurs de ces populations abandonnées par la République.

« La stratégie de la neutralisation systématique des suspects a été contre-productive. En effet, depuis que l’on annonce à coups de communiqués des dizaines de terroristes neutralisés, le Burkina n’a pas réussi à récupérer des portions de territoires que l’Etat avait abandonnées », a confié le secrétariat général du CISC, Daouda Diallo.

« C’est également le lieu pour nous de dénoncer les propos irresponsables de certains acteurs politiques qui prônent la tactique de la terre brulée, en l’occurrence le député Abdoulaye Mossé, vice-président de l’Assemblée nationale, qui appelait au cours d’une séance plénière à tout « raser » au Sahel y compris les arbres et les animaux », a expliqué Daouda Diallo. « Quelle est l’utilité d’un territoire sans habitants ? Comment un responsable peut-il tenir de tels propos ? », s’est-il interrogé.

Dr. Daouda Diallo, Secrétaire général du CISC

En ce qui concerne le fait de donner des armes aux Volontaires pour la défense de la patrie, le CISC souhaite plutôt que l’on renforce le matériel militaire des forces de défense.

« L’arme est devenu un gagne-pain. Beaucoup ont utilisé ces armes pour piller leurs voisins. S’il faut armer, nous pensons que ce sont nos FDS parce que ce sont eux les professionnelles de la sécurité », a relevé le secrétaire général.

Le CISC dit avoir depuis le massacre de Yirgou (qui a fait en janvier 2019 une cinquantaine de morts au sein des peuls, selon le gouvernement, plus de 200, selon des associations) maintes fois tiré la sonnette d’alarme en expliquant que l’impunité de Yirgou risque fort de provoquer un embrasement dans la région du Centre-nord et, partant, du Burkina tout entier. En vain. Néanmoins, il pense que tout n’est pas encore perdu.

« Nous devons espérer un réveil de l’autorité politique, mais aussi et surtout, espérer que le bon diagnostic soit fait et le remède approprié soit administré afin de restaurer l’intégralité du territoire du Burkina Faso », a conclu le secrétaire général.
Pour la commémoration de l’an 3 du drame de Yirgou, le collectif prévoit organiser des activités. Il sera prévu à cet effet, un panel le 8 janvier au CBC sur le thème : « Quels liens entre les violations des droits humains et la dégradation de la situation sécuritaire au Burkina Faso », une journée des communautés à Boussouma en mi-janvier 2022 et une sortie pour assistance aux PDI dès début janvier 2022.

Patricia Coulibaly (Stagiaire)
Lefaso.net

Mine de Perkoa : Des journalistes et des ministres (...)
Burkina : Le Front de défense pour la patrie réclame (...)
Dépigmentation au Burkina : « Il faut accompagner celles (...)
Journée de l’étudiant burkinabè : Les étudiants de (...)
Droits des femmes au Burkina : L’Initiative Pananetugri (...)
Béatification de Dii Alfred Diban : 42 ans après la mort (...)
Burkina/Gourcy : La vie d’un étudiant s’achève dans un (...)
Enseignement supérieur : Le Pr Pam Zahonogo prend les (...)
Orabank-Burkina : Un cocktail pour mieux se rapprocher (...)
Direction régionale des douanes de l’Ouest : Sansan (...)
Viol d’une élève déplacée interne à Ouahigouya : Un suspect (...)
Burkina Faso : La Cour des comptes et l’Union européenne (...)
Burkina/transport : Une augmentation de 500 et 1000 F (...)
Hadj 2022 : Le Burkina autorisé à envoyer 3686 (...)
Centre-nord : Un projet sur les pratiques endogènes de (...)
8e session extraordinaire du conseil d’administration de (...)
Traitement du minerai au Burkina : Le consortium Eau (...)
Dédougou : AG/AGRODIA une nouvelle direction pour de (...)
Jubilé d’argent épiscopal de Mgr Paul Ouédraogo : Un dîner (...)
Yako (Nord du Burkina) : Un enfant meurt dans (...)
Électrification rurale : Système d’aide au développement (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30282



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés