Actualités :: Salon national du miel : La 2e édition se tient du 14 au 16 décembre 2021 à (...)

Les acteurs et partenaires du miel tiennent la 2e édition du salon consacré à ce produit. C’est dans le pavillon Soleil levant du site du SIAO à Ouagadougou que s’est tenue ce mardi 14 décembre 2021, la cérémonie de lancement officiel des activités du Salon national du miel (SANAM).

Dans le cadre de la valorisation de la filière apicole burkinabè, l’interprofession des acteurs de la filière apicole, grâce à la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina, en partenariat avec l’Union européenne (UE) et le Programme d’appui à la compétitivité en Afrique de l’Ouest (PACAO), organise ledit salon.

Il vise principalement à être une plateforme de valorisation, d’échanges et de mise en réseau d’affaires des acteurs, professionnels et vendeurs de cette filière.

C’est sous le thème "Apiculture et préservation de l’environnement", que le salon se tient. Au programme, des conférences thématiques et des master-class, des expositions-ventes du miel et de ses dérivés et des échanges "B to B" entre vendeurs et acheteurs.

Assistance

Autrefois très bon marché, le miel a depuis lors été valorisé pour devenir progressivement une denrée de luxe aux multiples vertus nutritionnelles thérapeutiques dont la production est aujourd’hui quasiment acheminée et vendue en zone urbaine et hors de nos frontières.

Avec plus de 16 000 apiculteurs que compte la filière miel au Burkina, la production moyenne annuelle de miel est passée de 500 tonnes en 2017 à 1 300 tonnes en 2021. Ce sont également plus de 3 000 flacons de cire qui ont été exportés en 2021.

Mamady Sanoh, 1er Vice-président de la CCI-BF

"De par sa qualité et le respect des normes, le miel burkinabè se présente aujourd’hui comme une véritable opportunité pour renforcer davantage la coopération économique entre notre pays et l’Union européenne dont la demande pour le miel et produits dérivés reste croissante", déclare Mamady Sanoh, vice-président de la Chambre de commerce et de l’industrie du Burkina Faso. Il va ensuite exhorter les apiculteurs à plus d’ardeur au travail car, dit-il, la Chambre de commerce est toujours disponible à œuvrer pour l’épanouissement du secteur.

Trophée

Le miel est un facteur clé de développement à la base. Dans son allocution, Désiré Yaméogo, président de l’interprofession, a affirmé que ‘’l’apiculture constitue aujourd’hui un moyen d’accélérer la croissance économique par la création d’emplois. Elle contribue à la création de richesses, à la réduction de la pauvreté, à la lutte contre la malnutrition et à la sécurité alimentaire’’. Il va rappeler qu’il faut intégrer l’aspect compétitivité et loi du marché afin d’un rendement meilleur.

Désiré Yaméogo, Président interprofession miel

Les partenaires ne restent pas en marge pour accompagner cette initiative de promotion de la filière miel. Le développement des filières porteuses et la sécurité alimentaire sont une priorité de longue date du partenariat entre l’Union européenne et le Burkina Faso, selon Karsten Mecklenburg, premier conseiller et chef section politique, représentant la délégation de l’Union européenne à ladite cérémonie. Il va traduire sa joie par les résultats atteints grâce à ce partenariat avec l’Union européenne tout en espérant que le Burkina atteindra les 2 000 tonnes qu’il est autorisé à exporter vers l’UE avant la fin de ce programme. Il rappelle la disponibilité de son institution à accompagner le gouvernement du Burkina Faso dans ses projets de développement parlant du Plan national de développement économique et social (PNDES II).

Karsten Mecklenburg, Premier conseiller, chargé des affaires politiques et représentant de l’UE

Brigitte Javaudin, exportatrice du miel burkinabè en Europe, est dans sa 3è année dans le domaine. Depuis quatre ans, dit-elle, ils forment des apiculteurs afin d’avoir un produit fini de qualité exportable vers les pays de l’UE. Elle se réjouit que sur les 400 formés, une cinquantaine sont devenus professionnels et auprès de qui elle achète du miel brut afin de le filtrer à Ouagadougou et de le convoyer vers l’Europe.

Brigitte Javaudin, exportatrice du miel burkinabè vers l’Union européenne

Elle précise que la France consomme 56 000 tonnes de miel par an avec une production de 10 000 tonnes, ce qui constitue un vide de 46 000 à combler. C’est dire qu’il existe un marché à conquérir et les acteurs de la filière doivent saisir cette opportunité. Le miel du Burkina est aujourd’hui désiré en Europe et elle invite ses collègues à entreprendre dans le domaine afin de contribuer au développement du Faso. Elle rappelle que les bénéfices sont entièrement retournés au Burkina Faso à travers la succursale de leur entreprise et que la structure n’embauche que des Burkinabè.

Auguste Bambara

Le salon a été ouvert par Augustin Bambara, directeur de cabinet du ministère en charge du commerce et représentant le ministre, patron de l’événement. Il va exhorter les acteurs à atteindre la barre de 2 000 tonnes l’année prochaine. Il rassure de la disponibilité du ministère à accompagner toutes les œuvres de développement sans occulter l’aspect préservation de l’environnement comme le mentionne le thème.

Visite de stand

Il faut rappeler que le Burkina Faso, au nom de l’amélioration de la qualité de ses produits de la ruche, a obtenu le renouvellement de son autorisation d’exportation de miel dans les pays d’Europe. Le pays des hommes intègres est autorisé à exporter jusqu’à 2 000 tonnes du valeureux liquide dans les pays de l’Europe.

Inocent H. Alloukoutoui (Stagiaire)
Lefaso.net

Banditisme : Cinq présumés délinquants mis hors d’état de (...)
Santé : Children Believe fait don de médicaments pour les (...)
Mine de Perkoa : Des journalistes et des ministres (...)
Burkina : Le Front de défense pour la patrie réclame (...)
Dépigmentation au Burkina : « Il faut accompagner celles (...)
Journée de l’étudiant burkinabè : Les étudiants de (...)
Droits des femmes au Burkina : L’Initiative Pananetugri (...)
Béatification de Dii Alfred Diban : 42 ans après la mort (...)
Burkina/Gourcy : La vie d’un étudiant s’achève dans un (...)
Enseignement supérieur : Le Pr Pam Zahonogo prend les (...)
Orabank-Burkina : Un cocktail pour mieux se rapprocher (...)
Direction régionale des douanes de l’Ouest : Sansan (...)
Viol d’une élève déplacée interne à Ouahigouya : Un suspect (...)
Burkina Faso : La Cour des comptes et l’Union européenne (...)
Burkina/transport : Une augmentation de 500 et 1000 F (...)
Hadj 2022 : Le Burkina autorisé à envoyer 3686 (...)
Centre-nord : Un projet sur les pratiques endogènes de (...)
8e session extraordinaire du conseil d’administration de (...)
Traitement du minerai au Burkina : Le consortium Eau (...)
Dédougou : AG/AGRODIA une nouvelle direction pour de (...)
Jubilé d’argent épiscopal de Mgr Paul Ouédraogo : Un dîner (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30282



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés