Actualités :: Résilience des pays du Sahel : Le PNUD lance le programme « Régénération (...)

La crise sécuritaire que vivent les pays du Sahel appelle à une solidarité collective. C’est dans cet élan que le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) a lancé, le jeudi 9 décembre 2021 à Ouagadougou, sa nouvelle offre dénommée « Régénération ».

Le Sahel, bousculé depuis quelques mois par la crise sécuritaire, ne se laisse pas abattre, encore moins ses partenaires. Le Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) a voulu redonner un nouvel espoir et réaffirmer sa présence aux côtés des dix pays du Sahel en lançant le programme « Régénération » qui vise à opérationnaliser la Stratégie intégrée des Nations-unies pour le Sahel (UNISS).
Le programme porte sur trois axes fondamentaux que sont la Gouvernance, la Jeunesse et les Énergies renouvelables.

L’assistance

Lors de ce lancement, Achim Steiner, administrateur du PNUD, s’est dit confiant par rapport à la résilience des Etats sahéliens, en vue d’un développement inclusif. Le programme ainsi défini permettra aux programmes nationaux des pays concernés d’être en phase avec les Objectifs de développement durable (ODD).

Selon Abdoulaye Mar Dieye, coordinateur spécial pour le développement au Sahel du secrétaire général des Nations-unies, ce programme devra, à terme, renforcer l’élan de résilience des pays touchés par la crise sécuritaire. Il permettra aussi aux Etats d’être plus forts et de consolider davantage des économies structurelles dans chacun des domaines. Il va impacter la vie sociale et économique de chaque pays concerné car, dit-il, « un dollar investi pour l’intégration peut rapporter dix dollars ». Le programme va apporter un changement au niveau de l’Etat et au niveau du peuple, renchérit-il.

Image illustrative des 03 axes.

Les jeunes se trouvent au cœur de ce programme dans chacun des axes. Ils doivent prendre une part active dans le rôle de leaders pour la gouvernance et pour les énergies renouvelables. Ce sont eux qui vont développer et soutenir le programme afin de créer pour eux-mêmes une énergie résiliente et une gouvernance participative.

Le commissaire de l’Union africaine aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité, Bankolé Adeoyé, a salué le projet tout en invitant à une meilleure communication entre les gouvernants et les gouvernés. Cela favorisera la prospérité et la stabilité des régions, a-t-il conclu.

Ragnimwendé Elda Koama, Présidente de l’Association Fenêtre d’Afrique

Ragnimwendé Elda Koama, entrepreneur et présidente de l’association Fenêtre d’Afrique, invitée à cette conversation mondiale, dira à son tour qu’il faut adapter le programme à la population lorsqu’elle trouvera des zones d’ombre dans la mise en œuvre. Elle ajoutera que les données de l’enquête préliminaire lors des travaux de terrain pour l’élaboration du projet ne sont toujours pas les mêmes lors de la mise en œuvre. Elle suggère donc que la population soit la cheville ouvrière de la mise en œuvre de ce programme. « J’ai appris à apprendre des autres et chacun de nous a un meilleur en lui », a-t-elle précisé à la fin de son propos.

Mathieu CIOWELA, Représentant du PNUD au Burkina Faso

Marie-Laure Akin-Olugbadé, directrice générale de la région Afrique de l’Ouest à la Banque africaine de développement (BAD), a assuré que son institution est un partenaire qui accompagnera le programme. Elle se dit confiante quant à la résilience des pays sahéliens. Elle va conclure en disant que son institution est en parfaite adéquation avec les trois axes pris en compte par le programme des Nations-unies

Pour Mathieu Ciowela, représentant du PNUD au Burkina Faso, il y a un potentiel en matière énergétique au niveau du Sahel qui n’est jusque-là pas exploité. Il dira à son tour que la jeunesse est l’élément principal de ce programme. Il va ensuite rappeler que la jeunesse représente 65% de la population sahélienne.

Invité d’honneur, Président Mohamed Bazoum du Niger

Le programme sera mise en œuvre dans les dix pays que compte le Sahel. Il s’agit du Burkina Faso, du Cameroun, du Tchad, de la Guinée, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, du Sénégal et de la Gambie.

Il y a plus de 2 250 milliards de francs CFA à mobiliser en vue de la mise en œuvre dudit programme.

Le lancement officiel s’est fait par visioconférence avec pour invité d’honneur Mohamed Bazoum, président de la République du Niger.

Inocent H. Alloukoutoui (Stagiaire)
Lefaso.net

Mineurs coincés à Perkoa : La chambre de refuge retrouvée (...)
Prévision saisonnière 2022 : Les pluies seront abondantes (...)
Drame de Perkoa : Le gouvernement suit de près la (...)
Avis de recherche de Sidibé Ramata elle a été retrouvée (...)
Message de la ministre du genre et de la famille a (...)
Mineurs coincés à Perkoa : La section Sanguié du MBDHP (...)
Lutte contre les maladies tropicales négligées au Burkina (...)
Publicité des produits de la pharmacopée traditionnelle (...)
Journée internationale des musées : "Le pouvoir des (...)
Vie chère à Ouahigouya : Consommateurs et commerçants (...)
Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel/Burkina (...)
Dépolitisation et renforcement de la méritocratie au sein (...)
Journée internationale du vivre-ensemble en paix : « Il (...)
Le Droit et le métier de Juriste avec Aurelie (...)
Commémoration de la journée de l’infirmière : Le conseil (...)
Avis de recherche : Sidibé Ramata, porté disparu depuis (...)
Éducation au Burkina : Les acteurs à l’école de la (...)
Bam : Bassinko en partage solidaire des personnes (...)
Droits humains et droit international humanitaire au (...)
Auto-emploi au Burkina : Les étudiants de l’université de (...)
Lutte contre la drogue au Burkina : L’association LYDIE (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 30303



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés