Actualités :: École nationale de santé publique : L’universitarisation des offres de (...)

Le directeur général de l’École nationale de santé publique (ENSP), Émile Paré, a tenu ce mercredi 24 novembre 2021, une conférence de presse à Ouagadougou, au sein dudit établissement. Il s’agissait de porter à la connaissance de l’opinion publique, la future mutation de l’ENSP en Institut supérieur de formation en sciences de la santé.

Afin d’améliorer la qualité du système d’apprentissage et de formation, l’État a adopté le décret n°2021-0285 portant sur l’universitarisation des offres de formation dans les écoles et centres de formation professionnelle. Afin de se conformer à ce nouveau décret, l’École nationale de santé publique (ENSP) a ainsi entrepris depuis 2017, son processus d’universitarisation des offres d’études.

Ce processus consistait, dans un premier temps, à renforcer les capacités des enseignants permanents de l’école, à élever le niveau de recrutement au baccalauréat pour les infirmiers et sages-femmes, à relire les curricula de formation de toutes les filières et les mettre en forme depuis 2018, et à élever le niveau de recrutement du personnel administratif au master.
Quatre ans après, ces innovations réussies, l’ENSP est sur la voie d’achèvement de son processus d’universitarisation.

Une vue des participants à la conférence de presse

Ainsi, grâce à cette innovation, ce sont des agents de santé de niveau licence bien formés qui seront injectés dans le système de santé, « ce qui va accroître, j’en suis certain, la qualité de l’offre de soins au grand bonheur de nos populations laborieuses », affirme le Dr Paré.

Des difficultés entravant le processus

Bien que le processus d’universitarisation soit bientôt achevé, le directeur général de l’ENSP n’a pas manqué de relever nombre de difficultés ayant émaillé le processus. Il s’agit notamment de la formation des enseignants en master. En effet, Émile Paré a relevé que, sur 200 enseignants inscrits, seulement quatre avaient obtenu leur master. De surcroît, la réticence de certains médecins et pharmaciens à cautionner cette universitarisation (parce qu’ils estiment être les seuls à porter le titre de docteur) a également entravé cette innovation. Néanmoins, à en croire le Dr Paré, l’érection de l’école en institut supérieur sera bientôt effective.

Le directeur général de l’École nationale de santé publique (ENSP)

« Cette innovation des offres de formation permettra de s’engager dans le principe d’universitarisation de la science de la santé sous la direction du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES), de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) », conclut Émile Paré.

L’institut supérieur de formation en science de la santé (nom provisoire) sera bientôt effectif et accueillera des élèves et étudiants qui souhaitent se former dans les domaines de la santé. Ce sont au total 2 750 étudiants qui seront sur la ligne de départ pour la recherche de leur licence en science de la santé.

Nado Ariane Paré (Stagiaire)
Lefaso.net

Province du Gourma : Deux morts dont une enseignante (...)
Burkina Faso : Quatre nouveaux officiers aux commandes (...)
Burkina Faso : Qui est le nouveau contrôleur général (...)
Santé/Burkina : Le ministre de la santé, Charlemagne (...)
Education nationale au Burkina : Le ministère invite des (...)
Réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba : Les acteurs (...)
Burkina Faso : Le Fonds DANIDA appuie 27 OSC pour la (...)
Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau (...)
Burkina : Le directeur général de la maîtrise d’ouvrage de (...)
Prévention des conflits communautaires au Burkina : Des (...)
Education au Burkina : Le Catholic relief services fait (...)
Province du Zoundweogo : Goyenga dispose désormais d’une (...)
Police nationale du Burkina : Dieudonné Ouattara prend (...)
Assises criminelles à Dédougou : Ils écopent de 15 ans (...)
Loteries nationales du Conseil de l’entente : Le tirage (...)
Burkina Faso : Le lieutenant-colonel Mohamed Emmanuel (...)
Tentative présumée de coup d’Etat : Huit militaires (...)
Burkina - S.O.S. musée de l’Eau : Les marchands de la (...)
Région du Sahel : La ville de Dori en manque de (...)
Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une (...)
Pouytenga : La communauté musulmane offre un local (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 29484



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés