Actualités :: Procès "Contrebande de carburant" : « Monsieur Yoni avez-vous peur ? », (...)

Le procès de contrebande de carburant a suivi son cours le lundi 22 novembre 2021 au Tribunal de grande instance de Ouaga I. Plusieurs prévenus ont été entendus pour cette cinquième journée du procès, dont Mahamadi Yoni.

Reconnaissant les charges retenues contre lui en matière de contrebande de carburant, il a précisé qu’il s’est adonné à cette activité de 2011 à 2014 puis l’a abandonné à ses enfants qui ont pris le relais.

« Puisque vous dites avoir mené l’activité de contrebande de carburant de 2011 à 2014, quelles sont les raisons qui vous ont poussé à l’arrêter ? », demande le juge à M. Yoni.

« C’est pour des raisons de santé et de rentabilité que j’ai mis fin à mon activité de contrebande de carburant », répond-il au juge.

Le tribunal rappellera au prévenu la saisie d’un de ses camions par la police de Fada.

« Il ressort que la police ait saisi l’un de vos camions transportant cent fûts de 200 litres de carburant frauduleux à Fada cette année même. Est-ce vrai ? », interroge le juge.

« Oui M. le juge », répond l’accusé Mahamadi Yoni.

Puis d’expliquer que ces fûts étaient ceux de ses enfants et non les siens.

Cherchant à tirer au clair cette histoire d’enfants dont parle l’accusé, le juge passe à la question suivante : « M. Yoni ces enfants dont vous parlez tant travaillent pour votre compte n’est-ce pas ? »

M. Yoni répond par la négative.

N’étant pas convaincu de la réponse donnée, le juge relance : « si l’on comprend bien, lorsque les fournisseurs viennent livrer le carburant à vos enfants à la frontière, c’est en votre nom n’est-ce pas ? »

« Oui ! », répond cette fois-ci M. Yoni par l’affirmative.

« Le conseil voulant en savoir plus sur ces enfants, interroge son client : M. Yoni les enfants ont quel âge ? »

Et M. Yoni de clarifier que les enfants qui ont entre 29 et 30 ans sont ses neveux.
Face à tant de tergiversations constatées par le juge dans les propos du prévenu, il l’interrompt par cette interrogation : « M. Yoni avez-vous peur ? »

Et à l’accusé de réagir : « Oui j’ai peur »

L’audience suspendue aux environs de 17 heures se poursuit le mardi 23 novembre 2021 dans le même espace à 8 heures.

Lefaso.net

Burkina Faso : Les petits commerçants menacent (...)
Perturbations de la déserte en eau : L’ONEA est à pied (...)
Promotion immobilière au Burkina Faso : Voici la liste (...)
Plateforme E-passeport au Burkina : Le directeur (...)
Les Anciens de l’Appel de Manéga aux Burkinabè : « Chacun (...)
Ouagadougou : Ordures, sacrifices, carcasses d’animaux…des
Crise à l’université Nazi Boni : Le CFOP rend visite aux (...)
Boucle Mouhoun : AGRODIA soutient les PDI avec 10 (...)
Energie solaire au Burkina : Des lampadaires solaires (...)
Région du Centre-nord : L’ONG WaterAid vient en aide aux (...)
Dori : Les femmes déplacées internes les plus (...)
Projet Benkadi Burkina : Des protocoles de partenariat (...)
Crise à l’université Nazi Boni : Les parties fument le (...)
Ecole privée de santé Sainte Julie de Ouagadougou : 327 (...)
Education : Le ministre Stanislas Ouaro dans les locaux (...)
Crise à l’université Nazi Boni : Deux organisations de la (...)
Province du Gourma : Deux morts dont une enseignante (...)
Burkina Faso : Quatre nouveaux officiers aux commandes (...)
Burkina Faso : Qui est le nouveau contrôleur général (...)
Santé/Burkina : Le ministre de la santé, Charlemagne (...)
Education nationale au Burkina : Le ministère invite des (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 29505



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés