Actualités :: Burkina : Des assises nationales pour une école en phase avec les (...)

Le gouvernement burkinabè a levé les rideaux sur les assises nationales de l’éducation, ce jeudi 18 novembre 2021 à Ouagadougou. Pendant trois jours de travaux, les acteurs de l’éducation vont se pencher sur les réformes à entreprendre pour un système éducatif plus performant au Burkina Faso.

Le 31 mars 2021, le conseil des ministres a autorisé l’organisation d’assises nationales de l’éducation. C’est à la suite de ce feu vert donné, que le ministère de l’Éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales a créé un comité de rédaction qui devait établir un document sur les reformes scolaires. Pour plus d’inclusion, des assises régionales ont été organisées au mois d’octobre dans les différentes régions du Burkina Faso. Ce sont 3 060 personnes qui ont participé à ces rencontres d’échanges. Elles étaient constituées de politiques, d’acteurs sociaux, coutumiers, religieux, etc.

Ces rencontres régionales ont accouché d’un document de base pour l’organisation des assises nationales. La cérémonie d’ouverture s’est tenue ce 18 novembre 2021 à Ouagadougou. « Quelles réformes et stratégies d’actions pour développer l’éducation nationale ? » c’est le thème de ces travaux visant à créer un nouveau pacte national sur l’éducation. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a été le patron de la cérémonie.

Au côté du président du Faso, le Premier ministre Christophe Joseph-Marie Dabiré

Dans son allocution, il a rappelé que l’école ne devrait pas rester statique au risque de devenir inadaptée. « Je partage ce slogan selon lequel l’éducation n’est pas une dépense, mais plutôt un investissement. L’école doit déceler les germes de changements et opérer les réformes nécessaires à son amélioration. A ces assises de l’éducation nationale, vous êtes conviés à apporter vos contributions à la construction d’une école solide et forte en phase avec les aspirations des communautés et les réalités socio-économiques de notre pays. L’école doit contribuer à façonner les valeurs sociales désirables de la nation. Le gouvernement a adopté le deuxième Plan national de développement économique et social (PNDES II) qui constitue notre référentiel de développement pour la période 2021-2025. Dans ce plan national de développement économique et social, j’ai encore inscrit le développement du capital humain comme pierre angulaire de notre programme », a déclaré le président du Faso.

Le président du Faso, Roch Kaboré, a affirmé que ces assises nationales de l’éducation permettront d’établir des reformes pour rendre le système éducatif burkinabè plus performant

« Les terroristes travaillent à empêcher le développement du système éducatif »

Douze thématiques ont été abordées dans le document de base qui constitue la feuille de route des échanges. Parmi les points évoqués, la mise en œuvre d’un protocole d’accord signé par le gouvernement avec les partenaires sociaux (coordination des syndicats de l’éducation) ; La question relative à la dynamisation de l’enseignement et de la formation technique et professionnelle ; la résilience du système éducatif face aux multiples crises dont les violences en milieu scolaire, la crise sécuritaire, la fronde sociale.

Parmi les 12 thématiques abordées, figure aussi le financement de l’éducation et la promotion des langues nationales. Au Burkina, 59 langues ont été recensées, 17 sont en voie de disparition. Pour éviter cette extinction, il est prévu qu’elles soient enseignées dans les écoles. Les établissements privés sont elles aussi au cœur des échanges. Ces assises se tiennent dans un contexte où, à la date du 31 octobre 2021, 2 877 écoles sont fermées, 9 221 enseignants et 344 363 élèves mis hors des classes du fait du terrorisme.

Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales

Une minute de silence a été observée par l’assemblée en hommage aux victimes d’attaques terroristes. La plus récente étant celle d’Inata avec 53 décès.
Pour signifier son mécontentement sur la gestion de la crise sécuritaire, le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) a refusé d’assister à l’ouverture. Pour le ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro, ces assises n’ont pas de coloration politique.

« Les terroristes travaillent à empêcher le développement du système éducatif parce qu’ils savent que cela développe un pays, il permet aux acteurs de ne pas s’enrôler ou se radicaliser. Participer à la réflexion de ces assises, c’est aussi contribuer à la lutte contre le terrorisme », a-t-il martelé. Il ajoute que tous ceux qui participent à ces débats contribuent à la résilience du système éducatif contre l’avancée du terrorisme.

Les assises nationales de l’éducation sont des instances de réflexion et de proposition pour rendre le système éducatif plus performant. A l’issue des travaux, le conseil des ministres examinera les suggestions qui en découleront. Elles seront ensuite adoptées en fonction de leurs pertinences. La fin des assises est prévue pour le 20 novembre 2021.

Samirah Bationo
Photo : Bonaventure Paré
Lefaso.net

Province du Gourma : Deux morts dont une enseignante (...)
Burkina Faso : Quatre nouveaux officiers aux commandes (...)
Burkina Faso : Qui est le nouveau contrôleur général (...)
Santé/Burkina : Le ministre de la santé, Charlemagne (...)
Education nationale au Burkina : Le ministère invite des (...)
Réhabilitation de la mosquée de Dioulassoba : Les acteurs (...)
Burkina Faso : Le Fonds DANIDA appuie 27 OSC pour la (...)
Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau (...)
Burkina : Le directeur général de la maîtrise d’ouvrage de (...)
Prévention des conflits communautaires au Burkina : Des (...)
Education au Burkina : Le Catholic relief services fait (...)
Province du Zoundweogo : Goyenga dispose désormais d’une (...)
Police nationale du Burkina : Dieudonné Ouattara prend (...)
Assises criminelles à Dédougou : Ils écopent de 15 ans (...)
Loteries nationales du Conseil de l’entente : Le tirage (...)
Burkina Faso : Le lieutenant-colonel Mohamed Emmanuel (...)
Tentative présumée de coup d’Etat : Huit militaires (...)
Burkina - S.O.S. musée de l’Eau : Les marchands de la (...)
Région du Sahel : La ville de Dori en manque de (...)
Dédougou : La gendarmerie interrompt le mariage d’une (...)
Pouytenga : La communauté musulmane offre un local (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 29484



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés