Actualités :: Syndicats : Une grève prévue les 15, 16 et 17 décembre prochains

La Bourse du travail a abrité, mardi 8 novembre 2005, une assemblée générale (A-G) de responsables syndicaux, délégués syndicaux et délégués du personnel de la ville de Ouagadougou. La rencontre s’est penchée sur le bilan de la grève des 26 et 27 octobre 2005. Cette AG prévoit également une grève les 15, 16 et 17 décembre prochains.

Sur convocation des secrétaires généraux des centrales syndicales et syndicats autonomes du Burkina Faso, s’est tenue, le mardi 8 novembre 2005, à partir de 18h à la Bourse du travail de Ouagadougou, une assemblée générale de responsables syndicaux, délégués syndicaux et délégués du personnel de la ville de Ouagadougou. La rencontre qui a regroupé 140 responsables, a essentiellement porté sur les leçons de la grève des 26 et 27 octobre 2005 et les perspectives.

I. Des leçons de la grève des 26 et 27 octobre 2005

Les secrétaires généraux, tout comme les participants, ont unanimement souligné le succès de la grève sur toute l’étendue du territoire. Ce succès a valu des félicitations adressées d’une part, aux secrétaires généraux par les délégués pour l’initiative prise de mettre en avant les préoccupations des travailleurs en cette période de campagne électorale, d’autre part, aux militants et aux travailleurs pour leur grande mobilisation à l’occasion de la grève et de la marche. Les participants ont, par ailleurs, dénoncé l’attitude de mépris du gouvernement vis-à-vis des organisations syndicales, de même que les sanctions et les menaces de sanctions prises par certains employeurs du privé. Ceux-ci ont indûment évoqué soit l’article 351 du Code du Travail (alors qu’il s’agissait d’une grève nationale lancée par les centrales syndicales et les syndicats autonomes autour d’une plate-forme qui concerne tous les travailleurs), soit l’article 353 pour tenter de justifier les réquisitions préventives, massives et, de ce fait, illégales opérées par certains employeurs. Enfin, l’assemblée a insisté sur la nécessité de poursuivre la lutte en vue d’arracher du gouvernement la satisfaction des points de la plate-forme de lutte.

II. Des perspectives

Après des échanges fort enrichissants et pleins d’optimisme et de détermination, des participants à l’assemblée générale, les secrétaires généraux des centrales syndicales et des syndicats autonomes ont retenu la synthèse suivante à mettre en œuvre dans l’immédiat :

1. Un bilan synthétique écrit de la grève des 26 et 27 octobre 2005 à mettre à la disposition de tous les travailleurs pour exploitation ;

2. la prise en charge unitaire des cas de menaces de sanctions et de sanctions que certains travailleurs subissent pour fait de grève ;

3. La poursuite de la lutte contre la vie chère, pour la justice et les droits des travailleurs, par un appel à une grève générale unitaire, large et nationale, commémorant en même temps le 30e anniversaire des grandes journées de lutte des 17 et 18 décembre 1975. Cette grève se tiendra les 15, 16 et 17 décembre 2005. Toutes les trois journées de grève devront être actives le jeudi 15 décembre : conférence-débats sur la vie chère, le vendredi 16 décembre, conférence-débats sur le sens et la portée historique des journées des 17 et 18 décembre 1975, le samedi 17 décembre, grandes marches commémoratives sur toute l’étendue du territoire national. Pour ce faire, il a été décidé du dépôt immédiat d’un préavis de grève, donnant ainsi suffisamment de temps pour sa large diffusion auprès de toutes les structures de base, de tous les secteurs d’activités socioprofessionnelles ;

4. La plate-forme minimale unitaire de lutte a été revue pour intégrer un point sur l’arrêt des menaces de sanctions, l’annulation des sanctions pour fait de grève. Respect de la liberté syndicale et du droit de grève au Burkina Faso ;

5. Le travail d’information, de sensibilisation et de mobilisation des travailleurs de tous les secteurs d’activité pour la poursuite de la lutte s’engage immédiatement par :

- La poursuite d’AG de bilans et de mobilisation sectorielles et unitaires à la base durant les trois semaines restantes de novembre et de la dizaine de jours de décembre avant la grève ;

- La tenue de grands meetings unitaires de mobilisation qui seront animés par les secrétaires généraux des centrales syndicales et des syndicats autonomes, respectivement.

A Bobo- Dioulasso et à Banfora, le samedi 26 novembre 2005 ;

A Ouagadougou, le samedi 3 décembre 2005.

Ouagadougou, le 11 novembre 2005

Norbert OUANGRE
Président de la Commission Presse

Sidwaya

Agression de civils à Ouagadougou : Le Chef d’état-major (...)
Education : L’association Coach du cœur offre 500 kits (...)
Ecole d’été en intelligence artificielle : Les participants
Domotique au Burkina : Prenez le contrôle de votre (...)
Projet Weoog-Paani : Le comité technique de suivi dresse (...)
Sud-Ouest : L’Association pour la promotion féminine de (...)
Burkina : La grève des contrôleurs aériens suspendue
Exécution de commande publique par les artisans : Le (...)
Affaire Ollo Mathias Kambou : Le procureur requiert une (...)
Santé au travail : « Chaque année, le travailleur doit (...)
Pré-forum d’investissement de l’initiative « Main dans la (...)
Education au Burkina : CREDO en quête de 5000 bourses (...)
Burkina : « Wassa jeunesse éducation et patriotisme » (...)
Fin de formation des commandants et directeurs de (...)
Bobo-Dioulasso : L’arrondissement 3 récompense ses (...)
Sécurité au Burkina : La réduction des cas d’attaques à (...)
TGI Ouaga II : Le policier poursuivi pour menace de (...)
Journée internationale des personnes âgées 2022 dans les (...)
Hôpital Souro Sanou de Bobo-Dioulasso : L’ONG Light for (...)
Affaire Guiro Ousmane : Le jugement reporté à la (...)
Fin de la prise en charge des pauses-déjeuner : « La (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31374



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés