Actualités :: Universités publiques du Burkina : Une rentrée 2021-2022 placée sous le sceau (...)

Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr. Alkassoum Maïga, aux côtés de l’épouse de feu Thomas Sankara, Mariam Sankara, a procédé au lancement officiel de la rentrée académique 2021-2022 des universités publiques du Burkina. Une rentrée académique placée sous le sceau des efforts pour la normalisation. C’était ce vendredi 15 octobre 2021 à Ouagadougou, sur les parvis de l’université Thomas Sankara (UTS), en présence de plusieurs membres du gouvernement.

Première à gagner le pari de la normalisation des années académiques, l’université Thomas Sankara (UTS) a été le lieu choisi pour abriter la cérémonie officielle de la rentrée 2021-2022 des universités publiques du Burkina. Une rentrée d’ailleurs placée sous le sceau des efforts pour la normalisation qui a connu la mobilisation de plusieurs membres du gouvernement, des autorités éducatives ainsi que des étudiants. Présidée par le ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr. Alkassoum Maïga, la cérémonie avait pour marraine la veuve de Thomas Sankara, Mariam Sankara.

Le ministre en charge de l’enseignement supérieur, le Pr. Alkassoum Maïga, indique le pari gagné de l’université Thomas Sankara

En présidant la cérémonie, le ministre en charge de l’enseignement supérieur a souligné qu’après plusieurs combats et la conjugaison des efforts, l’UTS a montré que la normalisation est en train d’être gagnée comme pari. Car les étudiants de première année de l’UFR SEG (sciences économiques et de gestion), dit-il, ont déjà fini leurs deux semestres et les bacheliers de 2021 feront leur rentrée le 20 octobre prochain, c’est tout un symbole pour l’enseignement supérieur.

« Et dans toutes les universités publiques, le pas a été emboité et c’est avec beaucoup de bonheur que je peux dire que même si tout le monde n’est pas au même rythme, mais on a pu normaliser dans certains cas et d’autres cas, cela est en train d’être fait », affirme le ministre avec une certaine satisfaction.

Une statue en hommage au président Thomas Sankara à l’université Thomas Sankara

Et de poursuivre pour dire que pour la rentrée de 2022, il souhaite que ceux qui auront leur baccalauréat commencent les cours en octobre. « C’est pourquoi, on a demandé à tous les présidents des universités et chargés de mission d’être aux côtés de l’UTS qui a gagné ce pari et de montrer également qu’ils sont en train de travailler pour gagner le pari pour le bien de notre enseignement supérieur », indique le premier responsable de l’enseignement supérieur.

Découverte de l’écriteau sur la statue du père de la révolution burkinabè

La cérémonie officielle de la rentrée 2021-2022 a été par ailleurs marquée par la remise de bourses d’études aux meilleures étudiants des différentes universités, l’inauguration d’une statue du père de la révolution burkinabè, Thomas Sankara, à l’entrée de ladite université afin de mettre en exergue les valeurs qu’il prônait. Ils sont une vingtaine d’étudiants à avoir bénéficié de ces bourses offertes par la Chine, d’une valeur de 250.000 francs CFA.

L’épouse de feu Thomas Sankara, Mariam Sankara, exprime sa satisfaction au vu de la statue érigée en hommage à son époux

Le lieu de l’implémentation de l’idéal de Sankara et de ses valeurs

En ce qui concerne l’inauguration de la statue du regretté Thomas Sankara, son épouse a fait savoir que c’est un honneur pour la famille et surtout que cela s’est fait un 15 octobre qui marque la date anniversaire de l’assassinat du père de la révolution burkinabè. « Et au lieu que nous soyons là ce jour pour ressasser le passé, nous sommes honorées de savoir qu’il y a quelque chose qui est fait en son honneur et un tel hommage, ça ne fait que réchauffer le cœur », avoue-t-elle. Mariam Sankara a invité les étudiants à faire de cette université, le lieu de l’implémentation de l’idéal de Sankara et de ses valeurs.

Le président de l’université Thomas Sankara, le Pr. Adjima Thiombiano

Pour le Président de l’UTS, le Pr Adjima Thiombiano, derrière cette statue érigée en hommage au président Thomas Sankara, il y a toute une philosophie, parce qu’elle a été conçue dans un pays voisin afin de faire ressortir le caractère panafricain de l’homme. « Et en le mettant à l’entrée de cette université, affirme le professeur, c’est pour amener toute personne qui entre au sein de l’université à se rappeler à chaque instant qu’il faut continuer et même gagner le combat qui a été amorcé par le président Thomas Sankara, entre autres, les questions d’intégrité, de sacrifice, de travail bien fait, du respect du bien public et le patriotisme qu’il incarnait ».

Yvette Zongo
Lefaso.net

Affaire parcelle du secteur 15 : Au-delà de la (...)
5ème conférence pahrmaceutique : Vers des ARV moins (...)
Association SOS-Civisme : Une leçon de civisme à travers (...)
Violences sexuelles faites aux enfants : pour la (...)
Prix renforcement des capacités : Le CEFOC fête sa (...)
Prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida : (...)
Lazare Banssé, secrétaire permanent de l’ACAME : "Nous (...)
Fait divers : C’était Madame...
Les faits divers de Sacré : Quelle histoire !
Education : 143 589 candidats à la conquête du 1er (...)
Réseau des parlementaires en matière de population et (...)
Une mosquée de vendredi pour le secteur 18
Protection de l’enfant : Deux mois pour sensibiliser les (...)
Mortalité maternelle et néonatale : appel à la mobilisation
Ministère dela santé : Partenariat renforcé avec les (...)
Affaire de parcelle au secteur 15 : Le mur et la mosquée (...)
Police spéciale à l’université : Du boucan pour rien (...)
Fait divers : Un voleur dans un célibatérium
Commission africaine des Droits de l’Homme et des (...)
Gendarmerie : Le professionnalisme des directeurs (...)
Entreprise Oumarou Kanazoé - ex-travailleurs : Médiation (...)

Pages : 0 | ... | 30975 | 30996 | 31017 | 31038 | 31059 | 31080 | 31101 | 31122 | 31143 | ... | 31437



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés