Accueil > ... > Forum 1838533

Thomas Sankara, le capitaine rebelle

5 août 2020, 16:31, par Ka

On ne peut pas penser à Thomas Sankara sans penser à Pô qui était le ‘’berceau’’ de la révolution. Ayant côtoyé le visionnaire et l’idéologue Thomas Sankara dans cette ville de Pô dés ses débuts, je peux confirmer que la révolution démocratique et populaire, portée par Thomas et ses camarades n’aura pas eu lieu le 4 Août 1983 sans la contribution de la ville de Pô. Si les acteurs de la révolution ont eu le courage et la détermination nécessaire, c’est par ce qu’ils étaient assurés du soutien sans faille des populations. Ici je vais rendre hommage au vieux Ousmane Koutiébou, autrefois commerçant Apérika Gomgnimbou, qui m’ont accueilli dans cette ville quand j’étais jeune cadre conseiller technique, et qui ont accueilli le jeune Thomas Sankara comme leur fils, et sont témoins de la création du (CNEC.) J’ai connu Pô en 1975 et l’histoire de Thomas et son camp a commencé en 1976.

Quand le jeune sous-lieutenant Thomas Sankara débarque a Pô avec 30 hommes pour créer le CNEC, ils installèrent leur camp au bâtiment de la direction provinciale ou j’allais souvent étudier un projet de développement. D’après les notables de la ville, leur intégration au sein de la population était une réussite. Ils participaient à tous les évènements sociaux de la ville : Et la personnalité de Thomas a favorisé cette intégration. Il était ouvert et travaillait avec la jeunesse. C’est ainsi qu’il a eu la confiance des populations de Nahouri et qui le conspiraient comme leur fils dans les sens du terme.

Oui quand on discute avec Thomas Sankara, on sent une personne qui ne craignait personne, c’était pour qui, l’indépendance était la chose la plus importante dans la vie d’un peuple. Et a Nahouri il était adulé par les Kassèmas, l’ethnie majoritaire. Tous les projets du développement qu’avait la ville a l’époque, Thomas Sankara a impliqué tous ses hommes aux projets du développement, jusqu’à son appelle au gouvernement de Saye zerbo, et qu’il confie le commandement du CNEC a Blaise Compaoré. Mais l’évolution de la situation politique du pays et ses implications, il fallait que le fils de l’Afrique les subisse.

Et les premiers événements viennent des crises au sommet du CMRPN de Saye Zerbo, ensuite du CSP ou Thomas fut arrêter. Pour Blaise Compaoré commandant du CNEC, il fallait agir pour libérer son frère d’armes. Mais avant de chevaucher vers Ouagadougou contre les blindés, surtout contre les deux colonels en actifs Somé et Guébré, il a demandé la bénédiction des vieux de Nahouri avant le départ avec les armes dont les amis de Thomas Sankara Jerry Rawling et Kadhafi lui a donné. Même si toute la population de Nahouri ne savait pas ce qui se tramer que les notables, toute la population de Nahouri a fait bloc autour de Blaise et ses commandos, pour aller libéer leur fils Thomas Sankara, surtout en les facilitant des caches car, le colonel Yorian Gabriel a menacé de bombarder la ville de Pô. La population de Nahouri à jouer un grand rôle de la naissance de la révolution démocratique et populaire de l’idéologue Thomas Sankara. Et Pô mérite d’être appelé le berceau de la révolution démocratique et populaire de Thomas Sankara.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés