Accueil > ... > Forum 2249465

Guinée : La Transition de Doumbouya envoie 42 généraux à la retraite

15 octobre, 09:45, par Ka

’’’’’A’’’’’ l’internaute ’’erreur :’’ Tu affirmes : ’’’’’’’’’’’’’’’’Et si la purge était mue par d’autres raisons dont celui d’éviter les couts d’Etat et surtout dans cette guinée ou la donne ethnique mine l’armée il sera pas étonnant de savoir que le délit d’ethnie fait partie des critères.
Dans les années 1984 au Burkina Faso des jeunes capitaines au pouvoir ont mis à la retraite d’office des officiers dits réactionnaires parmi lesquels certains étaient brillants avec de solides formations dans des écoles de guerre.’’’’’’’’’’’’’

Il y a certains points de ce que Doumbouya et ses frères d’armes frères font, et qui sont semblables aux actes du CNR avec son puissant ministre d’état, ministre de la justice qui était Blaise Compaoré ’’un revanchard.’’

En Guinée, les officiers mis à la retraite sont très privilégiés par rapport aux nôtres pendant le CNR. Doumbia, neveu d’alpha Condé, ne pouvait faire autrement avec les gradés qui soutenaient son parent que par ce privilège : Car, il n’a pas nommé un ministre de justice revanchard comme Sankara l’a fait, et ce dernier agissait cruellement sur son dos.

L’exemple est au lendemain du 4 Aout 1983 suivi les nominations de ses responsables, le pays est soumis comme en Guinée a une profonde remise en cause. Le ministre de la justice qui avait la clé de la mise en cause, ordonne que tous les partis politiques aient été dissous. Leurs lieder assignés a résidence soit dans leurs villages soit dans des camps de la capitale ou à l’intérieur.

Le ministre de la justice redoutant la réaction du peuple, et pour être sûr que les influents hommes politique ne puissent le nuire, il décida de les envoyé dans un lieu sûr d’où il contrôle à 100% ’’ le CNEC a Pô.’’ C’est le cas de Maurice Yaméogo, Joseph Konombo, Gerard Kango Ouédraogo. Et ce qui n’est pas comparable à ce qui se passe en Guinée, c’est la création a la place des partis politique, le CDR, en confiant cette structure a un lieutenant d’aviation de 27 ans a l’époque, kalachnikov toujours en bandoulière, ’’’Pierre Ouédraogo’’’’ aux allures d’un collégien calme appliqué, bien décidé a encadrer la population sous la direction du ministre d’état, ministre de la justice.
Thomas Sankara, pendant ce temps, a décider de soigner son image et les actions de son RDP a l’internationale, oubliant que derrière son dos son ministre de justice balaie tout sur son chemin, tous ceux qui va l’entraver quand il décide de prendre le volant des affaires de l’état dont il rêve depuis fort longtemps.

Et ce qui me fait rire, c’est quand une personne de nos jours demande a Mariam, la veuve de Thomas Sankara, qu’est ce qu’elle pense des veuves de Yorian et autres, cette personne devait le demander au ministre de la justice de l’époque.

Mon cher Internaute ’’’Erreur,’’’’ oui tu as raison, de dire qu’il n’est pas étonnant de savoir que le délit d’ethnie fait partie des critères en Guinée. Chez nous, le problème d’ethnie a toujours joué un rôle pour le pouvoir. Sauver Thomas Sankara quand il était arrêté, a Pô les dignitaires mossi et autres ont donné leur bénédiction a Blaise Compaoré, pour les remercier ils les envois comme gouverneur et autres sa famille : Et pour éliminer Thomas Sankara pour le pouvoir, tout est reparti de Pô avec d’autres qui savaient, mais sans voie. Oui le délit d’ethnie fait partie des critères.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés