Accueil > ... > Forum 1984868

Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

25 février, 12:39, par Ka

Mon petit frère Sayouba : Je connais ton combat intellectuel afin que la justice soit faite pour les crimes du CSP au CNR saupoudré par le CDP. Les corps enterrés à la sauvette que ça soit les fusillés de Gam…., ou comme vouloir bruler et sans laisser des traces les victimes de la route de Sapouy en 1998, en voyant les acteurs de la réconciliation commettre l’irréparable, je suis certain qu’un matin le peuple Burkinabé les dira que ce qui ne se fait pas au Burkina, ça ne se fait pas.

Déjà aller berner les chefs coutumiers et autres sans aller directement voir les familles des victimes, nous montre déjà que l’ombre et la mort des âmes tués gratuitement pour le pouvoir hantent les criminels et ceux qui essayent de les sauver : Surtout voir ces pigeons voyageurs qui ne savent plus que faire pour convaincre le peuple afin d’accueillir un criminel en puissance sur un tapis rouge en dit beaucoup.

Mon camarade et petit frère Sayouba Traorè, entre toi et moi, nous savons que même ceux qui sont en première année de droit savent ce que fait notre ministre de réconciliation, qui s’appelle parallélisme des formes. Ce que tous les acteurs de la réconciliation et ceux qui les téléguident n’ignorent certainement pas. Mais dans l’exercice quotidien du pouvoir d’Etat, fouler au pied ces principes n’a pas autre nom. Cela s’appelle l’injustice et dictature. Effectivement les dictateurs pensent toujours qu’ils sont les seuls à détenir la vérité, donc seuls à comprendre quelles sont les priorités réelles du peuple, plus que le peuple lui-même d’ailleurs. Pour cela, naturellement, pour eux, les autres ne sont jamais suffisamment représentatifs que des moutons a sacrifié. Et ce qui ne regarde que moi, personne ne dit que c’est une invention de Roch Kaboré, mais on voudrait seulement qu’il ne fasse pas comme l’autre tristement célèbre et fui un midi avant le repas.

Mon petit frère Sayouba Traoré, comme on dit, la fin d’une histoire vaut mieux que son commencement : Celui qui tremble comme une feuille aux bords de la Lagune Ebrié finira par être rattraper de ses méfaits, c’est là qu’il trouvera le bon chemin pour dire la vérité, toute la vérité, et pourquoi pas quelle est la vraie tombe de Thomas Sankara pour que ses enfants puissent se recueillir, ainsi que celui de Rabo, et les autres victimes du CSP et du CNR. Car ils étaient nombreux au départ, mais aujourd’hui il n’en reste qu’un qui a su éliminé les autres. Bien a toi la bas, camarade.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés