Accueil > ... > Forum 1982977

Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

23 février, 09:55, par Ka

Sidpawalemde Sebgo : Tu dis, c’est Roch Kaboré lui-même, en campagne électorale (à Ziniaré si je ne me trompe) qui a dit que Blaise Compaoré devait rentrer "sans être humilié". Donc Monsieur le ministre d’état ne fait que suivre sa lettre de mission. La question qui doit être posée aux deux, c’est ce que recouvre exactement ce terme ?

Oui il l’a dit : Mais c’est la justice de faire son travail. Roch Kaboré n’est pas un juge, Il est simplement le premier serviteur du peuple Burkinabé, lui il le dit, mais la justice est là pour décider. Maurice Yaméogo n’est pas rentrer d’Abidjan les menottes en main, et il a été jugé. Lamizana, S, Zerbo sur ordre du ministre de la justice du CNR qui était Blaise Compaoré, ont été jugé dignement par le TPR a la maison du peuple par un juge nommé Komi Sambo Antoine assisté par Achille Tapsoba et autres, commenté par des journalistes a ne citer que le feu Inoussa S. écouté par le monde entier. Aujourd’hui c’est le même ministre de la justice du CNR avec des poursuites judiciaires de crime derrières les fesses qui ne veut pas être humilié ! Quel monde ?

Blaise Compaoré n’a rien sous le pantalon. S’il était courageux, il n’avait pas besoin de Roch Kaboré ou de Zépherin Diabré pour se faire pardonner par le peuple. Car, il sait parfaitement que la présomption d’innocence doit prévaloir avant que l’enquête en cours ne soit achevée. La présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes : il s’agit tout d’abord d’un principe qui vient limiter la liberté d’expression, et qui autorise toute personne non encore condamnée mais supposé coupable à obtenir une rectification. Surtout, la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de sa culpabilité, le doute devra nécessairement lui profiter.

Blaise Compaoré, ministre de justice du CNR, qui a fait fusillé à la sauvette beaucoup de ses frères d’armes pour des motifs d’atteinte à la sureté d’Etat croit que le Burkina qui enracine l’alternance politique dans la démocratie est le même Burkina du sien qui était un Burkina de la barbarie. Peut-être que Blaise Compaoré soupçonne que le respect de la présomption d’innocence connaît néanmoins certaines exceptions, qui concernent la caractérisation de quelques rares infractions. (Par exemple, l’individu qui ne peut justifier de ressources correspondant à son train de vie, ou dans le cadre d’une affaire de terrorisme ou d’atteinte à la sureté de l’Etat aussi, la présomption d’innocence est limité. En effet, les poursuites judiciaires le concernant rentrent dans le cadre de recel de cadavre, atteinte de la sureté nationale. Dont, lui il a utilisé pour fusillé les anciens officiers du CSP, ou Henri Zongo et J.B Lingani qui s’appelle la peine capitale, ou la peine de mort, le mot exact. Sans rancune mon ami internaute Sidpawalemde Sebgo.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés