Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Exécution des travaux publics : Le Burkina Faso enregistre le record de plaintes

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 14 octobre 2020 à 22h05min
Exécution des travaux publics : Le Burkina Faso enregistre le record de plaintes

L’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) a organisé, mercredi 14 octobre 2020, un déjeuner d’information et d’échanges avec les hommes de médias sur la problématique de la mauvaise exécution des travaux publics et sur le contenu de son rapport d’activités 2019. La cérémonie a été présidée par le président du Conseil de régulation de l’ARCOP, Dramane Milloho.

La problématique de la qualité des ouvrages issus de la commande publique se pose avec acuité chaque année au Burkina Faso surtout en période d’hivernage où on assiste à des destructions d’infrastructures à peine réceptionnées suites aux intempéries. Face à la recrudescence de ce phénomène, l’ARCOP entend jouer pleinement son rôle. C’est dans cette optique qu’elle a entrepris une série de rencontre d’échanges avec les acteurs du domaine et des personnes ressources.

Après les principaux acteurs de la chaîne des bâtiments et des travaux publics, l’organisation s’est entretenue avec des journalistes, au cours d’un déjeuner d’information et d’échanges. Cette rencontre était donc un moment de présenter les actions envisagées à court et moyen termes pour veiller à la bonne exécution des ouvrages issus des marchés publics. Au-delà de cette problématique, elle a permis aux participants de prendre connaissance des actions menées durant l’année écoulée, aussi bien dans le cadre de l’exécution de ses missions que sur le plan de son fonctionnement.

Selon le secrétaire permanant (SP) de l’ARCOP, Tahirou Sanou, les mauvaises pratiques décelées à la suite du rapport d’activités se situent au niveau du comportement des acteurs. « Nous avons constaté dans l’examen des plaintes pour lesquelles l’Organe de règlement des différends (ORD) est saisi, que des mauvaises pratiques persistent au niveau des acteurs. C’est la raison pour laquelle, il y a un nombre élevé de plaintes. Notre pays enregistre le record de plaintes alors qu’il y a des pays qui passent plus de marchés et de loin d’ailleurs devant nous », a expliqué M. Sanou.

Des sanctions d’exclusion ont été prononcées à l’encontre des acteurs reconnus coupables de violation de la réglementation

Ainsi, le total des plaintes s’élève à 703 (dont 47,08% représentent les plaintes fondées contre 39,40% pour les plaintes non fondées). L’écart entre les plaintes fondées et les plaintes non fondées est de plus de 9,53% contre un écart relatif de 7,11% en 2018. Au regard de la croissance de l’écart de 2018 à 2019 entre les plaintes, la prise de mesures appropriées, pour lutter efficacement contre ces mauvaises pratiques qui mettent en mal les principes fondamentaux de la commande publique et la bonne gestion des ressources publiques, s’impose.

La mise en œuvre de la redevance de régulation sera une réalité en 2021
Notons que l’une des difficultés notées dans le rapport 2019 est l’insuffisance des ressources financières. Cette limite provenait essentiellement de l’ineffectivité de la redevance de régulation prévue par la loi comme une des principales ressources financières de l’ARCOP. A ce jour, cette redevance a été opérationnalisée au plan normatif. Il ne reste plus qu’à la recouvrer. Et 2021 devrait être l’année de sa mise en œuvre effective.

Les journalistes ont participé aux échanges

« Nous avons beaucoup d’espoir qu’avec l’opérationnalisation de cette redevance, un grand pas va être fait dans la mise en œuvre des missions du régulateur en matière de renforcement des capacités des acteurs, d’audit, et d’enquêtes sur le terrain pour pouvoir situer les responsabilités et sanctionner quand il le faut », selon les mots du SP. Ce n’est un secret pour personne, la mauvaise exécution des travaux publics cause d’énormes dégâts à l’Etat et à la population bénéficiaire. Pour rompre avec cette pratique, l’ARCOP estime qu’il faut aller au-delà des formations et envisager une professionnalisation du secteur.

C’est pourquoi, elle a développé des initiatives de renforcement de capacité avec deux centres de savoirs. A cet effet, un accord-cadre de coopération a été signé avec le CESA qui est un centre d’excellence de l’UEMOA en matière de développement du capital humain. Mais avant cela, l’ARCOP a établi un partenariat avec l’Université Ouaga II pour la réalisation d’une formation certifiante en marchés publics. Le démarrage des cours est intervenu dans le courant du premier trimestre 2020.

Le rapport est constitué de 10 chapitres

M. Sanou a relevé que ces partenariats leur permettront de disposer de masse critique importante d’acteurs à même de mettre en œuvre convenablement les opérations de passation et d’exécution de la commande publique. Concernant les difficultés liées à la maîtrise d’ouvrage déléguée, l’autorité de régulation a développé une application pour suivre l’exécution des conventions des maîtrises d’ouvrage déléguée. Elle a bénéficié de l’accompagnement de la Banque mondiale à travers son projet d’appui à la gouvernance économique et de renforcement de la participation citoyenne.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 octobre 2020 à 00:54, par Petit Entrepreneur du Faso (PEF) En réponse à : Exécution des travaux publics : Le Burkina Faso enregistre le record de plaintes

    Du courage ARCOP et plein succès à vos initiatives hardies pour une bonne exécution des différents contrats de marchés. En tout cas depuis l’installation des messieurs Sanou et Milogo, on sent une volonté de professionnaliser l’attribution des marchés. Mais le problème des contrats mal exécutés vient en partie de la formule « moins disante » dans les dossiers d’appels d’offres. En plus, les commissions d’appel d’offres sont confiées à des faux types nommés « spécialistes en passation de marchés ». A titre d’exemple, ils n’ont aucune notion de la structuration d’un bâtiment puisqu’ils ne sont pas ingénieurs en génie civil et prétendent attribuer des marchés y relatifs. Les problèmes du Burkina Faso avec les travaux mal faits ont commencé depuis qu’on parle de ces gens-là dans les dossiers d’appels d’offres. Cette spécialité est totalement inconnue en Europe. En France aucun bureaucrate administratif ne participe à des appels d’offres. Ce travail est fait uniquement par des ingénieurs de haut niveau qui attribuent le marché en connaissance de cause et pas toujours au moins disant mais à la qualité de l’offre à tout point de vue notamment technique.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2020 à 12:28, par Vérité En réponse à : Exécution des travaux publics : Le Burkina Faso enregistre le record de plaintes

    Oui c’est a l’image de la gouvernance au Burkina. Des infrastructures dégradables aux premières pluies. Les responsabilités sont connues et il faut tous leur reprendre les fonds injustement volés

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre 2020 à 14:35, par Le petit tranquilos En réponse à : Exécution des travaux publics : Le Burkina Faso enregistre le record de plaintes

    Regardez le massacre des travaux dans les communes. C’est grave. La commission est composée d’agents de bureau (du SG en passant par le contrôleur financier et autres). Comme le dit internaute 1, c’est une pure vérité. Les financiers se sont accaparés des commissions des marchés publics pour rien et c’est eux qui se disent grands connaisseurs. Chaque année sorte des modèles de dossiers d’appels d’offres. Or c’est une question d’hommes et de mentalité.
    Faites un audit des travaux et invitez l’exécutant à vous parler et dire des vérités, vous aurez froid aux orteils (et vous le savez déjà). Et en fonction de ça, vous agissez et fautes tomber des sanctions. Tous mes encouragements à vous et à votre équipe.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Collège "Notre-Dame de l’espérance" (Ouagadougou) : Les mérites de 110 élèves reconnus
Burkina : Le projet « Faso Jege » lancé à Ouahigouya
Gendarmerie nationale : La 48e promotion des élèves sous-officiers présentée au drapeau
Site minier de Sanbrado (Ganzourgou) : Une quarantaine de femmes formées au métier de tissage
Contrôle des surcharges des véhicules : La presse s’imprègne du processus de pesage
Journée de la chaire UNESCO : Les enjeux de développement et les crises sécuritaires en Afrique scrutés
Gestion des menstrues en milieu scolaire : Un besoin de plus de 300 milliards de FCFA
Lutte contre la résistance aux antimicrobiens : Les chercheurs en santé en conclave à Ouagadougou
Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision : La 21e édition interpelle les jeunes à plus de dynamisme et de synergie d’actions
Commune de Nanoro (Centre-Ouest) : Il faut sauver le collège de Soala en dégradation
Affaire Lionel Kaboui : Un an après, la famille réclame toujours justice
Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés