Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Gestion hygiénique des menstrues : L’ONG WaterAid et ses partenaires réfléchissent pour pérenniser les acquis du projet

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 13 octobre 2020 à 16h48min
Gestion hygiénique des menstrues : L’ONG WaterAid et ses partenaires réfléchissent pour pérenniser les acquis du projet

L’ONG WaterAid, avec l’appui financier de l’UNICEF, organise les 13 et 14 octobre 2020 à Bobo-Dioulasso, un atelier technique afin de réfléchir sur des stratégies pour pérenniser les acquis du projet de Gestion hygiénique des menstrues dans les établissements scolaires.

Selon la directrice des programmes à WaterAid Burkina Faso, Léocadie Ouoba, cette rencontre regroupe les acteurs de terrain que sont les responsables des établissements, les enseignants et les parents d’élèves des régions des Hauts-Bassins et des Cascades. « Au cours des travaux, nous allons réfléchir sur la durabilité des projets de gestion hygiénique des menstrues (GHM) qui ont été exécutés dans les Cascades et les Hauts-Bassins, au bénéfice de plusieurs établissements », a-t-elle souligné.

Elle a expliqué que des études menées en 2013-2014 par l’UNICEF et en 2016 par WaterAid ont montré que les filles s’absentent en moyenne cinq jours par mois du fait de leurs menstrues. Ce qui met en danger leur scolarité et compromet leur bien-être. C’est face à cet état de fait, que des actions sont menées afin de briser les tabous et de permettre une meilleure gestion de l’hygiène menstruelle de la jeune fille. « Nous avons commencé la GHM depuis 2016 dans les deux régions et chaque année scolaire, nous bénéficions de l’appui technique et financier de nos partenaires dont l’UNICEF, pour mener les activités au sein des établissements avec les enseignants, les parents d’élèves et les élèves. Ces projets constituent des opportunités pour renforcer les services Wash dans ces établissements. Nous avons vu sur le terrain des écoles qui n’avaient pas d’ouvrages d’assainissements, de lave-mains, de supports de communication sur la GHM. Ces projets ont été ainsi des opportunités pour renforcer tous ces services dans ces établissements. Surtout, ils ont permis de renforcer les capacités et les connaissances des enseignants et des parents d’élèves, afin que les élèves puissent comprendre pourquoi les règles, pourquoi les menstrues et mieux planifier leur avènement pour être plus à l’aise à l’école », a expliqué la directrice des programmes à WaterAid Burkina Faso, Mme Ouoba.

La directrice des programmes à WaterAid Burkina Faso, Léocadie Ouoba

Un sujet tabou

En effet, la question des menstrues a longtemps été considérée comme un sujet tabou dans la société burkinabè. La mauvaise information de tous les acteurs constitue à ce jour une tare à la gestion hygiénique des menstrues. C’est ce qui a poussé WaterAid et son partenaire financier UNICEF, accompagnés du ministère en charge de l’éducation nationale, à rompre le silence et poser ainsi la problématique de la gestion des menstrues. Et ce, à travers des actions menées dans les établissements scolaires des Hauts-Bassins et des Cascades, « pour faire comprendre aux filles que c’est un phénomène naturel et leur apporter aussi le nécessaire pour qu’elles puissent être à l’aise ».

Les acteurs du projet de gestion hygiénique des menstrues en réflexion à Bobo-Dioulasso

Après quatre années de mise en œuvre du programme, les acteurs ont décidé de faire une halte afin de réfléchir sur comment assurer la durabilité des actions de promotion de la GHM dans les établissements scolaires. « Cela fait quatre ans que nous menons ces activités de promotion de la GHM. On s’est dit que si un jour WaterAid et l’UNICEF ne sont plus là, qu’est-ce-qu’il faut faire pour que ces acquis demeurent, pour que les ouvrages continuent de fonctionner afin que les parents et les enseignants continuent à communiquer sur la GHM. Nous voulons ainsi réfléchir sur comment assurer la durabilité des actions de promotion de la GHM dans nos établissements scolaires », a laissé entendre Léocadie Ouoba. Avant d’afficher sa satisfaction par rapport à l’implication des acteurs sur le terrain qui, selon elle, sont engagés à briser le tabou et à accompagner les filles à relever les défis.

Le coordinateur du projet, Jules Auguste Sow

« Le projet met en place des conditions favorables pour permettre aux filles de gérer convenablement leurs menstrues. Ce qui favorise leur éducation et un meilleur taux de réussite scolaire », renchérit Jules Auguste Sow, coordonnateur du projet. Selon lui, ce projet vise à promouvoir la gestion hygiénique menstruelle dans les établissements scolaires à travers la sensibilisation des acteurs de l’éducation, en particulier les enseignants, les associations des parents d’élèves et les membres des comités de gestion des établissements scolaires sur la thématique ; mais aussi à travers la réalisation des infrastructures en eau et assainissement.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 octobre 2020 à 18:29, par Natah En réponse à : Gestion hygiénique des menstrues : L’ONG WaterAid et ses partenaires réfléchissent pour pérenniser les acquis du projet

    Peut-être qu’il faut rechercher le fond du problème : pourquoi elles s’absentent de l’école pendant leurs menstrues ?
    Ce n’est pas le manque d’hygiène ou de protection (coton ou morceau de pagne). C’est parce que certaines (je n’ose pas dire la majorité) souffrent le martyr à l’approche et pendant les menstrues.
    En effet, certaines menstrues font souffrir plus qu’un palu... il ya des filles, des femmes qui vomissent, qui ont des migraines terribles, des maux de ventre atroces,.... Elles essaient des pilules, de l’homéopathie pour se soulager, rien à faire. Yen a qui s’évanouissent.
    Elles n’ont de répit qu’une fois la période de menstrue passée. Et psychologiquement, il faut qu’elles se préparent pour vivre la même chose le mois suivant. C’est stressant.
    Peut-être qu’il faut regarder le problème autrement et en faire une affaire de santé publique plutôt que de voir le côté hygiénique seulement.
    Merci.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Perturbations des cours à Ouagadougou : Le ministère de l’éducation met en garde les fauteurs de troubles
Assemblée législative de transition du Burkina : Le président Ousmane Bougouma sollicite l’accompagnement de la communauté musulmane
Burkina : « Le chantier de la réconciliation nationale requiert un engagement fort des fils et filles », Nandy Somé
Paix au Burkina : Un atelier national de sensibilisation pour renforcer la concertation inter et intra religieux
Assises criminelles : Le dossier Ousmane Guiro de nouveau renvoyé à la prochaine session
Extrémisme violent : Les familles en quête de stratégies de résilience
Burkina Faso : L’association Iqra sème la graine de la paix
Journée du fournisseur minier au Burkina : La 3e édition met l’accent sur l’efficacité du contenu local
Journée de l’excellence : L’Association Beoog neeré récompense les meilleurs producteurs du Ganzourgou
Agriculture au Burkina Faso : La CAIMA fait un bilan à mi-parcours
Prise en charge des PDI dans le Centre-nord : Le projet « Tileegré » pour contribuer à leur relèvement
IIIe Journée de pathologie et IVe journée du registre de cancer : Réfléchir sur la redynamisation du registre du cancer
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés