Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • lundi 12 octobre 2020 à 19h00min
Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

Le 30 septembre 2020, le ministre en charge de l’Education nationale, Pr Stanislas Ouaro, a adressé une correspondance à Bassolma Bazié. Le ministre informait M. Bazié du verdict du Conseil de discipline relatif à son refus d’exécuter le volume horaire hebdomadaire, conformément à l’emploi du temps qui lui a été établi. Le leader de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B) est reconnu coupable. Cependant, Bassolma Bazié estime que le ministre Ouaro a omis de relever dans sa lettre qui a été rendue publique, les recommandations faites par le Conseil de discipline et s’interroge. Lisez !

Après analyse et avoir reconnu que Bassolma Bazié a agi conformément à la convention 87 de l’OIT, la Charte africaine sur la fonction publique, la Constitution du 2 juin 91, la loi 081, l’arrêté n°2017-001/PM/CAB du 23 janvier 2017, et après avoir aussi reconnu que l’Etat a manqué à ses devoirs de respect des textes et de ses engagements ; d’où ces recommandations faites par le Conseil de discipline :

1. « Le Conseil de discipline recommande la prise de décret relatif aux modalités de désignation des bénéficiaires de la mise à disposition auprès des organisations syndicales, en application de l’article 121 de la loi num.081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la Fonction Publique d’État.

2. En outre, des dispositions relatives aux allègements du volume horaire des agents exerçant des missions particulières en sus de leurs obligations professionnelles dans les établissements d’enseignement pourraient être prises. »
Malgré tout on te déclare coupable sans sanction !

Pourquoi le Ministre ne rappelle-t-il pas ces recommandations dans la notification rendue publique ??

Pourquoi refuser la sonorisation et la transmission en direct du CD (Conseil de discipline) et c’est une notification que l’on s’empresse à faire lire sur des plateaux de télévision ?

C’est dommage pour l’Etat de droit et la démocratie !

Bassolma Bazié

Lire aussi : Refus d’exécuter son volume horaire : Bassolma Bazié reconnu coupable

Vos commentaires

  • Le 12 octobre à 12:14, par Sidpassata Veritas En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    ah Oui, c’est vrai que là aussi le ministre a fait un communiqué biaisé qui induit l’opinion publique en erreur. Volonté de manipulation de cette opinion ?!
    La vérité nous rendra tous libre !

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 14:51, par Indjaba En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

      Mon frère, la voix de ton Basolma n’est plus audible. Changer de ’’general’’. On attendait d’être édifié mais hélas ! Me Farama a lu les textes et a compris qu’il fallait courir car le général était dans le pain . Sacré, Basolma, toujours entrain de jouer les connaisseurs de droit en citant pèle mêle les articles des lois nationales et supranationale. Au moins il a reconnu qu’il n’existait pas de décret au Burkina qui lui permettait de faire 3h de job par mois. A la notion de ’’reduction du train de vie de l’état’’, il faudra désormais adjoindre la notion de ’’ réduction du train de vie des syndicalistes’’. Jober 3 h par semaine et prendre un salaire complet c’est de l’impunité.

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 12:22, par TANGA En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Tu dis : ’’C’est dommage pour l’état de droit et la démocratie !’’, c’est toi qui est dommage que tu ne sais pas que même étant dans un état de droits, tu devais mettre du sel dans ton gnonkon à cause de la situation sécuritaire du pays qui demande que plus d’argent que la normal soit injecté pour contenir et repousser les djihadistes.
    Tu as travaillé et travaille à la lettre et c’est dommage.
    Continus à faire ça et tu n’auras plus de pays où t’asseoir n’en parlons pas te plaindre.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 13:11, par LE MAITRE GOMYAAREE : PAYS SANS FOI NI LOI En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    BON ON COMMENCE EN AVOIR MARRE.
    TOUS CES GENS LA NOUS POMPENT L AIR MAINTENANT.
    LE BF NOUS APPARTIENT TOUS.

    PS VIVE LA LIBERTÉ.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 13:47, par Moro En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    « Le Conseil de discipline recommande la prise de décret relatif aux modalités de désignation des bénéficiaires de la mise à disposition auprès des organisations syndicales, en application de l’article 121 de la loi num.081-2015/CNT du 24 novembre 2015 portant statut général de la Fonction Publique d’État.". Cette recpomandation est adressée à l’Etat du Burkina Faso et ne devrait en aucun cas figurer sur la lettre adressée à monsieur Basolma. Le ministre est donc dans son droit.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 14:13, par ancien En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Basolma BAZIE est purement et simplement victime d’un acharnement à peine voilé. Sinon, pourquoi tout ce qui le concerne est systématiquement médiatisé et de façon biaisé de surcroit. L’objectif est de le rendre impopulaire et détesté. Mais c’est peine perdue, il est la voix des sans voix. Et nous le soutenons.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre à 04:49, par Nabayouga En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

      Mon frere l’ancien, je ne crois pas que tu sois véritablement un ancien,car un ancien est par nature sage. Or ici tu ne manifeste aucunement de la sagesse. Si lecas Bazié netait pas médiatisé, on dirait que le pouvoir se cache pour le sanctionner. Maintenant que l’autorité politique le fait savoir, vous vous plaignez. Il faut savoir qu’on veut.
      En ne respectant pas don contrat, il devient ipso facto illégitime dans la défense des travailleurs. La dignité, s’il lui en reste encore, sera rendre son tablier. Defendre les est une tache noble et légitime qu’on ne peut donner à quelqu’un d’illegitime. Le syndicalisme, ce n’est pas la grande gueule.

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 14:13, par HUG En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Ne tirez pas trop car le ministre n à pas voulu un debut de rentrée agitée. quelque chose qui nest pas en vigueur n existe pas. M Bassolma reconnaissè que vous avez fautez. Le tord de l administration cest de vous donnez 10heures au lieu de 18 heures alors que aucun texte ne permet cela.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 14:23, par Oh que non ! En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Oh que non ! Les deux parties ont à la fois en partie tord et en partie raison.

    1. Le gouvernement a tord parce qu’il tarde à prendre les décrets d’application de la loi ; ce faisant il crée un vide juridique préjudiciable à tous.

    2. M. Bassolma, parce qu’il s’arroge des droits que seuls les décrets d’application ainsi que les dispositions recommandées auraient pu lui conférer. Car rien ne dit que les éventuelles exceptions n’auraient pas pu le rendre inéligible aux bénéfices de cette loi.

    Que le gouvernement mette rapidement en œuvre les recommandations faites par le conseil pour qu’on passe à autre chose. Car sa responsabilité est bien plus engagée ici.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 14:25, par Sage En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Je crois que M. Bassolma ne devrait pas réagir, sauf à montrer que ce qui lui est reproché est faux et qu’il a bien fait le temps de travail qu’il devrait faire.
    Si non, c’est comme s’il cherchait juste à "enlever la honte", et ça, vraiment ça n’en valait pas la peine. C’est La Loi en vigueur qui doit s’appliquer ; à ce que je sache, la Loi en vigueur ne l’autorise pas à faire ce qui lui est reproché ; c’est à dire, faire moins de travail que ce qui lui est demandé. Dès lors, en quoi les recommandations du Conseil de disciple peuvent être utilisées comme une Loi par lui ?
    Dans certains cas, il faut savoir se taire et laisser le temps faire.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre à 08:25, par HELLO En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

      Quand dans un état on vote des lois qu’on n’applique pas, il faut des gens comme ce monsieur là pour aider les autorités à être au sérieux. Aujourd’hui c’est lui qu’on insulte, demain, ce sera encore un autre qu’ils piétinent pour des soi-disant vides juridiques. Et comme la population semble "bête", on s’attarde sur le nombre d’heures qu’il aurait dû faire et on oublie ce que la loi lui concède qui n’est pas en conformité avec le nombre d’heures prévues initialement. Donc ici, le Ministre est en erreur.

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 16:48, par Le Vigilent En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Mr Basolma Bazie, vous êtes bu la honte et au lieu de vous faire oublier un temps, vous tentez maintenant de salir le ministre avec la boue dans laquelle vous pataugez.
    Vous citez le tord du gouvernement qui n’a pas pris le décret désignant les bénéficiaires des allégements prévus par la loi. Mais votre tord est de vous être proclamé d’office personnellement bénéficiaire de cette disposition légale mal l’absence du décret y relatif. Par ailleurs, vous qui, depuis des années, n’avez cessé d’interpelés le gouvernement sur la lenteur dans la prise de certains décrets et arrêtés relatifs a certains avantages pécuniaires prévus pour les travailleurs, avez tord de n’avoir jamais inclu cet aspect d’allègement des charges dans vos revendications syndicales.
    Comme l’a déjà souligné un internaute, vos super rieurs hiérarchiques ont eu tord de réduire vos charges horaires alors que le décret qui devait les y autoriser n’est pas en core pris. Non content de bénéficier de cet allègement, vous vous autorisez de réduire de plus de deux tiers cet horaire allégé sans base réglementaire. Vous insinuez que le conseil de discipline devait vous déclarer non coupable parce que le gouvernement n’a pas encore pris les décrets d’application de la loi ?

    Question : pourquoi vous voulez que le ministre mette dans la lettre qu’il vous a adressée des points qui relèvent de la responsabilité du gouvernement ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 17:58, par levieux sage En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Le 30 septembre 2020, le ministre en charge de l’Education nationale, Pr Stanislas Ouaro, a adressé une correspondance à Bassolma Bazié. Le ministre informait M. Bazié du verdict du Conseil de discipline relatif à son refus d’exécuter le volume horaire hebdomadaire, conformément à l’emploi du temps qui lui a été établi. Le leader de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B) est reconnu coupable. Cependant, Bassolma Bazié estime que le ministre Ouaro a omis de relever dans sa lettre qui a été rendue publique, les recommandations faites par le Conseil de discipline et s’interroge.
    Mon cher "GENERAL" fiston. Le pardon a une tres grande valeur. dit merci et recadre toi car tu as ete pardonné par ton ministre de tutelle. Arrete la mediatisation de ce probleme clos car les memes sources de mediatisation peuvent le retourner contre toi ou si tu veux retirer ton pardon.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 06:46, par Sapience En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Plusieurs internautes lisent sans comprendre. Le texte non en gras est dû conseil de discipline et non de Basolma. De grâce même si vous avez des partis pris ayez la décence d’être juste, impartial et honnête dans vos propos. Quel Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 06:54, par Bougdandouille ! En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    “”Soutien total mon général. On est ensemble. Seule la lutte nous delivrera

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 07:38, par billy billy En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Ce garçon est a affecter à Nassoumbou comme proviseur : comme ça il va aller discuter avec les gens au pantalon court.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 08:09, par JKORO En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Merci au vieux Sage,
    Franchement », votre fiston commence à dégouter le monde, il faut qu’ il se cache un peu car, il se montre trop, en bon gourounsi.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 08:33, par skieter En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Il se croit le plus important dans ce pays.On lui a montré qu’il n’est rien.Les décrets que tu cites en longueur de journées sont faits par le gouvernement.Les accords avec l’OIT sont signés par le gouverment et non la CGTB.

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 08:39, par Vérité indiscutable En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Pour ceux qui comprennent, ce message de M. BASSOLMA nous aide beaucoup.
    1. Il est traîné par terre dans sa raison ; c’est une grandeur que de se sacrifier pour les générations futures. L’élément sur lequel porte sa comparution au conseil de discipline est un élément lié à son activité syndicale. Si c’était autre chose, il aurait failli. Mais si cela a quelque chose à voir avec la vie syndicale, il a même très bien fait de comparaître.
    2. En tant que responsable syndical, il fait bien de relever ce manquement élémentaire qui rentre dans le respect de la vie des syndicats au Burkina Faso.
    3. Il n’est pas le seul responsable syndical ; les autres responsables aussi ont droit à l’allègement de leur service d’origine pour mieux s’occuper des choses de leur syndicat.
    4. On peut tout lui reprocher. Mais il a fait encore une fois son travail. On pouvait même le punir, mais il aura été la personne grâce à laquelle, les futurs responsables syndicaux seront allégés dans leurs tâches pour mieux s’occuper de la vie de leur syndicat conformément à la loi.
    Merci encore M. BASSOLMA

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 09:43, par M.Houille En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    A ce que je sais, M Bazié a une classe de 1ère D soit 4heures de cours par semaine en SVT, plus une classe 6ème, soit 3 heures de cours par semaine en SVT. Ça fait au total 7 heures de cours pour les 2 classes en SVT. Cela lui laisse largement le temps pour mener ses luttes syndicales

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 12:41, par elyse En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Il est temps d’arrêter les invectives contre ce monsieur car il a eu le courage de démontrer les limites de notre Pouvoir Exécutif. Pourquoi c’est seulement cette fois-ci qu’il est trainé devant le Conseil de Discipline ? S’il avait été un mauvais agent, il y serait conduit bien avant. A moins que c’est téléguidé.
    La nouvelle loi portant Statut Général de la Fonction Publique existe depuis bientôt 5 ans. Malgré, on n’a pas encore pris, ne serait-ce-que le quart des décrets d’application qui devraient accompagnés bon nombre de dispositions notamment celui sur la mise à disposition auprès de organisations syndicales. Lorsqu’à la fin d’une disposition de ladite loi, il est écrit ceci : un décret d’application viendra préciser les modalités de la mise en œuvre de certaines dispositions, à qui est ce, que l’on s’adresse ? Les responsables sont bien Monsieur le Premier Ministre et le Ministre du Travail. Ce qui fait qu’aujourd’hui, dans la Fonction Publique, on continue de statuer sur des situations d’agents de l’Etat sur la base de décrets qui ne sont ni relus, ni actualisés pour nécessité malgré le fait que le ministre de la FP soit un Eminent Professeur de droit.
    On se demande également qu’en dépit de cette qualité, le Gouvernement perd autant de procès contre son personnel. Ou bien cela est fait sciemment et non pas de l’incompétence ou encore que certains acteurs du Gouvernement refusent de mouiller le maillot ? Si donc c’est sciemment, alors, que l’Exécutif sache de grâce, que ceci dégrade l’image du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 15 octobre à 11:21, par sankara saidou En réponse à : Conseil de discipline : Bassolma Bazié contextualise et questionne le ministre Stanislas Ouaro

    Mes amis, il faut savoir rester "Burkindi". Lorsque l’on a fauté que l’on le reconnaisse humblement. Çà ne vous rabaisse en rien. Croyez -vous que quelqu’un qui a été recruté et formé pour enseigner peut faire autre chose et continuer d’être payer par l’Etat ? Croyez-vous qu’un professeur qui est recruté pour accomplir 18 h de volume hebdomadaire et qui en fait 10 rend service à son pays ? pensez vous que les enseignants de M BASOLMA ont fait comme cela pour qu’il soit ce qu’il est aujourd’hui ? Il faut que les Burkinabé soient les mêmes que les voltaïques (intègres) qui disent ce qu’ils pensent et ce qu’ils sont sans autre forme de commentaires.
    Enfin le conseil de discipline a failli en reconnaissant M.BASOLMA coupable et en ne lui infligeant pas une sanction éducative. un simple avertissement ne serait pas de trop. Tel que fait , on est en droit de se poser des questions sur l’opportunité de ce conseil de discipline.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Campagne agricole de saison sèche au Burkina : Plus de 130 000 tonnes de céréales sont attendues d’ici à 2021
Lutte contre le Covid-19 et le paludisme : Les démographes du Burkina initient un don de sang
Gestion des ressources pastorales : Le projet SOM présente les résultats de ses recherches
Enseignement à distance au Burkina : L’Université virtuelle reçoit un studio d’enregistrement mobile
Santé : Bilan satisfaisant de la mise en œuvre du Système intégré de transport des échantillons biologiques
Transfert de compétences aux communes : Le ministère de l’éducation et les collectivités font le point des acquis
Lutte contre les hépatites virales : L’ONG REVS+ organise une campagne de dépistage et de plaidoyer du 23 au 29 novembre
Changement climatique : Les acteurs du Centre-Est outillés pour une Contribution déterminée au niveau national plus pertinente
Santé mentale : L’ONG Christoffel Blinden Mission poursuit le renforcement de capacités des acteurs du Nord
Election couplée 2020 : Les blessés de l’insurrection populaire et du coup d’Etat invitent la population à la non-violence
Prévention de l’extrémisme violent : Un forum régional pour stimuler l’engagement et la participation des jeunes de l’Est
Cérémonie d’inauguration du centre d’imagerie médicale et radiologie rénovée du CHU Gabriel Touré de Bamako
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés