Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Lutte contre les engins explosifs improvisés : Des détecteurs ultra-modernes pour l’armée burkinabè

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • mercredi 7 octobre 2020 à 23h16min
Lutte contre les engins explosifs improvisés : Des détecteurs ultra-modernes pour l’armée burkinabè

Dans le cadre de la lutte contre les engins explosifs improvisés (IED), le projet « Renforces », financé par la Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, a offert du matériel de détection aux forces armées nationales. Ce matériel, composé de quatre détecteurs de pointe, a été officiellement remis à l’Unité spéciale de déminage du génie militaire (USDG), le 7 octobre 2020 à Ouagadougou. Le coût global du matériel est de 100 millions de F CFA.

Le projet « Renforces » vise à appuyer les forces armées nationales du Burkina. C’est pourquoi, le projet a décidé de doter l’Unité spéciale de déminage du génie militaire (USDG) de matériel de détection ultra-moderne pour lutter contre les engins explosifs improvisés (IED). D’un coût global de 100 millions de F CFA, ce matériel, composé de quatre détecteurs, permet de détecter tout engin métallique ou non-métallique enfoui dans le sol.

Echange de documents

La remise de ce matériel s’inscrit dans le cadre d’un très large programme d’appui de la France aux forces armées burkinabè, avec le concours financier du Centre de crise et de soutien d’expertise du ministère des Affaires européennes et étrangères de France. « Il est important, pour les forces armées, le génie militaire en particulier, qui a ce rôle de détecter ces engins explosifs, de pouvoir être doté de matériel suffisant. Dans le cadre du projet ‘Renforces’ que nous mettons en œuvre et qui concerne l’Est du Burkina, d’autres moyens seront apportés », a annoncé le directeur des opérations d’Expertise France, Hervé Conan.

Le directeur des opérations d’Expertise France, Hervé Conan

Pour le colonel-major Pierre Ouédraogo, sous-chef soutien de l’état-major des armées du Burkina, « ces détecteurs permettront à nos équipes de détecter plus d’engins explosifs sur les axes. Ce qui permettra de libérer des axes pour que la population puisse circuler librement ».

Le colonel-major Pierre Ouédraogo, sous-chef soutien de l’état-major des armées

Concernant le transfert de compétences pour une bonne maîtrise des outils et leur utilisation sur le terrain par les hommes, il est prévu des séances de formation. « Dès la semaine prochaine, la société qui a fourni ces détecteurs sera présente pour former une douzaine de personnes du génie militaire pendant quatre jours. Elle sera personnalisée parce que le métier de déminage est un métier de précision. Le matériel n’est pas remis pour être fermé, mais pour travailler », a ajouté Hervé Conan.

Il poursuit en soulignant que le matériel est sophistiqué et très facile d’emploi. Il est déjà utilisé au Burkina par les forces armées, et cette unicité du matériel va faciliter la formation et surtout la maintenance.

Les officiels

« Nous travaillons sur divers projets. Et cette réalisation est très concrète. Je tenais à être absolument présent pour la concrétisation d’un de ces projets. La menace IED est très importante au Burkina. Mais avec ces éléments supplémentaires, l’armée pourra déployer plus d’équipes sur le terrain pour sécuriser la population dans ses mouvements », a indiqué l’attaché de défense près de l’ambassade de France à Ouagadougou, le lieutenant-colonel Pasquier.

Le lieutenant-colonel Pasquier

Débuté en décembre 2019, le projet « Renforces » à deux aspects. Le premier aspect a pour but le renforcement capacitaire du front militaire du Grand-Est en dotant le génie militaire de moyens de protection, et l’amélioration des conditions de vie des soldats. Le deuxième aspect vise le renforcement de la confiance entre les populations civiles et les forces armées nationales du Burkina Faso. Le projet s’achève en mai 2021.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Victimes d’attaques de groupes armés : Des femmes racontent leur calvaire
Cinq ans après les attaques de Cappuccino, une ex-employée de Splendid Hôtel confie : « Souvent, j’entends des tirs »
Cinq ans après les attaques de Cappuccino, un rescapé confie : « Je fais toujours des cauchemars les nuits »
Attaque de Splendid Hôtel et de Cappuccino : Il y a cinq ans l’horreur au cœur de Ouagadougou
Opérations de sécurisation des forces armées : Côté ennemi, 11 terroristes ont été neutralisés
Opération Barkhane : Des groupes armés terroristes mettant en oeuvre des engins explosifs improvisés mis hors d’état de nuire
Burkina : Que se passe-t-il dans l’Oudalan ?
Situation des opérations de sécurisation du 28 décembre au 3 janvier 2021 : 4 terroristes neutralisés, 50 opérations de sécurisation de marchés et lieux de cultes
4 janvier 2021 : Nuit de combat dans l’Oudalan ?
Rétrospective sécuritaire au Burkina : 2020, une année moins sanglante
Sécurité : Cinq militaires de la Force Barkhane tués au Mali
Niger : Cent morts dans une attaque simultanée de deux villages
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés