Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Bourses d’études à l’étranger : L’association Leading change Africa ouvre un centre de formation à Ouagadougou au profit des étudiants

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 4 octobre 2020 à 10h15min
Bourses d’études à l’étranger : L’association Leading change Africa ouvre un centre de formation à Ouagadougou au profit des étudiants

Après trois années de présence au Burkina Faso, l’Association Leading change Africa ouvre un centre de formation pour accueillir ses étudiants dont certains seront bénéficiaires de bourses d’études étrangères. Pour la session inaugurale 2020, ils sont seize élèves de six établissements secondaires de Ouagadougou, qui vont bénéficier d’une formation de six mois à l’issue de laquelle les plus méritants seront bénéficiaires de bourses d’études. La cérémonie d’inauguration officielle du centre de formation a eu lieu le samedi 3 octobre 2020.

Transformer les jeunes africains en leaders et de leaders en agents de changement par le biais de l’éducation. C’est la mission que s’est donnée Leading change Africa, avec à sa tête Ousmane Kabré, jeune burkinabè vivant aux Etats-Unis. En mettant en place un centre de formation à Ouagadougou, cette association entend élargir son domaine d’intervention en faveur des jeunes. Entreprenariat, leadership et anglais sont les domaines sur lesquels les seize étudiants vont s’exercer avec des encadreurs professionnels, pendant les six prochains mois au Centre de formation de Leading change Burkina. A l’issue de cette période, les plus méritants bénéficieront de bourses d’études étrangères majoritairement pour les Etats-Unis en Amérique.

Ousmane Kabré, président de l’Association Leading Africa, annonce qu’une restauration est prévue sur place pour permettre aux étudiants de suivre les cours de 7h00 jusqu’au soir.

Arrivée au Burkina en 2018, cette association a déjà offert quatre bourses d’études pour les Etats-Unis, dont une en 2018 et les trois autres en 2019. C’est dans le souci de mieux concrétiser son action et préparer les futurs boursiers ou leaders, que l’association a mis en place ce centre pour la mise en œuvre de son programme d’encadrement dénommé « programme de découverte ».

Ousmane Kabré explique qu’il s’agit d’un programme de six mois dans le cadre du processus de sélection des bénéficiaires des bourses. « Bien que tous les étudiants ne puissent pas bénéficier de la bourse Leading change Africa, la participation à ce programme leur donnera les outils nécessaires pour susciter l’intérêt de commencer quelque chose d’extraordinaire » précise Ousmane Kabré. Ainsi l’association entend faire la distinction entre aller à l’école et « être éduqué ». Plus précisément, elle veut parler d’une éducation qui va au-delà de la simple accumulation des diplômes sans valeur intrinsèque, selon son président Ousmane Kabré.

Visite de la salle de formation équipée d’ordinateurs

Un processus en trois étapes

Le centre au Burkina est composé d’une salle de formation équipée d’ordinateurs, et d’un bâtiment pour accueillir le service administratif. Pour la sélection des étudiants, le processus s’effectue en trois étapes, explique Ousmane Kabré. L’étape de l’information aux établissements cibles, la réception des dossiers en ligne et enfin la sélection des bénéficiaires du « programme de découverte ». Sawadogo Alassane, élève au lycée Nelson Mandela, est bénéficiaire du programme de découverte 2020. Il déclare que c’est avec joie qu’il a accueilli la nouvelle de sa présélection et entend se donner à fond pour réussir cette phase avec brio. Lui entend faire des études en médecine et cet accompagnement constitue un tremplin pour conforter son choix. Relevés de notes des classes antérieures, rédaction d’essais sur des thématiques spécifiques et autres documents d’identification ont été requis pour la sélection de ces étudiants.

Alassane Sawadogo, élève au lycée Nelson Mandela, bénéficiaire du programme de découverte 2020.

Leading Change a été fondé en 2015 aux Etats-Unis. Son siège est à Madison dans l’Etat de Wisconsin. Selon Ousmane Kabré, l’association est installée dans plusieurs pays africains tels que le Mali et le Rwanda. « Nous travaillons en partenariat avec des lycées publics en Afrique et sélectionnons les vingt meilleurs élèves de chaque classe pour postuler à notre programme de préparation à l’université » a-t-il soutenu.

Les étudiants bénéficiaires de la session 2020. Derrière eux le bâtiment du service administratif

Le programme compte former, équiper et déployer environ 1024 étudiants d’ici à 2030. 20% des étudiants (soit 205 étudiants) seront boursiers et le reste sera admis dans le programme intensif de leadership et d’entrepreneuriat. « Notre impact mondial combiné atteindra directement et indirectement 1 000 000 d’ici 2050 grâce à la création d’emplois et aux systèmes de gouvernement » soutient Ousmane Kabré.

Pour la marraine de la cérémonie, Dr Helène Ouédraogo, c’est de l’effort, de la détermination et de la persévérance qui sont incarnés dans la vision de Leading Change Africa avec à sa tête Ousmane Kabré, qui a eu le désir d’apporter à son pays un souffle de renouveau à travers le secteur de l’éducation.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 octobre à 11:16, par BARRO SIAKA En réponse à : Bourses d’études à l’étranger : L’association Leading change Africa ouvre un centre de formation à Ouagadougou au profit des étudiants

    Ce sont ces types d’initiatives que l’on attend du gouvernement burkinabè et des pays francophones en general. Il faut avoir le courage de mourir ou d’etre en vie. Il faut d’abord avoir l’arme de communication qu’il faut , cela est d’etre une alienation , mais peut aller vite et bien. Adopter l’Anglais comme seconde langue officielle , ce qui etait judicieux pour tous les pays de l’afrique francophone au nord de l’equateur pour une bonne integration de la jeune eduquée montante et ensuite faire le choix d,une langue ou deux locale dominate pour mieux communiquer par territoire specifique, developper des programme d’ensemble possible d’etre captés par chaque population locale et la pratique de l’anglais par l’ensemble des pays deviens ainsi un moteur dintegration de tout le continent. La promotion de chaque identité culturelle devient une prioccupation quotienne appuyée par chaque gouvernement et portée par les populations locales. Toute l’afrique doit avoir l’anglais comme langue de communication generale car pour le faire les partenaires volontaires existes ainsi que les finances. C’est quand vous vous comprennez que vous pouvez aiguiser vos strategies pour faire face convenablement au reste du monde. Tant que l’afrique ne gagne pas le combat de l’integration dans le concert des peuples , elle ne gagnera pas le combat de l’integration dans le concert des nations ( ses pays) ni dans le concert des economies mondiales considerees.

    Répondre à ce message

    • Le 5 octobre à 14:22, par Yako En réponse à : Bourses d’études à l’étranger : L’association Leading change Africa ouvre un centre de formation à Ouagadougou au profit des étudiants

      Abba..kabako,mon frère Siaka toi tu nous proposes l’intégration non pas par l’économie mais plutôt par la langue anglaise ! c.à.d une double aliénation culturelle dans un monde où la dictature linguistique est dominée par l’anglais pour l’amour et la gloire des USA. Perso j’adore l’anglais comme moyen de communication c’est son siècle, de là à en faire la bible du progrès c’est insulter la civilisation universelle.C’est pourquoi je suis adepte de l’intégration sous-régionale autour des principales langues le Dioula pour l’afrique de l’Ouest (BF ;Mali ;CI ;les 2 Guinée ;Liberia/Sierra-Leone..) le Haoussa pour le Niger/Nigeria ;le Ghana,Le Swahili pour l’Est et une partie de l’afrique centrale tandis que les Bantous s’inventeront leur propre truc. le Nord a déjà sa propre langue. Une fois l’unité linguistique acquise la paix et le progrès accéléré suivront.Bien à toi

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Campagne agricole de saison sèche au Burkina : Plus de 130 000 tonnes de céréales sont attendues d’ici à 2021
Lutte contre le Covid-19 et le paludisme : Les démographes du Burkina initient un don de sang
Gestion des ressources pastorales : Le projet SOM présente les résultats de ses recherches
Enseignement à distance au Burkina : L’Université virtuelle reçoit un studio d’enregistrement mobile
Santé : Bilan satisfaisant de la mise en œuvre du Système intégré de transport des échantillons biologiques
Transfert de compétences aux communes : Le ministère de l’éducation et les collectivités font le point des acquis
Lutte contre les hépatites virales : L’ONG REVS+ organise une campagne de dépistage et de plaidoyer du 23 au 29 novembre
Changement climatique : Les acteurs du Centre-Est outillés pour une Contribution déterminée au niveau national plus pertinente
Santé mentale : L’ONG Christoffel Blinden Mission poursuit le renforcement de capacités des acteurs du Nord
Election couplée 2020 : Les blessés de l’insurrection populaire et du coup d’Etat invitent la population à la non-violence
Prévention de l’extrémisme violent : Un forum régional pour stimuler l’engagement et la participation des jeunes de l’Est
Cérémonie d’inauguration du centre d’imagerie médicale et radiologie rénovée du CHU Gabriel Touré de Bamako
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés