Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Covid-19 au Burkina : Selon la Banque mondiale, 500 000 personnes pourraient sombrer dans l’extrême pauvreté d’ici à la fin de 2020

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • LEFASO.NET • vendredi 2 octobre 2020 à 22h15min
Covid-19 au Burkina : Selon la Banque mondiale, 500 000 personnes pourraient sombrer dans l’extrême pauvreté d’ici à la fin de 2020

La Banque mondiale au Burkina a organisé, le jeudi 1er octobre 2020, un atelier virtuel de dissémination des résultats de l’étude sur la situation de l’économie et de la pauvreté dans le contexte du Covid-19 au Burkina Faso. Selon cette étude, près de 500 000 personnes pourraient sombrer dans l’extrême pauvreté d’ici à la fin de 2020 suite à la crise du Covid-19, et ce nombre pourrait atteindre même le million d’ici la fin 2021.

Ce sont les résultats révélés par cette étude de juin 2020 de la Banque Mondiale, intitulée « Burkina Faso : Note sur la situation de l’économie et de la pauvreté au temps de la Covid-19 ». Dans le rapport de cette étude, la Banque mondiale indique que les entreprises burkinabè paient un lourd tribut du fait des mesures prises au deuxième trimestre 2020, et plus généralement du ralentissement économique. Les fermetures temporaires d’entreprises, la réduction des heures de travail, les mesures de confinement ont particulièrement touché le secteur des services, plus précisément la restauration, l’hôtellerie, le commerce et les transports.

De façon globale, la conférence, animée par les auteurs du rapport, annonce que le covid-19 impacte sérieusement le secteur fiscal du Burkina Faso. Ce qui aura pour conséquence d’augmenter le déficit budgétaire et la dette publique puisque l’Etat est amené consentir plus de dépenses alors que les recettes fiscales continuent de baisser du fait du ralentissement de l’activité économique. De surcroit, la double crise sécuritaire et humanitaire a tendance à réduire la disponibilité de main-d’œuvre dans certaines régions, ce qui affecte négativement la production, particulièrement dans les secteurs minier et agricole. Tous ces facteurs conjugués à la récession économique mondiale affectent négativement et durablement l’économie du Burkina Faso.

Un million de personnes d’ici fin 2021

Sur le plan de la pauvreté, le Covid-19 devrait également affecter sévèrement les ménages. Selon les premières estimations, environ 510 000 personnes pourraient sombrer dans l’extrême pauvreté d’ici à la fin de 2020 suite à la crise du Covid-19. « Pire, ce nombre pourrait atteindre 1 million d’ici à la fin 2021 » renchérissent les conférenciers. Selon eux, trois régions concentrent plus de 40% de la population pauvre.

Ce sont les régions du Nord, du Centre-nord et du Centre-ouest. Les conférenciers expliquent qu’à court et moyen terme, la plupart des ménages subiront des pertes directes de revenus en raison de licenciements, du ralentissement de l’activité économique, ou encore de la réduction des envois de fonds des migrants. La fermeture temporaire d’écoles risque de réduire les temps d’apprentissage et augmenter les taux d’abandon scolaire, en particulier chez les filles et les plus vulnérables, ce qui à long terme, fait craindre une dégradation de la dotation en capital humain.

Pour minimiser les effets négatifs de la pandémie de COVID-19 sur l’économie et la pauvreté, les auteurs du rapport préconisent de renforcer les systèmes de santé publique et de protection sociale, particulièrement pour le milieu rural. Ils rappellent également la nécessité de protéger les emplois, les micros, petites et moyennes entreprises, tout en veillant à la sécurité alimentaire. Par ailleurs, ils soulignent l’urgence de maintenir les services publics essentiels, notamment ceux du secteur de l’éducation.

L’étude propose de renforcer la productivité dans les secteurs agricole et des services ; la capacité de réponse et de résilience de l’Etat face aux crises ; et d’améliorer la transparence et la responsabilité budgétaires. Pour Daniel Pajank, économiste principal de la Banque mondiale, pour le Burkina Faso et co-animateur de la conférence, il faut entreprendre de profondes réformes, sur lesquelles les finances pourront s’adosser pour pouvoir atteindre l’effet escompté.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Covid-19 au Burkina Faso : 19 nouveaux cas confirmés à la date du 18 octobre 2020
Covid-19 au Burkina Faso : Six nouveaux cas confirmés à la date du 17 octobre 2020
Situation de covid-19 au Burkina Faso : 7 nouveaux cas à la date du 16 octobre 2020
Situation de covid-19 au Burkina Faso : 31 nouveaux cas, dont 13 à Fada N’Gourma à la date du 15 octobre 2020
Covid-19 au Burkina : Bientôt un colloque pour se pencher sur la contribution de trois réseaux d’enseignants-chercheurs
Covid-19 : Le Burkina enregistre 73 nouvelles guérisons, son plus gros chiffre en une journée
Covid-19 au Burkina : 15 nouveaux cas et 2 décès à la date du 13 octobre 2020
Covid-19 au Burkina : 15 nouveaux cas et 33 guérisons à la date du 12 octobre 2020
Covid-19 au Burkina Faso : Onze nouveaux cas confirmés à la date du 11 octobre 2020
Alphabétisation et Covid-19 : Les acteurs veulent savoir comment bien enseigner en situation d’urgence
Covid-19 au Burkina : Deux décès enregistrés à la date du 10 octobre 2020
Covid-19 : Les acteurs de la santé partagent leurs expériences pour venir à bout de la pandémie au Burkina Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés