Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La bataille contre l’ignorance se gagne tous les jours, et elle finit par ouvrir sur des perspectives insoupçonnées. » Dalaï-lama

Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats s’engagent à faire de la réduction des inégalités une politique publique

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • samedi 26 septembre 2020 à 04h18min
Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats s’engagent à faire de la réduction des inégalités une politique publique

Afin de réduire les inégalités criardes qui minent le développement du pays, neuf candidats à l’élection présidentielle 2020 se sont engagés à mettre en œuvre, s’ils sont élus, dix recommandations sur les inégalités proposées par une coalition d’organisations de la société civile. Cet engagement a été matérialisé par la signature d’un manifeste, ce vendredi 25 septembre 2020 à Ouagadougou.

La cérémonie du jour fait suite à une campagne de plaidoyer pour la réduction des inégalités lancée par une trentaine d’Organisations de la société civile (OSC) avec comme leads le Secrétariat permanent des organisations de la société civile (Spong), l’Association des femmes juristes, le Balai citoyen et la Confédération paysanne du Faso. La coalition a bénéficié du soutien technique d’Oxfam Burkina et de l’accompagnement financier de l’ambassade royale du Danemark à travers le programme Danida.

Sur dix candidats annoncés, neuf ont pris part à la présente cérémonie, à l’exception du candidat Yacouba Isaac Zida. Il s’agit en l’occurrence de Monique Yéli Kam, Tahirou Barry, Ambroise Farama, Eddy Komboïgo, Kadré Désiré Ouédraogo, Gilbert Noël Ouédraogo, Abdoulaye Soma, Roch Kaboré et Zéphirin Diabré (ces deux derniers ont été représentés à la cérémonie). Tous se sont engagés à intégrer, dans leurs programmes de gouvernance, les mesures proposées par la coalition de la société civile pour contribuer à réduire les inégalités.

Me Glbert Noël Ouédrago donne l’exemple

Au nombre de dix, ces recommandations portent, entre autres, sur le renforcement de la protection des droits du travail et l’adoption de politiques favorisant un marché du travail inclusif qui assure un travail digne de qualité, en particulier aux femmes et aux jeunes ; l’accompagnement des politiques agro-sylvo-pastorales, fauniques et halieutiques avec un souci de justice et d’équité afin de mieux accompagner les producteurs et productrices familiaux. L’on note aussi la mise en place de politiques efficaces d’adaptation face au changement climatique qui renforcent les capacités de prévention et de résilience des populations les plus directement touchées ; la promotion de l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes et des jeunes filles dans tous les domaines de la vie. Ces recommandations visent à faire émerger une société burkinabè juste, égalitaire et unie.


Lire aussi : Réduction des inégalités au Burkina : Une coalition d’OSC saisit l’opportunité des élections pour faire bouger les lignes


Le candidat de l’ADF-RDA, Me Gilbert Noël Ouédraogo, a positivement apprécié l’initiative et indiqué qu’elle entre en droite ligne de son programme de société. « Avant même cette initiative, je me suis rendu au siège du Balai citoyen, de la Confédération paysanne du Faso et de toutes les associations qui travaillent sur cette question, pour recueillir leurs préoccupations. Parce que je ne voulais pas que mon programme soit un programme clé-en-main qui est offert. C’est à cette occasion que j’ai été informé qu’ils travaillaient sur un document. Aujourd’hui, ce document est une réalité. Il nous a été présenté. Il entre en parfaite ligne dans mon programme », a confié Me Gilbert Noël Ouédraogo, avant de faire cette promesse : « Nous allons faire en sorte que cela soit une réalité, une fois élu président du Faso ».

Remise du manifeste

De son côté, Kadré Désiré Ouédraogo, candidat du parti « Agir ensemble pour le Burkina Faso », pose quelques préalables. « Nous attachons une importance capitale à ces élections, parce que lorsque vous parlez d’inégalités dans un pays, le rôle de l’Etat est primordial pour lutter contre ces inégalités. Nous croyons fermement qu’il n’y a pas de stabilité, de paix dans un pays lorsqu’il n’y a pas un minimum d’égalité entre ses citoyens », a-t-il déclaré. Pour lui, la condition sine qua none pour assurer la stabilité du Burkina Faso, c’est de faire en sorte que tous les Burkinabè bénéficient du fruit des efforts de la nation.

« L’éducation est une arme contre la pauvreté »

Pour « la Yennenga de l’éducation », il ne peut y avoir de développement et de paix dans un pays où la majorité est maintenue dans la pauvreté. « Aujourd’hui, au Burkina Faso, les femmes et les jeunes sont les plus touchés par la pauvreté », a constaté la présidente du Mouvement pour la renaissance du Burkina Faso, Monique Yéli Kam. La solution qu’elle propose pour rompre « la chaîne de transmission de la pauvreté », c’est l’offre éducative pour le peuple burkinabè. Toutefois, elle a exprimé sa satisfaction du travail déjà abattu et souligné son engagement à réduire la pauvreté au Burkina Faso, à travers « son offre éducative ».

Monique Kam Yéli, la yennenga de l’éducation

Les inégalités criardes qui minent notre pays sont, de l’avis du coordonnateur du SPONG, Sylvestre Tiemtoré, des inégalités de droit. Du coup, les hommes et les femmes n’ont pas les mêmes chances d’accès aux services sociaux de base.
« Quand vous prenez par exemple la question de l’accès à l’eau potable, les gens en milieu rural payent plus cher l’eau que ceux qui sont en milieu urbain. Quand vous prenez la question de la santé, les gens n’ont pas les mêmes moyens d’accéder aux soins de santé ni la même offre de santé, quand on est dans une région que dans une autre. Au niveau des ressources, notre étude a démontré qu’environ 20% des personnes les plus riches au niveau du Burkina Faso détiennent 44% des richesses. Ce n’est pas normal ! Sur le plan politique, il n’y a pas de femme présidente de Conseil régional. Il n’y a que 14% de femmes à l’Assemblée nationale alors qu’on s’est engagé à avoir 30% », a-t-il indiqué. C’est fort de ce constat que la coalition de la société civile a demandé aux candidats à l’élection présidentielle d’intégrer la réduction des inégalités comme axe majeur dans leurs programmes de gouvernance.

Le coordonnateur du Spong, Sylvestre Tiemtoré, rassure les candidats de leur neutralité

Pour traduire ces engagements en actes concrets, les OSC vont s’investir, dans les prochains jours, dans un travail de veille à travers l’analyse des programmes et discours des candidats engagés et l’interpellation de ces derniers via les médias et les espaces et canaux de communication appropriés. Les OSC travailleront aussi à l’information et à la conscientisation des électeurs pour « qu’ils ne votent plus aveuglement mais votent des gens qui proposent des solutions aux problèmes qu’ils vivent au quotidien ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 septembre à 05:40, par Nabayouga En réponse à : Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats s’engagent à faire de la réduction des inégalités une politique publique

    Ridicules, ridicules, tout ce monde, a l’exception de quelques uns , a déjà gouverné ce pays , une gestion caractérisée par la corruption , la gabegie et la cupidité. Alors ne venez pas dire que demain sera mieux qu’hier et aujourd’hui. Tout ce monde a contribuer à asseoir le pouvour sanguinaire et clanique de kouassi blaise compaoré le fuyard. Jai de la peine pour le peuple burkinabè martyrisé depuis tant d’années par les mêmes corrompus qui viennent aujourd’hui parler de la réduction des inégalités. Honte a vous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 19:23, par Le Faso n’est pas une aire de jeux En réponse à : Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats s’engagent à faire de la réduction des inégalités une politique publique

    Malheureusement, aucun candidat ici ne fait le poids. Trop dommage. Nous allons achever de laisser sombrer notre pays si c’est à des gens pareils qu’il faut toujours en confier le destin.

    Dans 20 millions de burkinabè, il n’ y a pas eu mieux que ça en termes de candidats à la présidentielle, c’est effrayant pour le pays.
    Toujours les mêmes qu’on a vu à l’œuvre de la corruption, de la délinquance à col blanc, de la gabegie, du népotisme, du clanisme, du régionalisme, de l’ethnicisme, des détournements et des gaspillages des deniers publics... qui comme par enchantement s’engagent à l’aube des présidentielles
    " à faire de la réduction des inégalités une politique publique ".
    Toujours les mêmes qui pensent aussi que l’argent plus ou moins mal acquis, les réseaux d’influence de te trafics mafieux suffisent pour se hisser ou se maintenir à la tête de l’Etat afin de continuer à spolier le pays et paupériser le peuple burkinabè. Disant cela, je n’apprends rien à RMCK, KDO, Eddy Komboïgo, NGO, Zéphirin Diabré... A bons entendeurs, salut.

    Les traîtres de tous les temps qui parce que " fils de " se croient absolument indispensables et pire, se croient absolument obligés de se faire voir et divertir la galerie sur l’échiquier politique après les trahisons et compromissions innées en eux. Même eux aussi pour endormir le peuple burkinabè qu’ils croient idiot et naïf, s’engagent la main sur le cœur " à faire de la réduction des inégalités une politique publique " NGO n’est-ce pas, toi qui n’en finit plus d’apposer sa signature face aux médias pour donner l’exemple dit-on. Les autres n’étaient pas encore convaincus et avaient besoin de ton exemple ? Bravooo !
    A ceux-là s’ajoutent quelques autres personnages plus ou moins hauts en couleurs :

    - Monique Kam, Yennenga par ci et par là comme si la résurrection de ce mythe suffisait pour gouverner ce pays et le sortir de l’impasse. En tout cas, elle a le mérite d’être la seule femme en lice et future présidente déclarée du Faso dans son interview. C’est courageux et c’est à saluer mais pour le reste, on verra ! A part mettre l’accent sur l’éducation et que sais-je encore, quel est son programme tracé pour le pays ?

    - Abdoulaye Soma, docteur en droit comme si un doctorat suffisait pour être un bon politique charismatique, honnête et visionnaire. On voit actuellement des docteurs en droit constitutionnel se fourvoyer dans l’affaire Zida... Donc le doctorat ne suffira pas. Il y a quoi d’autre à nous proposer concrètement ? On ne voit pas.

    - Tahirou Barry, providentiel pour certains, pour avoir été à la tête d’un parti et pour avoir flirté un court moment avec Roch et s’être retiré. Cela est-il suffisant pour gouverner ce pays en proie à tant de difficultés et en proie au terrorisme ? What is the question ! On attend toujours son programme décliné pour le pays.

    Ambroise Farama, homme de loi certes ! Il nous dit n’avoir pas flirté avec la " Kouassi-land " et n’avoir pas de casseroles. C’est une très bonne chose. Heureusement qu’il y a dans ce pays, des intellectuels (pas forcément docteurs), exempts de casseroles et de Kouassi-land. Mais, est-ce suffisant malgré tout ? Maître Farama a-t-il la carrure d’un homme d’Etat pour tenir ce pays en lambeaux ? A part représenter la section burkinabè de l’organisation des peuples africains, quelle est sa vision claire pour le pays avec ce qu’il entend mettre en place, problème par problème ? Où est son programme tracé ?

    Au Burkina, c’est toujours du bavardage politicard et superficiel de circonstance, genre si je suis président, je réduirai les inégalités, je m’occuperai des pauvres, de l’éducation, de la santé, de l’économie et bla bla bla...
    Mais comment ? En quoi faisant concrètement avec des éléments factuels et chiffrés, ça, jamais ! On ne sait pas. Jamais de programme défini, tracé et chiffré.
    Tout le monde peut rassembler une foule et raconter ces bla bla bla. Ça marche forcément quand on a en face un peuple analphabète à 80% et maintenu dans obscurantisme social et politique. Peut-être plus pour trop trop longtemps, du moins je l’espère et à bons entendeurs politiques, salut.

    On va encore nous dire qu’à défaut de mieux, on a choisi le moins pire à savoir Roch et on sera encore partis pour des années de népotisme, de pagaye, de laxisme, d’insécurité.

    Qui pour sauver le Burkina, Seigneur aide nous.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 21:20, par @@gog En réponse à : Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats s’engagent à faire de la réduction des inégalités une politique publique

    C’est une bande d’assoiffés de pouvoir.Quand je vois certains du groupe je ne vois pas comment ils pourront se faire élire Président du Burkina.Parmi eux il y en dont la locution est déjà problématique.Il y en qui ont trahi le peuple et il y a eu mort d’hommes dans ce pays.Il y en a aussi, au lieu de rester soi-même ils ont préféré se salir en nouant des alliances contres-natures pas dignes.
    Un conglomérat d’incapables dont la qualité est la malcause.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 04:04, par Angamiri En réponse à : Présidentielle de 2020 au Burkina : Neuf candidats s’engagent à faire de la réduction des inégalités une politique publique

    Le Faso n’est pas une de jeu. A te lire il n’y a que toi qui soit vertueux pour diriger ce pays. Et pour être un homme d’État il faut vivre reclus sur soi même pour n’être en contact avec aucune pourriture. Toi aussi c’est pas trop rêvé ça. Ou bien il faudra que tu nous trouves un ou une présidentiable venu d’une autre planète. Sauves nous en 2025.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
UPC : Adama Sosso prend les rênes de la direction de la campagne du parti
Législatives de 2020 au Burkina : Les candidates du Grand Ouest outillées pour relever les défis de la campagne
Elections de 2020 au Burkina : La campagne va se dérouler du 31 octobre au 20 novembre 2020
Élections 2020 au Burkina : Adama Sosso dirigera la campagne de l’Union pour le progrès et le changement (UPC)
Scrutins couplés de 2020 au Burkina : L’audit du fichier électoral lancé
Législatives 2020 : Qu’est-ce qui cloche au niveau du MPP ?
Législatives 2020 au Burkina : La liste provisoire des candidats
Législatives du 22 novembre 2020 : La CENI n’a pas « encore » invalidé la liste nationale du PAREN
Election présidentielle 2020 au Burkina : Dr Claude Aimé Tassembédo officiellement investi candidat indépendant
Présidentielle 2020 au Burkina : Les candidats et leurs parrainages
Election présidentielle de 2020 au Burkina : La société civile interpelle les candidats sur le droit à l’alimentation
Présidentielle 2020 au Burkina : Zoom sur les 14 candidats retenus par la CENI (1re partie)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés