Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

Accueil > Actualités > Opinions • Par Abdou Rachid Sana, Architecte DENA • jeudi 24 septembre 2020 à 23h53min
Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

Ne nous voilons pas la face, les autres peuvent philosopher mais chez nous en Afrique, le but 1er de tout parent qui scolarise son enfant, c’est que ce dernier devienne un jour, au moins plus riche que lui pour venir soulager la famille.

Le malheur, c’est que beaucoup ne franchissent pas le cap de la classe de terminale pour des raisons multiformes et l’école nous apprend tout sauf comment se faire de l’argent.

Nous le savons tous, du CP1 jusqu’en classe de terminale, pas un seul cours sur la loi de notre pays que nul n’est censé ignorer, ni de modules sur comment créer une entreprise encore moins sur comment gagner de l’argent.

Combien sont-ils qui ignorent, même au niveau universitaire, comment rédiger un business plan ?

Le problème est d’autant plus grave quand on voit toute cette jeunesse, très souvent en manque de repère, se ruer vers les concours de la fonction publique.

1 290 142 candidatures pour 4 721 postes à pourvoir. En moyenne 274 candidats pour un seul poste. L’école a échouée.

L’administration ne pourra, au grand jamais à elle seule, encaisser cette surpopulation constituée majoritairement de chômeurs.

Pour beaucoup, le schéma classique actuel, c’est étudier, avoir un diplôme (BEPC ou Baccalauréat) et chercher du travail dans la fonction publique.

Pour ma part, le schéma qui pourra nous sauver de ce cercle vicieux serait : étudier, avoir un diplôme et développer un business générateur d’emplois pour d’autres.

Vu que beaucoup de nos frères et sœurs n’arrivent pas à franchir le cap de la classe de terminale, il me parait clair qu’il y a lieu d’abandonner certains cours peu utiles à la vie active et d’en introduire de nouveaux, propres à nos réalités, qui aideraient à changer le mindset collectif.

Notre système scolaire fait la promotion de la culture générale et non de la culture de l’argent. Tôt ou tard la seconde conduira de façon passive à la première alors que l’inverse n’est pas vérifié. Faute de moyens, s’il y a lieu de choisir laquelle enseigner, de toute évidence la seconde l’emporte.

L’école ne peut diffuser tous les savoirs, j’en conviens, mais si elle a trouvé le moyen de nous surcharger des années durant avec des cours sur les pays occidentaux et asiatiques dont on n’a absolument pas besoin, elle devrait pouvoir s’aménager de la place pour satisfaire notre objectif premier en rentrant à l’école, qui va au-delà de l’éducation, c’est-à-dire, comment se faire de l’argent.

Notre gouvernement actuel en est conscient et a commencé à développer une batterie de mesures que je salue au passage, entre autres la création de lycées techniques et le développement des initiatives telles que Burkina startup dont je suis moi-même lauréat.

Tout le monde ne peut pas avoir accès aux lycées techniques, en revanche, la grande majorité à accès à l’école.

En mon sens, il faut changer de fusils d’épaule et résoudre le problème depuis les racines.

Voyons les choses en face, notre système scolaire est obsolète et ne permettra pas dans sa forme actuelle de réduire notre retard.

Du CP1 jusqu’en classe de terminale soit après près de 15 ans en moyenne d’étude et de persévérance, un élève ignore encore quoi faire de ça vie. Cela est inadmissible et traduit l’absence de pragmatisme dans notre système éducatif. Une réforme s’impose donc :

Formons des entrepreneurs et non des diplômés.

Apprenez-nous comment, parti de rien, Thomas Edison simple autodidacte, qui a passé seulement 3 mois à l’école, a réussi au bout de 10 000 échecs a inventé l’ampoule qui nous permet encore aujourd’hui de défier les ténèbres.

Apprenez-nous comment ce jeune étudiant, Marc Zuckerberg, a inventé son réseau social depuis sa chambre d’étudiant, Facebook que nous utilisons pour amuser la galerie et nous pour faire affaire.

Apprenez-nous les secrets de l’agriculture chinoise qui avec très peu de terres arables, arrive à nourrir 20% de la population mondiale.

Apprenez-nous comment ce petit pays, le Japon qui hier encore, recevait deux bombes atomiques, qui essuie en moyenne près de 300 séismes par an, est tout de même aujourd’hui la deuxième puissance industrielle et la troisième puissance commerciale au monde.

Apprenez-nous comment le Rwanda, après l’épouvantable drame de 1994, est devenu un modèle économique et une référence pour tout le continent.

Apprenez-nous comment ce jeune orphelin, Aliko Dangote, avec seulement 2000 000 fcfa emprunté à son oncle, que d’aucuns utiliseraient pour s’acheter des motos et autres accessoires, est devenu l’homme le plus riche d’Afrique.

Apprenez-nous comment Louis Abalounorou, devant de refus de se faire griller par le soleil à longueur de jour pour dormir dans l’obscurité la nuit, a réussi à électrifier un village entier de 3000 habitants au Bénin.

Apprenez nous comment Mahamadou Bounkoungou, après avoir débuté au sein du secteur informel dans les années 89 est devenu aujourd’hui avec le fruit de son imagination EBOMAF, l’un des plus grands bâtisseurs qu’est connu l’Afrique de l’Ouest.

Apprenez nous comment Oumarou Kanazoé, jeune adolescent vendeur de Kola, de coton, de sandales et de sel est devenu un jour le patriarche incontesté, incontestable dans notre milieu économique.

Apprenez nous pourquoi 80% de notre population à vocation agricole n’arrive pas s’auto-nourrir elle-même puis à nourrir les 20% restant et surtout comment y remédier.

A minima, vraiment à minima, en lieu et place de l’histoire de pays occidentaux, apprenez nous pas à pas comment Thomas Sankara, au bout de seulement quatre (4) années de règne est rentré dans l’immortalité au sein de l’imaginaire collectif de la jeunesse africaine.

Apprenez-nous l’essentiel.

En ce qui me concerne, c’est l’effet cumulé de toutes ces formes d’apprentissage qui va créer des références pour notre jeunesse et nous ouvrir la voie vers une économie plus équilibrée.

Abdou Rachid Sana
Architecte DENA

Vos commentaires

  • Le 24 septembre à 16:37, par Mièlé En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Intéressant comme écrit.
    Il faudrait que tous qui réfléchissons comme ça nous réunissons pour lancer un programme qu’on proposerait aux écoles afin de compenser ce qui manque (entreprenariat, leadership, civisme, éducation sexuelle, informatique, ...).

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 17:03, par Quelqun En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    C’est dommage que pour reformer notre propre system educatif, on est oblige, par loi/convention de demander a la France.
    Allez-y croire a cela. En 2020.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 17:10, par Vision En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Chapeau a toi M. SANA pour cet expose aussi limpide que l’eau de Roche, que l’ecole burkinabe abandonne l’histoire et la geographie Des USA de l’Asie, la 2eme guerrie mondiale, la legende de Somdiata qui na jamais existe, pour mettre Des programmes d’elevage, e’agriculture et autres, merci encore.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 17:35, par figo En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Bonsoir,
    Très belle analyse qui montre que le développement de notre pays passe nécessairement par un changement de paradigme au niveau de l’éducation et de la formation. Je parle de l’éducation en général car il y a un grand pan de cette éducation que vous n’avez pas abordé : il s’agit de l’éducation civique et morale qui commence déjà au niveau familial et qui est de la responsabilité des parents. La culture de l’effort, la culture de la persévérance et de la fierté, le respect du bien collectif, des personnes et de la parole donnée etc. ne peuvent se transmettre à l’école. Ce changement de politique d’éducation et de formation que vous prônez ne pourra atteindre les objectifs recherchés si la morale continue continue à être rampante dans notre pays.
    Encore merci pour cette belle contribution et je souhaite de tout cœur que beaucoup de décideurs commencent à penser comme vous et agissent surtout.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 04:25, par Manuel En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Bonjour
    Félicitations à lui.
    Simplement, l’Histoire du Burkina et de l’Afrique est enseignée dans nos écoles depuis le primaire, et personne ne demande à la France comment il faut réformer notre système éducatif ! Il faut quitter dans le rejet systématique de la France qui semble être responsable de tous nos maux ! Nous n’avons aucune responsabilité ? C’est une idiotie que de le penser !
    Je crois que l’auteur de l’article s’exprime dans la langue de l’impérialisme !
    Il faut être sérieux : oui notre école forme des chômeurs, mais il faut savoir que les exemples de feu Kanazoe, de Mr Bonkoungou que l’auteur évoque, sont les illustrations que l’on peut réussir sans le BEPC, encore moins le BAC. L’école a son rôle, chacun doit jouer sa partition dans la société !

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 07:46, par Edith En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Bien vu et bonne analyse. Mauvaise volonté politique et main mise du système français sur notre éducation. Pour les autorités le besoin de réformes doit venir de la jeunesse qui le manifeste au niveau supérieur avant une prise de décision de changement. Tous sont conscients de la nécessité de réformer notre système éducatif mais hélas qui ose défier ce que les bailleurs nous exigent ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 09:18, par kap En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Nous n’avons d’autres réformateurs que vous mêmes composants les acteurs qui êtes sur le terrains

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 09:29, par BACH En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Très belle analyse, ce qui reste c’est la concrétisation des idées. sinon j’ose croire que tous sont unanime que l’école actuelle est très théorique et formateur de gros chômeur.
    vivement une reforme éducative

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 09:53, par René Yves En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Merci à toi Sana pour ces réflexions qui méritent approfondissement. Mais je me dis que nous ne sommes pas obligés d’attendre le feu vert des autorités pour implémenter les fruits de nos réflexions pour le devenir de notre école.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 11:38, par dj pata pata En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Certains riches que vous citez sont en vie. Envoyer vos enfants leur poser ces questions. Et vous ferez l’économie des frais de scolarité.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 13:28, par Abdou En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Félicitation pour cette belle analyse. Le Rwanda vient de mettre l’entreprenariat dans son curicula scolaire. C’est un secteur privé dynamique qui créera le changement dans nos pays africians.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 15:05, par lapatriote En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Tres belle analyse et nous pouvons y arriver. C’est une question de volonte. Je ne sais pas ce qui nous empeche de nous revoir. Avoir notre identite, gerer nos ressources, former, eduquer, accompagner, decider de nous-memes etc.

    Répondre à ce message

  • Le 25 septembre à 22:40, par jeunedame seret En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Bravo SANA. De belles idées pareilles méritent des émissions et autres animations dans toutes les radios télé et dans toutes les langues locales ; avec le soutien des artistes et chefs coutumiers ; dans le but de laver les cerveaux, cultiver la bonne mentalité de vie. Comme dit FIGO, il y a « l’éducation civique et morale qui commence déjà au niveau familial et qui est de la responsabilité des parents. La culture de l’effort, la culture de la persévérance et de la fierté, le respect du bien collectif, des personnes et de la parole donnée etc. ne peuvent se transmettre à l’école.  ». Je suis d’accord avec ça. Vraiment chez nous les esprits sont tous fainéants penchés sur l’assistanat et autres facilités. Ce sont des maux à nettoyer. Notre éducation scolaire produit des bavards inactifs sans créativité. Notre éducation familiale des temps-ci produit des consommateurs sans estime de soi ni courage d’effort ni esprit d’endurance. On désespère vite pour compter sur autrui ou voler. Faisons pression par tous les moyens pour le changement.

    Répondre à ce message

  • Le 27 septembre à 09:42, par Achille En réponse à : Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme

    Certes, l’école burkinabè a besoin de reforme mais pas dans le sens où voulez la conduire. La finalité de l’éducation d’aucun pays et du BF ne peut être et ne sera de faire des milliardaires mais de faire de citoyens équilibrés capables de contribuer de multiples façons aux affaires de leurs pays.
    L’école n’a pas échoué ; elle continue de faire ce que la société lui demande. Le ministre de l’éducation ne peut changer les programme s à lui seul. La décision est politique.
    L’école developpe des potentialités en chacun, de sorte à créer ce qui n’existe pas encore. Vous prenez le cas de M. Zukerberg ; c’est ce qu’il a appris à l’école qui a rendu certainement l’invention possible...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso : Trente-quatre ans après, des réalités similaires ?
Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?
Financement du cinéma burkinabè : La Grande marche à Reculons
Modification du code électoral : Me Paul Kéré dénonce un coup d’Etat contre la démocratie et la Constitution burkinabè
Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)
Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme
Aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO : Nous sommes inquiets
Journée internationale de la paix : De la nécessité d’œuvrer au respect de la dignité humaine
« Je veux débattre avec Patrice Talon » : Le constitutionnaliste, Pr Frédéric Joël Aïvo veut confronter le président à la réalité du Bénin lors de la présidentielle de 2021
Et si on parlait archives !
Un écrivain au ministre Aboul Karim Sango : « J’ai un sérieux contentieux avec votre ‘’Chargé de mission’’, Koba Boubacar Dao »
Burkina : La Parenté à plaisanterie autour de la politique agricole et de la sécurité alimentaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés