Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Elections couplées de 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel affûte ses armes

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 23 septembre 2020 à 00h28min
Elections couplées de 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel affûte ses armes

En prélude aux élections couplées (présidentielle et législatives) du 22 novembre prochain, le Conseil constitutionnel tient, du 22 au 24 septembre à Koudougou, un atelier de formation. Cet atelier rendu possible grâce au soutien financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a pour but principal de préparer les membres du Conseil constitutionnel à jouer pleinement leur partition pour le bon déroulement des élections.

Pendant trois jours, les membres du Conseil constitutionnel devront se doter de nouvelles compétences à même de pouvoir contribuer avec efficacité au contrôle des scrutins sur le terrain et à la gestion du contentieux électoral dans tous ses aspects. En effet, selon la Constitution du Burkina Faso, le Conseil constitutionnel est l’institution compétente en matière constitutionnelle et électorale.

Aux termes de l’article 152 de la Constitution, il a compétence en matière électorale ; il contrôle la régularité, la transparence et la sincérité du référendum, des élections présidentielle et législatives. Il connaît également du contentieux de ces consultations et de la proclamation de leurs résultats définitifs. Voilà un ensemble de raisons qui a milité en faveur de l’organisation de l’atelier de formation des membres du Conseil afin de leur permettre de pouvoir affronter avec sérénité l’ensemble du processus électoral de novembre 2020 au Burkina Faso.

Le président du Conseil constitutionnel, Kassoum Kambou, a salué la tenue de cet atelier de formation

2020 n’est pas une année paisible au pays des hommes intègres, a constaté le président du Conseil constitutionnel, Kassoum Kambou. Il y a le terrorisme qui frappe de plein fouet notre pays. Ajouté à cela, il y a que le Burkina Faso fait face à la pandémie du Covid-19 qui reste toujours une réalité avec des conséquences socioéconomiques difficilement maîtrisables.

De nombreuses personnalités de la région du Centre-Ouest sont venues apporter leur soutien au Conseil constitutionnel

C’est dans un tel contexte que le Conseil constitutionnel est appelé à réussir avec brio la gestion des élections couplées du 22 novembre 2020, selon son premier responsable. C’est pourquoi, afin que les membres de l’institution puissent jouer efficacement leur rôle dans la conduite du processus électoral, il est apparu nécessaire qu’ils bénéficient d’un renforcement de capacités en matière de contrôle de la régularité, de la transparence, de la sincérité des élections nationales, et en matière de gestion des différents recours susceptibles de naître dans le processus électoral. C’est ce qui justifie la tenue de l’atelier de Koudougou regroupant les dix membres du Conseil constitutionnel, le secrétaire général, le greffier en chef, les deux assistants juridiques et quelques directeurs de service.

La représentante résidente par intérim du PNUD au Burkina Faso a salué les efforts du Conseil constitutionnel pour un bon déroulement des élections

La représentante résidente par intérim du PNUD au Burkina Faso, Isabelle Tschan, a salué la qualité du travail abattu par le Conseil constitutionnel au cours des élections couplées de 2015. Selon elle, cela a fortement contribué à un retour à l’ordre constitutionnel après une transition mouvementée. Elle est donc convaincue que l’institution dirigée par Kassoum Kambou contribuera, cette année encore, au bon déroulement du scrutin. C’est pourquoi le PNUD n’a pas hésité à apporter son soutien à l’organisation de la formation de Koudougou.

Raogo YAMEOGO

Vos commentaires

  • Le 23 septembre à 08:54, par René Yves En réponse à : Elections couplées de 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel affûte ses armes

    Bonjour chers participants au forum. Je ne comprends pas pourquoi il est nécessaire de financer une telle session par le PNUD ? Le budget est-il aussi élevé ? Je pense qu’il faut que nous fassions l’effort de financer nos propres activités qui n’obligent à un financement énorme.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 16:15, par Dr Maiga Boubakari En réponse à : Elections couplées de 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel affûte ses armes

    L’appui au processus électoral dans tous les pays notamment en développement est une rubrique importante dans le programme du PNUD, et en tant qu’organe/ agence Spécialisée de l’ONU dont notre pays le Burkina Faso Contribue à son budget, personnellement je ne vois pas de mal à ce que le PNUD Finace de sessions de renforcement de capacités des parties en charge des élections dans notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 07:07, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Elections couplées de 2020 au Burkina : Le Conseil constitutionnel affûte ses armes

    Cette institution aurait pu donner une trajectoire au BF si elle s’était assumée en 2015 après le verdict de la cour de justice de l’UA. Mille fois hélas, elle a préféré prendre des décisions d’insurgés pour arranger les copains qui la lui rendent bien.
    Alors, l’opposition a intérêt à faire preuve de vigilance vis à vis du CC et également d’une autre organisation appelée CODEL (bien vouloir scruter minutieusement le parcours de ses plus hauts responsables).
    Si l’opposition ne met de stratégie pour surveiller ces deux organisations, elle n’aura que ses yeux pour pleurer au soir du 22-11-2020. A bon entendeur, salut.

    A bas les insurrescrocs !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur les risques d’une crise post-électorale
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 mois après son incarcération à la MACO
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au point de ne pas pardonner ? », Dr Justine Couldiati/Kielem
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré y voit un affront, un mépris…
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à trois députés décédés
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de l’armée. Ce n’est pas l’armée qu’on a connue sous Blaise Compaoré », Me Hermann Yaméogo
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les plans, la réconciliation est en marche », Me Bénéwendé Sankara
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide les listes nationales de certains partis suite à une plainte du Mouvement SENS
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut barrer la route aux troisièmes mandats
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « Cette simple question ne suffit pas pour nous appâter », rétorque Achille Tapsoba, vice-président du CDP
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en France
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés