Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «A chaque fois que tu tombes, ramasse quelque chose » Oswald Avery

Comparution de Bassolma Bazié : « Beaucoup de choses ont été dites ; certaines étaient vraies mais beaucoup étaient aussi fausses », Me Prosper Farama

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 21 septembre 2020 à 22h50min
Comparution de Bassolma Bazié : « Beaucoup de choses ont été dites ; certaines étaient vraies mais beaucoup étaient aussi fausses », Me Prosper Farama

Débutée à 10h, la comparution de Bassolma Bazié a pris fin vers 12h 50, ce lundi 21 septembre 2020. Le Conseil de discipline a entendu le professeur certifié Bassolma Bazié. Il n’y a pas de délai pour le verdict, mais son avocat Me Prosper Farama a confié que le Conseil a un mois pour statuer.

Les faits reprochés à Bassolma Bazié ont été passés en revue au cours de sa comparution devant le Conseil de discipline du ministère de l’Education. Il s’agit essentiellement du refus de remplir les 10 heures de volume horaire de cours qui lui sont attribuées. « Beaucoup de choses ont été dites : certaines étaient vraies mais beaucoup d’éléments étaient aussi faux », a affirmé son avocat Me Prosper Farama.

Le professeur certifié en Sciences de la vie et de la terre (SVT) au Lycée Philippe-Zinda-Kaboré de Ouagadougou est un fonctionnaire qui respecte les textes, foi de Me Farama, qui ajoute que son client a toujours été respectueux de la loi. Comme preuve, Bassolma Bazié et son avocat ont, au cours de l’audience, exposé ses notations et évaluations depuis sept ans. « J’étais très surpris de voir qu’un agent de la Fonction publique pendant sept ans a eu des notations de 9/10 continues, avec proposition soit de félicitations ou de décoration. Même s’il n’a jamais été décoré… On comprend ! », a-t-il relaté.

Bassolma Bazié devrait être décoré et non comparaître devant un conseil de discipline, estime sa défense.

« A partir de 2019, l’année où il reçoit encore 9/10, son supérieur a fait une mention en disant qu’il faut le féliciter ou améliorer ses conditions de travail. J’entends par là, le décharger encore un peu plus de ses obligations professionnelles pour lui permettre d’assumer sa fonction de représentant syndical. Et c’est cette année-là qu’on choisit pour le traduire en Conseil de discipline », a poursuivi Me Farama.
Au regard de tout cela, le défenseur de Bassolma Bazié estime qu’aucune faute n’a été commise.

La « permanence syndicale »

Jusqu’ici, tout va bien. L’on peut alors se demander ce qui ne va pas pour que cet enseignant, par ailleurs secrétaire général de la Confédération générale de travail du Burkina (CGT-B), puisse être traduit devant ce Conseil de discipline. Un rapide cours d’histoire s’invite pour mieux comprendre cette situation.

Pour Me Prosper Farama (au micro), la loi confère des allègements à Bassolma Bazié.

Depuis 2010, le gouvernement a traité, dans un communiqué, après la rencontre avec les syndicats, la question des permanents syndicaux, a rappelé Me Farama. « Les permanents syndicaux, c’est-à-dire que l’Etat s’engage à ce que des agents de syndicats, notamment des responsables désignés qui sont des agents de la Fonction publique ou du privé, soient mis à disposition du syndicat. Donc ils travaillent dans le syndicat mais ils sont payés par la Fonction publique », a-t-il détaillé. Et l’homme de droit a insisté sur la loi 081 dans son article 121 qui a adopté ce principe.

Sauf que depuis cinq ans, la mise en œuvre pratique de ce principe tarde toujours. « Comment comprendre qu’un Etat qui admet des permanents syndicaux puisse reprocher à un responsable syndical de ne pas accomplir le volume horaire légal imparti aux enseignants ? », s’est interrogé Me Farama.

La défense s’est basée sur ce principe de permanence syndicale et espère que le Conseil tiendra compte de son argumentation.

L’Etat de droit

« Nous avons dit que nous pensions que cette affaire n’était pas une affaire de Conseil de discipline, sauf s’il y a d’autres imprégnations, d’autres considérations subjectives », a fait savoir le conseil de Bassolma Bazié. Pour Me Farama, ce qui se passe n’est pas une question de Bazié, mais plutôt « la problématique de la construction de l’Etat de droit au Burkina Faso. »

Les syndicalistes mobilisés jusqu’à la fin de l’audition

Désormais, il revient au Conseil de discipline de donner sa décision sur cette affaire. Il n’y a pas de délai pour le moment. « Le Conseil, je pense que théoriquement, a un mois, de ce que les textes ont dit, pour statuer », a indiqué Me Farama.

A l’instar du premier jour où la comparution a été renvoyée, les syndicalistes ont, une fois de plus, manifesté leur soutien à leur « Général ». Durant la comparution, ils sont restés sur la grande voie, loin de la salle d’audience, pour attendre leur camarade Bassolma Bazié, qui a été accueilli comme un héros à sa sortie.


Lire aussi : Comparution de Bassolma Bazié : Les syndicalistes soutiennent leur « Général »


Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
PMU-B : Trois parieurs se partagent plus de 105 millions
Solidarité : AMPO offre des tricycles à des personnes vivant avec un handicap moteur
CANAL+ BURKINA résolument engagé dans la promotion de la richesse culturelle burkinabè.
Dori : FDS et communautés locales échangent pour harmoniser leur collaboration
Assassinats du 27 octobre 1987 : Une lueur d’espoir pour les familles des militaires du BIA tombés à Koudougou et à Bobo
Hôpital Yalgado Ouédraogo : La ministre de la Santé visite le centre d’hémodialyse
Thèse de doctorat : Souleymane Coulibaly s’intéresse au développement professionnel des professeurs sans formation professionnelle initiale
Mouloud 2020 : « Le problème aujourd’hui, c’est que chacun poursuit son droit et oublie son devoir », observe Mahmood Nasir Saqib
Burkina : « Nous sommes véritablement pessimistes quant à l’issue du dossier Yirgou », confesse Me Ambroise Farama
Santé : 115 autres ambulances pour les communes du Burkina Faso
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina
Action humanitaire : L’ONG HELP joue sa partition dans l’amélioration des moyens d’existence des populations du Nord
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés