Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

Accueil > Actualités > Société • • samedi 19 septembre 2020 à 11h53min
Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

Monsieur le Directeur régional,

C’est avec forte indignation que nous avons constaté la mise à l’écart des militant(e)s et sympathisant(e)s de la F-SYNTER des sessions du BEPC et du BAC après qu’ils aient respecté la directive du Bureau National Fédéral (F-SYNTER) contre le saccage du système éducatif orchestré par les autorités du MENAPLN en intelligence avec le Gouvernement de la IVe République .

Cette directive était en lien avec la lutte engagée par la coalition syndicale contre l’érosion du pouvoir d’achat par l’extension de l’IUTS sur les indemnités et primes des travailleurs du public et du privé initié par le pouvoir MPP. Cette façon de gérer les personnels est inquiétante en ce sens qu’elle est devenue une pratique courante dans la région du Plateau Central.

Pire, ce phénomène est intervenu après que la coalition syndicale en lutte et notamment les syndicats de l’éducation (F-SYNTER ; SYNATEB ; SYNAPAGER et SYNTAS) aient accepté la reprise des cours pour l’achèvement de l’année dans les classes d’examen malgré les conditions difficiles(non-respect de certaines mesures éditées par le gouvernement).

Par cet acte, la coalition syndicale et particulièrement le G.4 (F-SYNTER ; SYNATEB ; SYNAPAGER et SYNTAS) s’engageait à contribuer au bon déroulement des examens scolaires tout en exigeant le retour des élèves des classes intermédiaires pour l’achèvement de l’année académique 2019-2020. En effet, nous avons constaté que des enseignants ayant officié dans les classes d’examen ont été ignorés dans l’organisation des examens (BEPC, BAC). Par exemple à Niou, Bantogdo, Méguet, Ziniaré… nombreux sont les militants et sympathisants qui se sont vus mis à l’écart des sessions du BEPC et du BAC.

La Coordination F-SYNTER considère qu’il s’agit d’une répression et même d’une persécution de nos militants et sympathisants orchestrée par votre Direction régionale suite à leur participation au mot d’ordre du BN-F en lien avec la lutte de la coalition syndicale.

Les cas de deux camarades à l’examen du BAC (BAGAGNAN Abdul Latif ; ZONGO Hervé à Ziniaré) sont édifiants et nous confortent dans notre analyse. Le camarade Bagagnan Abdul Latif professeur d’Histoire-Géographie au Lycée Bassy /Ziniaré fut informé par son président de jury qu’il a été remplacé par un correcteur du même établissement( KOLOGO Dénis ) pendant que son censeur lui avait signifié qu’il n’y a pas de convocation pour lui.

Quant à ZONGO Hervé professeur de SVT dans ledit établissement, son cas fut un scandale car messieurs le Directeur régional ; le Directeur provincial du MENAPLN/Oubritenga ; l’encadreur (SOME Justin) ; le responsable du service des examens et concours de la Direction régionale/Plateau Central( monsieur ZIDA Boureima) et le censeur du Lycée Bassy/Ziniaré( ZOUNGRANA N.Daniel) ont engagé un « ballet diplomatique » vain auprès du président du jury pour annuler sa participation à l’examen.

L’encadreur d’Histoire-Géographie ( monsieur SOME Justin ), examinateur et le censeur du Lycée Bassy ( monsieur ZOUNGRANA N. Daniel), vice-président de centre se sont vainement et de façon haineuse opposés à la participation du camarade à la séance de concertation et donc à l’examen. Ce scandale tient du fait que les dispositions de remplacement n’ont pas fonctionné comme il se doit et surtout à cause de la probité du président du jury.

Pourquoi un tel acharnement contre nos militants ? Quels sont les critères à remplir pour participer aux examens (BEPC, BAC) ? En tant que Directeur régional, Directeur provincial, chef du Service des examens et concours, encadreur-examinateur et censeur, quels sont vos rôles et places dans l’organisation de l‘examen du BAC ? Nous notons là, que vous et vos collaborateurs êtes allés au-delà de vos prérogatives. Sinon, quelle explication pouvez-vous nous donner à cela ?

Ces cas sont si flagrants et nous donnent la confirmation que vous avez décidé de remplacer les camarades concernés par la session du bac par d’autres jugés « dociles ». Ainsi, des administratifs et des enseignants n’intervenant pas en classe de terminale se sont retrouvés parmi les examinateurs. Les tentatives d’explication que vous avez données à la rencontre du 31 Août 2020 à la DR avec une délégation du Bureau de la coordination à 16h sur la situation ne nous convainquent point. D’ailleurs vous aviez souhaité une seconde rencontre pour mieux nous situer sur la situation.

Notre compréhension de cette situation est qu’il s’agit d’une persécution des militants et sympathisants pour leur engagement syndical. Le Bureau de la coordination n’est ni étonné, ni surpris par cette option de la Direction régionale qui passe aujourd’hui pour une « machine à réprimer » au regard de la nature même du régime qui gouverne le pays et surtout des agissements des autorités du MENAPLN. En rappel, en 2015, pour couvrir la mauvaise gestion du lycée départemental de Twiré, la Direction régionale a doublement sanctionné le personnel surtout enseignant dudit établissement : suspension aux examens du BEPC, gel des dûs liés aux heures supplémentaires et frais d’organisation des examens blancs.

A la session du BEPC 2016, la même répression s’est abattue sur le camarade Zongo Didier du Lycée de Boudry au motif qu’il a eu des comportements « irresponsables ». A la session du bac 2016, ce sont les camarades KOLOGO Dénis (Lycée Bassy), KAMBOU David (Zorgho), DABIRE Cyril (Mogtédo) et bien d’autres anonymes ( les cas où les dispositions de remplacement ont bien fonctionné) qui se sont vus rayés de la liste des correcteurs sur instruction de la Direction régionale pour avoir respecté un mot d’ordre du BNF ( cf crise dans les Cascades en 2016).

Il est clair à travers votre acharnement sur nos militants et sympathisants, que vous leur niez un droit constitutionnel : le droit de grève. En clair, votre ambition ainsi que celle de vos collaborateurs aux ordres dans la région n’est pas de jouer un rôle de coordination ou d’encadrement, mais de travailler à faire disparaitre le mouvement syndical notamment celui combattif par la persécution alors même que les indemnités servies aux examens et l’augmentation de leur taux dont vous bénéficiez en tant que superviseur aux examens sont des acquis de ceux que vous réprimez.

Du reste, malgré la répression féroce qui s’abat sur les militants et sympathisants, le mouvement syndical reste serein, imperturbable. Il demeure et demeurera fort, combattif et évolue en se renforçant dans la région.

Le Bureau de la coordination ne saurait accepter cette forfaiture teintée de calcul politique. Ce calcul ne doit pas se faire aux dépens de nos militants et sympathisants. Ainsi, par la présente, il vient :

Dénoncer et condamner cette dérive dont vous faites déjà montre ;
Vous inviter, vous et vos collaborateurs à :

vous ressaisir et savoir raison gardée dans la gestion des examens surtout quand ceux-ci relèvent d’une autre compétence,

vous pencher sérieusement sur les préoccupations des travailleurs au lieu de

vous acharner sur nos militants et sympathisants qui ont travaillé l’année durant dans des conditions stressantes pour terminer les cours dans les classes d’examen ;

vous tenir, vous et vos collaborateurs, pour responsables de la détérioration du climat de travail dans les établissements à la rentrée 2020-2021 ;

Réaffirmer notre détermination à poursuivre la lutte contre la remise en cause des droits socio-économiques des travailleurs, des libertés syndicales, le saccage du système éducatif et notre solidarité aux camarades victimes de suspensions et retenues abusives de salaires ;

Exiger l’implication des structures syndicales dans l’organisation des examens ( choix des examinateurs) dans la région avec des critères clairs prédéfinis ;
Lancer un appel à la mobilisation aux secteurs, comités et sympathisants pour faire échec aux dérives autoritaires, à l’arbitraire et à la division des travailleurs.
Monsieur le Directeur régional, convaincu que vous percevrez le sens de cette démarche, nous vous prions d’agréer l’expression de notre engagement constant à défendre les intérêts des travailleurs.

Pour le Bureau de la Coordination régionale

Vos commentaires

  • Le 19 septembre à 13:48, par Mogo En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Vous nous pompez l’air à la fin, syndicalistes politiciens. Sans vos camarades cités, les examens ont eu lieu ou pas ? Se sont-ils bien déroulés ou pas ? Il faut arrêter vos méthodes politiciennes et travailler comme de vrais syndicats défendant les intérêts objectifs des travailleurs. Nous n’avons pas besoin de syndicats revanchards et haineux. Nous voulons des syndicats constructifs et positifs qui donnent d’abord le bon exemple. Aujourd’hui beaucoup de médiocres se cachent derrière le syndicat pour ne pas travailler alors que le syndicaliste doit être un modèle. Donc, au lieu de blâmer certaines personnes, disciplinez d’abord dans vos rangs

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre à 14:52, par HUG En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Quest ce que le Syntas gagne en se ralliant au trois autres syndicats ? Les partisans des trois autres syndicats ont eu des avantages de la part du gouvernement. Par contre les partisans du Syntas n’ont rien eu. pourquoi le Syntas sest rallie aux autres syndicats alors que ses partisans ne sont pas des enseignants ? Ou bien sest le Sg du Syntas qui sest rallie aux trois autres syndicats ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre à 14:55, par David En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Vous vous êtes spécialisés dans les grèves, les frappes chirurgicales et les prises d’otages des copies et notes des élèves Donc aucune administration scolaire ne peut naïvement compter sur vous dans l’organisation des examens scolaires. Pour un rien vous êtes capables de prendre les examens en otage Le gouvernement est en droit de prendre des mesures préventives face a un syndicat qui ne gène pas d’aller en grève a tout moment. Personne n’est naïf au BF. On se connait bien au BF.
    Arrêter de jouer a l’innocent et de crier à la repression SVP.

    Répondre à ce message

    • Le 19 septembre à 21:58, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

      Analyse juste Monsieur David, je suis en totale phase avec ce que vous dites. On ne peut pas faire confiance à des anarchistes qui peuvent décider du jour au lendemain qu’ils arrêtent de travailler. L’administration a été clairvoyante en vous mettant de côté. Vous n’avez aucune morale dans la conduite des affaires. Vous décidez à tout vent des frappes chirurgicales. Que vous voulez qu’on fasse d’autre. Et puis pour une affaire locale qui concerne un petit coin comme Ziniaré, vous généralisez les choses en parlant de MPP. Celui qui vient pour militer dans vos rangs doit s’attendre toujours à ces genres de recevoir en retour des frappes chirurgicales à tout moment. Vive l’administration de l’enseignement de Ziniaré.

      Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 06:43, par Paul En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Ces syndicalistes se prendraient-ils pour les substituts de Dieu au Faso ? Il faudrait que quelqu’un leur explique qu’être syndicaliste ne rime pas avec faire n’importe quoi, être au dessus de la loi. Il y a l’autre Bassolma qui devrait donner l’exemple, mais qui hélas, fait le grand flemmard en lieu et place tout en s’imaginant, irrepentant, être dans ses droits. Quel texte de l’international syndicalisme stipule que le délégué syndical doit travailler moins que ce que son contrat de travail exige ? Et voici d’autres quidams gueulards haineux et revanchards qui dénoncent tous azimuts, exigent... rien que ça ! félicitations à ces responsables départementaux ou provinciaux qui eux au moins font leur boulot pour assurer des résultats. Si réellement Ils ont écarte la participation de braillards anarchistes de la correction des examens, eh bien, ils ont très bien fait. Qu’ils continuent à prendre ces mesures salutaires, car l’on ne saurait courir le risque de voir des individus de mauvaise foi prendre en otage les examens et concours et saboter toute une année académique avec la ruine de vies et le prejudice socio-économique que cela entraînerait. Continuez à prendre vos responsabilités en ignorant superbement les cris de ces gueulards patentes. Comprenez que la vaste majorité des citoyens vous soutient. Y’en a marre des ces syndicalistes paresseux qui connaissent mieux leurs droits que leurs devoirs. Voici des gens qui aiment grever et quand il s’agit de toucher des perdîmes ils en font des coudes et des bras pour être de la partie, voire, être en tête de liste. Si vous saviez l’antipathie que la majorité silencieuse nourrit à votre égard, vous vous feriez plus discrets. Allez en grève tant que vous le voudriez, c’est votre droit. Mais notez que toute action a une conséquence. Les responsables cités ont eux aussi le droit de sanctionner. On ne peut avoir le beurre, l’argent du beurre et les lolos de la crémière. Quant à demander à être associés dans la sélection des correcteurs aux examens, pourquoi ne pas aussi exiger de Dieu qu’il vous associe dans ses décisions de faire tomber la pluie sur la terre.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 08:05, par M.Houille En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    On ne peut pas mener la lutte des classes sans y laisser quelques plumes !Il faut vous y préparer et ne pas penser que ceux contre qui vous lutter vont vous laisser faire ! à bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 09:04, par songdo En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Vous les syndicats ,vous chantez tous les jours que les dirigeants du pays vont fuire en culotte,avant leur fuite vous allez savoir qu’ils ont été élu par le peuple .Des politiciens déguisés en syndicats.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 09:50, par tcherien En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    JUSTE UNE QUESTION POUR MIEUX COMPRENDRE Y A T IL UN TEXTE QUI OBLIGE LE MINISTÈRE A VOUS RETENIR POUR LES EXAMENS ? CEUX QUI Y ONT PRIS PART NE SONT ILS PAS DES ENSEIGNANTS COMME VOUS ? POURQUOI FAUT IL QUE ça SOIT VOUS ET VOUS SEULS POUR QUE ça MARCHE ? C EST PAS DE L ÉGOÏSMES ça RESSAISISSEZ VOUS SI NON UN JOUR VIENDRA OU VOUS ALLEZ PAYER POUR TOUS VOS ACTES ANTI PATRIOTIQUES

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 11:10, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Mogo, Hug et David, c’est ce genre de réaction provenant des viscères qu’on attend. Vous aurez dû vous taire car ces syndicats que vous assassinez sont bel et bien des partenaire de l’Education et c’est avec ceux-ci que le gouvernement négocie ! Pas avec ce genre d’internautes.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 12:25, par Lom-Lom En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Ce que chaque camp oublié, c’est que la.grande majorité des acteurs de l’éducation que sont les parents d’élèves ne sont pas aussi idiots et les élèves eux-mêmes commencent à prendre de la distance d’avec des adultes sans dignité. Les élèves ont suivi tout ce qui a été fait pour que leurs examens ne se tiennent pas ! On a même cru que les élèves qui étaient partisans de l’année blanche allaient refuser de composer mais curieusement.....! C’est maintenant des enseignants qui voulaient saboter les examens qui se plaignent de n’avoir pas été associés aux-dits examens. Pourquoi ? Pour avoir la possibilité de perturber ces examens au moment de la phase de correction et de délibération ? Il semble que certains ont retardé des corrections sous prétexte que le Président du Jury ne leur a pas fourni des buts rouges à temps ! Si ce qui se dit est vrai, il.y a de quoi être inquiet et si les élèves eux-mêmes ne prennent pas les devants, beaucoup de générations seront davantage sacrifiées et aucune famille, même celles des enseignants n’échappera au désastre. Alors mettons les pieds à terre pendant qu’il est temps !

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 12:44, par Soucieux pour mon pays En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Chers messieurs de la F-SYNTER, soyez logiques. Si les militants ont obéi à la directive du BN au détriment de celle du ministère, alors, que le BN les prenne pour un examen qu’il organisera. On ne peut pas vouloir perturber un examen et vouloir dans le même temps exiger qu’on vous permette ce boycott. Si l’objectif qui est de suivre la directive du BN est atteint, la participation à l’examen (qu’on projetait boycotter) n’est pas un problème à soulever pour un bon syndicaliste. D’ailleurs, le BN devrait s’en prendre à lui-même, dans la mesure où il a dérouté certains militants par une directive inopportune et irréfléchie. Voilà que certains des BN signataires de cette directive ont allégrement pris par aux examens et empoché TRANKILOS leurs perdiems. Ça s’appelle TRAHISON et en pareille circonstance, IL FAUT DEMANDER PARDON aux militants TRAHIS ET BRIMES. Cordialement et sans rancune.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre à 23:45, par Tako Kelen En réponse à : Education : La F-SYNTER proteste contre la répression de ses militants et sympathisants

    Je suis tenté de dire bien fait pour vos militants parce que vous nourissiez le reve secret de boycotter les examens. Donc c’’est une très bonne chose de les avoir écarté. La preuve est que ces examens se sont déroulés sans problème. Félicitations au gouvernement et à l’administration scolaire pour cette vigilance.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le président Roch Kaboré a perdu son père
Cohésion sociale au Burkina : Des leaders religieux outillés sur les concepts de liberté religieuse, discours religieux et le dispositif législatif
Institut supérieur de génie électrique du Burkina Faso : Fin de formation pour 304 étudiants
Tribunal administratif de Bobo : Un colloque scientifique pour analyser la nouvelle réforme de la justice administrative au Burkina
Centre-Est : L’ONG Trias lance un projet pour favoriser la résilience économique des femmes et des jeunes
Semaine scolaire d’éducation à la citoyenneté : Les élèves des Cascades s’engagent à promouvoir les bonnes pratiques en milieu scolaire
Campagne "rentrée scolaire en toute sécurité routière" : Focus sur les jeunes et le risque routier
Bazoulé, commune rurale de Tanguin Dassouri : Les élèves auront un jardin pédagogique
Décès du père du président Roch Kaboré : Le message de compassion du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP)
Agriculture : Des réformes opérées pour booster les affaires dans le domaine agricole
Ecole nationale des douanes : Une promotion toute fraiche de 90 membres, prête à servir
Personnes vivant avec un handicap : Le cadre de réflexion a débouché sur des recommandations pour une meilleure inclusion de cette cible
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés